Interview : Roberstein, le loup Garou

Interview : Roberstein, le loup Garou

Roberstein est un loup-garou qui aime ses semblables et qui le prouve dans son site dédié à sa passion pour le sang et les virées la nuit. Notre ami Damien Perez, reporter E-tervieweur, a eu l’infime honneur de rencontrer pour nous un super-héros comme il y en a peu.

1. Tes toiles représentent toujours des créatures monstrueuses qu’on dirait parfois issues de cauchemars enfantins. Si je te définis comme un gothique échappé de l’Ile aux enfants ça te va ?

Je pense que je suis plutôt un paysan qui essaie de devenir citadin tout en
ayant les contes de Grim et de merveilleux souvenirs de balades en forêt ancrés dans ma mémoire...

2. Plus sérieusement, par delà leur aspect monstrueux, tes personnages ne
nous renvoient-ils pas vers une marginalité que notre société du Beau tente d’effacer ? N’est-il finalement pas plus simple qu’il n’y paraît de croiser tes créatures dans la rue pour peu qu’on ouvre les yeux ?

Le beau stéréotypé est marginal. La banalité est très courante. Les
personnalités originales sont mes sources d’inspiration. Le vendeur du coin de rue peut être pour moi une source d’inspiration...

3. Qui sont d’après toi les véritables monstres contemporains ?

Les monstres le sont par leurs actes et non pas par leur physique. Et ce n’
est pas les actes monstrueux qui manquent en ce moment.

4. Quelle est ta culture visuelle, comics, héroïc fantasy ?

Dave Mc Kean, Broom, Clive Barker...

5. Tu réalises d’ailleurs toi-même une bande dessinée.

J’entreprends une BD accès sur un nouveau concept de loupgarous avec la
collaboration d’une scénariste très talentueuse : LY. Elle m’apporte
beaucoup. Quand je pars dans certains délires, elle me recadre . Je lui
propose des idées, et c’est elle qui fait vivre le scénario.

6. Le loup-garou est très présent dans ton univers. Personnellement je suis un vampire - comme la plupart des journalistes et interviewers mondains d’ailleurs - tu es vraiment atteint de lycanthropie ?

J’ai une double vie. La journée je vais au bureau comme tout à chacun, et le soir quand le monde s’arrête de vivre, j’endosse ma seconde peau et mon activité devient intense. C’est à ce moment que les couleurs, les rouges, jaunes, noirs" se mélangent et la vie commence.

7 . Les loups-garous se connaissent entre eux j’imagine. Tu peux nous en
balancer un célèbre ?

Dans la "Bête urbaine", il y a des réponses, mais je ne peux en dévoiler
plus pour le moment.

8. La personne que tu souhaiterais rencontrer pour la dévorer ?

Val Kilmer

9. Comment expliques-tu que la littérature lycanthropique soit moins courue que la littérature vampirique ? Le " Dracula " du Loup-garou reste-t-il à écrire ?

Peut être à cause des adaptations cinématographiques. Dans l’ère visuelle dans laquelle nous sommes, tout est véhiculé par les images. D’un point de vu effets spéciaux, il est tellement plus facile de réaliser des make up Vampire plutôt que des Loupgarous... Du coup nous n’avons encore que peu de visions de loup garou. D’ailleurs la transformation d’un loup garou est nettement plus impressionnante que celle d’un vampire.

10. Plutôt Bram Stocker ou Mary Shelley ?

Je préfère Ridley Scot, Gigger...

11. Ton vampire de cinéma fétiche : Max Schrenk, Bela Lugosi ou Gary Oldman ?

J’ai un penchant pour Blade.

12. Anthrax ou Patrick Bruel ?

Nina Hagen.

13. Munch ou Bacon ?

Bacon pour rallier ta double proposition, mais sinon ce serai Hr Gigger+.

14. Tu te mets en scène sur ton site. Que penses-tu des égocentriques ?

Placer des photos personnelles sur mon site permet de retravailler l’image en fonction de l’atmosphère voulue. Tu sais en fait, je n’ai pas les yeux rouges qui clignotent, ils sont jaunes. Je pense qu’il faut s’aimer pour pouvoir être aimé.

15. Tu proposes sur ton site des illustrations en stéréoscopie, à regarder avec des lunettes kitschissimes - un verre rouge un verre bleu - pour les découvrir en 3D. Le monde te semble manquer de relief ?

L’image accessible trop facilement sans faire aucun effort est monnaie
courante. En surfant, nous sommes assaillis d’images. Masquer derrière une sorte de code-secret, même kitchissime, permet de s’arrêter sur le visuel.
Pourquoi ne puis-je pas voir cette image 3D avec mon super calculateur
dernier modèle ? Cela tend à se poser des questions, prendre du recul sur
les choses que l’on voit au premier degré.

16. Qu’est-ce que tu faisais le 11 septembre ?

J’étais au bureau. Un client nous a prévenu des événements. Je suis allé
vérifier sur le net ses propos. En fait, les images que j’ai vu m’ont paru
tellement invraisemblables que j’ai d’abord pensé à un hacking des sites d’informations... mais la réalité était plus horrible encore.

17. Tes oeuvres ne laissent jamais indifférent, même si leur présentation
sur ton site atténue à mon sens leur véritable impact. Préfères-tu faire
naître le respect ou la crainte dans le regard de l’amateur d’art ?

Ni l’un, ni l’autre. D’ailleurs je ne suis pas sûr de m’adresser aux
amateurs d’art. Ce qui m’importe c’est que les gens se questionnent sur le
sens de mes représentations. Si ceux-ci s’interrogent sur eux-même, je suis
satisfait.

18. Un artiste pour être reconnu doit-il être polémique ?

Si les polémiques peuvent faire avancer les choses, c’est tant mieux !

19. Quel est le plus beau compliment qu’on puisse faire à tes toiles ?

Me dire que mes images ont changé leur regard sur les choses.

20. Maintenant qu’on se connaît, qu’est-ce que tu préfères chez moi ?

Ton sourire qui en dit long. Mais pour un vampire le charme est une arme
alors je me méfie !

Le site du Loup Garou

Le site du Loup Garou