Défense de Luc Besson et de sa présomption d’innocence

Défense de Luc Besson et de sa présomption d'innocence

"Médiapart" fait une grande enquête sur Luc Besson, depuis des mois. On devrait plutôt écrire "contre" Luc Besson. Une enquête à charge uniquement. Des témoignages de femmes dont beaucoup de manière anonyme, qui accusent le réalisateur, producteur de tous les maux sexuels les plus graves : viols, harcèlements, agressions sexuelles, comportements inappropriés, etc.

Pour l’instant, il n’y pas pas d’Affaire Besson. Besson n’est pas Weinstein et surtout il n’y a aucune information judiciaire ouverte, il n’y a que des accusations de femmes qui ont côtoyé l’homme de cinéma de plus ou moins près.

Parmi toutes ces femmes, il y a de tout. Celles qui l’ont vu une fois il y a 25 ans jusqu’à celle qui était étudiante dans son école de Cinéma. Certaines accusations sont prescrites pénalement. Visiblement on a écouté toutes ces femmes mais on n’a surtout pas enquêté sérieusement sur la véracité de leurs dires, sur antécédents judiciaires et surtout leurs motivations secrètes.

Sont-ce des femmes jalouses, vengeresses, dépitées, déçues, crédibles, mythomanes, intéressées ou alors de véritables plaignantes qui ont subi des choses graves ou non ?

Rien n’est clair ! Ce n’est pas le Grand Bleu mais le Grand Flou.
On a le projet de faire tomber un homme, de le faire passer pour un monstre, de détruire sa réputation et sa famille mais on n’a pas tous les tenants et les aboutissants dans l’affaire et pis encore on se substitue à la justice, à une enquête préliminaire et on bafoue ouvertement la présomption d’innocence.

On agite le féminisme, le Metoo, le balancetonporc, on fait de la morale, on juge avant un procès et on est très remonté contre Luc Besson alors qu’officiellement il n’est mis en examen pour rien !

On parle de victimes et non de plaignantes, on fait le travail d’une instruction judiciaire alors qu’on n’est que des journalistes qui cherchent le plus souvent dans leurs articles, le scandale, la polémique et qui se plaisent à faire tomber des puissants de manière plus ou moins heureuse ou motivée.

Luc Besson dérange Mediapart et quelques autres. Il représente le succès, le capitalisme, tout ce qu’un gauchiste, un ancien trotskiste veut détruire ou du moins salir.

Que Luc Besson soit connu et reconnu, célèbre en France et dans le monde entier ne devrait pas être un fait aggravant, il a le droit comme tous les accusés à un respect de son intimité. Que Monsieur Luc Besson ait oui ou non bafoué la morale chrétienne n’est pas condamnable par la Justice ! S’il a eu des maîtresses, des amantes, des amies c’est dans la sphère privée et ça ne regarde personne, ni les journalistes, ni le grand public. Les journalistes sont-ils tous des hommes ou des femmes fidèles ? Nous ne le croyions pas.

A l’heure où nous rédigeons ces lignes, il n’y a pas d’Affaire Besson et on peut s’interroger sur les réelles volontés de Mediapart et leurs "complices" ou informateurs. Travaillent-ils pour une idéologie, pour l’information du grand public ; pour la morale ou leurs intérêts personnels ?

Y’a-t-il une réalité objective à mettre autant de moyens et d’énergie en jeu pour accuser et accabler Luc Besson avant l’ouverture de toute information judiciaire ? Sans doute pas.

Laissons la Justice faire, sereinement, son travail en toute indépendance médiatique.

Nous tenons donc ici à apporter tout notre soutien à Luc Besson dans cette (non) Affaire ! Nous ne nous mettrons du côté des victimes de Monsieur Besson uniquement le jour où elles seront, officiellement, désignées par la Justice, si un jour c’est le cas, et ce au terme de tous les recours judiciaires possible, ce qui peut être très très long...