Julia Palombe : "Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue..." (Editions Blanche), l’interview

Julia Palombe : "Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue..." (Editions Blanche), l'interview

C’est une femme qu’on aime et qu’on suit depuis longtemps au Mague. Egérie, chanteuse, performeuse, féministe qui aime les hommes, femme mariée et maman comblées, chroniqueuse radio et femme libre et heureuse, elle est un exemple pour les femmes qui se cherchent et ne s’assument pas en tant que telles.
Belle surprise de cette rentrée 2021, la sortie de son roman "Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue..." dont le titre est marquant mais pas queue...
Nous sommes heureux et fiers d’être les premiers à interroger Julia Palombe, reine de Palombie à vie et artiste totale pour ce bel évènement littéraire qui va faire parler....

1. Bonjour Julia Palombe, ravi de te retrouver pour une Actu littéraire de première ordre. Un beau livre chez un bel éditeur.... quelle est la petite histoire de ce titre très vendeur et à la fois lourd et léger de sens ?

Il y a trois ans, j’avais rendez-vous avec mon éditeur Franck Spengler pour lui présenter mes chantiers littéraires en cours. Après avoir passé en revue plusieurs pistes, dans un ultime élan, à la fin du déjeuner, je lui lus un petit poème griffonné fougueusement la veille sur mon carnet personnel, dont la dernière phrase était : « Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue… » En la prononçant à haute voix, je sus que c’était le titre de mon prochain roman !

2. Je me suis laissé dire que ce livre était né après 3 ans de travail ?

J’avais le titre, il me fallait à présent dérouler le fil de l’histoire. Il s’est écoulé trois ans depuis ce rendez-vous, le temps pour moi de façonner l’intrigue, d’aiguiser mon style, et de faire les recherches nécessaires au récit : l’histoire se passe à Paris et de nombreux flash-backs nous font voyager dans le monde depuis les années 70 jusqu’à nos jours... Mes héroïnes bravent les interdits, sortent du cadre, ce sont des aventurières !

3. C’est donc un roman ? On dit que tous les romans sont un peu autobiographiques ?

C’est un roman qui se propose de réhabiliter la figure de la sirène, pour en faire une icône de la femme libre !
C’est l’histoire d’Aurore, jeune journaliste introvertie, qui va interviewer Louise, romancière à succès au crépuscule de sa vie, dans son hôtel particulier sur les hauteurs de la butte Montmartre. De souvenirs sulfureux en confidences, l’écrivaine va amener Aurore à se révéler...
Mon imaginaire que je le veuille ou non, se nourrit d’une partie de moi-même. Souvent de façon très cachée, j’y ai mis toute mon intimité.

4. Quelle fierté d’être édité chez un éditeur historique parisien et avec un grand éditeur ?

Je suis très heureuse de signer mon roman avec Franck Spengler des Editions Blanche, qui comme il le dit lui-même, est tombé dans la potion magique quand il était petit, puisque sa mère n’était autre que la grande éditrice et romancière Régine Deforges, une inspiration majeure pour moi. Nous nous entendons très bien et c’est un plaisir de travailler dans ces conditions.

5. Chanson, radio, roman ... l’écriture accompagne ta vie...

L’écriture a toujours accompagné ma vie. Adolescente, j’ai fait des pieds et des mains pour pouvoir continuer à étudier les lettres et la philosophie, tout en me formant professionnellement à mon métier d’artiste danseuse, puis musicienne et comédienne. Femme de lettres et de scène, je n’ai jamais voulu choisir !

6. Comment tu fais pour gérer aussi bien toutes tes existences ? Maman, femme mariée, égérie, chanteuse... ?

Je n’y pense jamais ! Je fais les choses à mon rythme, certes effréné, je suis affamée de vie ! Je ne fais pas de ToDoList, pas de salutation à Bouddha, je ne me drogue pas… mais mon mari dit que je suis stupéfiante !
Je travaille à l’instinct. Ce qui est important pour moi, je le fais. Je ne repousse pas à demain. Je célèbre la vie avec passion car je la trouve sincèrement extraordinaire.

7. Pourquoi faut-il acheter ton roman. Quel est son message subliminal ?

Il faut acheter mon roman car il te fera prendre conscience de ton pouvoir de femme ! Autant vous dire messieurs que vous y tenez une place de choix …

8. Je te laisse le mot de la fin chère Julia !

Comme le disait délicieusement Federico Fellini : Il n’y a pas de fin, il n’y a pas de début, il n’y a que la passion infinie de la vie.

Julia Palombe, Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue..." Editions Blanche. Sortie officielle le 25 mars 2021.