"Au secours, il se frotte contre moi !" par Dalila Soltani
"Au secours, il se frotte contre moi !"

Le harcèlement sexuel fait aux femmes dans les transports en commun
est un phénomène qui prend des proportions inquiétantes aujourd’hui,
mais qui reste malheureusement sous-estimé par la loi. Le silence de
la femme exposée à cette forme d’agression sexuelle, nourri par le
tabou qui entoure le sujet du harcèlement, le tout couronné par la
complicité de la loi, font qu’aujourd’hui elles sont de plus en plus
nombreuses à subir le calvaire, le temps d’un trajet.

Et pourtant, une récente étude vient de révéler que plus de 50% des
cas d’agression sexuelle dans les pays du Maghreb ont lien dans les
moyens de transport en commun. Un phénomène qui rend la vie dure aux
victimes incapables de défendre leurs droits.

Témoignages :

Je bouillonnais, je sentais qu’il m’avait humiliée, volé une partie
de ma chair
, c’est par ces mots que Nadia, 28 ans, voilée, décrit
ses sentiments après avoir être victime d’un attouchement. C’était le
receveur du bus qui sur son passage l’a carrément coincée contre le
mur et agressée par ce moyen dégoûtant. Le bus était surchargé, les
personnes entassées, on arrivait à peine à respirer et le comble est
que cette créature est venue se coller à moi
, s’indigne-t-elle. Furieuse, elle relate avoir commencé à crier à tue-tête.

Alors que les clients faisaient la sourde oreille, quelques-uns ne se sont pas
empêchés de lui reprocher sa tenue, trop serrée à leur goût et qui a
certainement provoqué l’homme. Révoltée, répugnée par tant de mépris à
l’égard des femmes, tant d’indulgence excessive à l’égard des mâles,
elle a demandé à ce que le bus s’arrête devant un barrage. Là,
c’était le comble. Le flic m’a froidement regardé dans les yeux en me
demandant si j’avais une preuve confirmant le bien-fondé de mon
accusation. Voyant que j’ai basculé rapidement de la position de
victime vers celle de coupable de provocation
, raconte-t-elle. Mais, comment une femme peut-elle fournir la preuve qu’elle a subi un
harcèlement sexuel ?

Si Nadia a vite fait de baisser les bras, d’autres femmes n’hésitent
pas à se plaindre auprès des services de l’ordre. Lamia, de son côté,
relatant sa mésaventure, n’a pas manqué d’insulter le chauffeur et a
décidé de ne pas laisser son agresseur échapper à son crime. Elle a
noté son numéro d’immatriculation pour intenter un procès contre lui.
Elle a osé se plaindre rompant ainsi la loi de l’omerta sur un fléau.
Elle n’est pas la seule à avoir subi ce genre d’actes. C’est bien la
première fois de ma vie que j’éprouve un sentiment de répugnance, je
ne comprenais pas exactement ce qui se passait
, atteste Fayrouz, une
jeune fille âgée de 20 ans.

Ghania, 19 ans, se souvient du harcèlement sexuel dont elle fut la
victime. Dans le bus qui l’emmenait de son quartier de Aïn Naâdja vers
la fac centrale, la scène restera à jamais gravée dans sa mémoire. Le
bus du 1er Mai était archicomble en cette journée pluvieuse et les
gens étaient collés les uns aux autres dans le passage qui sépare les
deux rangées. Comme d’habitude, Ghania hésite avant de prendre des bus
pleins à craquer, mais cette fois, elle est obligée de le faire, car
elle a trop attendu à la station et risque de rater son examen.

Enfin, exaspérée, stressée, elle parvient non sans difficultés à se frayer
une petite place dans cette foule qui semblait ce jour-là doubler de
volume. Coincée de part et d’autre par des femmes et aussi des hommes,
elle sent un organe humain lui toucher le corps et un liquide se
répandre sur sa longue robe rose. Terrifiée et surtout humiliée, elle
ne parvient pas à prononcer un mot et décide de descendre à l’arrêt
suivant.

En pleurs, furieuse et dégoûtée, elle n’a pas osé s’exposer à
l’humiliation. J’ai rebroussé chemin, raté l’examen, je suis rentrée
à la maison me doucher, après quoi j’ai passé une journée au lit tant
j’étais rebutée... Je n’ai osé raconté mon aventure qu’à mon amie
intime qui a trouvé ma conduite face à ce pervers qui s’est adonné
volontiers à une séance de masturbation publique sur moi, inadmissible
, raconte-t-elle.

En fait, Ghania n’est pas la seule victime. Beaucoup de femmes pensent
que les bus publics sont l’endroit propice pour tout harcèlement
sexuel. Ce genre de véhicules sont souvent pleins à craquer et roulent
au ralenti à cause de la circulation, ce qui rend tout trajet
interminable. Les agresseurs profitent donc pour s’adonner à leurs
vices : sifflements, regards déplacés, dragues, attouchements sexuels,
la liste n’en finit pas dans ces bus souvent remplis de monde.

Le vide juridique dénoncé :

Des lois existantes, mais rendues malheureusement obsolètes. C’est ce
que déplorent plusieurs spécialistes. Le harcèlement sexuel est
normalement puni par le code pénal algérien. Les textes portant sur sa
pénalisation sont clairs. Maître Ibouchoukane, avocate près la cour
d’Alger, cite, à ce propos, l’article 341 bis du code pénal algérien
qui stipule : Est réputée avoir commis l’infraction de harcèlement
sexuel et sera punie d’un emprisonnement de deux (02) mois à un (01)
an et d’une amende de 50.000 à 100.000 DA toute personne qui abuse de
l’autorité que lui confère sa fonction ou sa profession, en donnant à
autrui des ordres en proférant des menaces, en imposant des
contraintes ou en exerçant des pressions, dans le but d’obtenir des
faveurs de nature sexuelle. En cas de récidive, la peine est portée au
double
.

Concernant le harcèlement sexuel dans les transports en commun,
l’avocate déplore l’inexistence de textes de loi et insiste sur
l’urgence de renforcer l’arsenal juridique visant à protéger les
femmes. « Il est temps qu’un texte de loi explicite portant clairement
sur la pénalisation du harcèlement sexuel dans les moyens de transport
en commun soit promulguée par le législateur algérien », proclame
maître Ibouchoukane.

Les hommes de leur côté, dans leur plaidoyer, avance un prétexte
classique pour justifier des gestes vicieux. « Une femme qui monte dans
un bus pareil invite les hommes à se coller à elle, surtout celles qui
portent des vêtements serrés », lance Ahmed, un habitué de ce genre de
harcèlement dans les transports publics. Ce dernier choisit d’ailleurs
les heures de pointe pour prendre le bus. Pour conclure, il sied de signaler que le harcèlement sexuel dans les transports en commun continuera à sévir portant atteinte à la dignité des femmes et ce, tant qu’un véritable arsenal juridique n’est pas adopté pour contrecarrer ce fléau.

le 02/12/2008
Impression
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

2 Messages

  • l’islam et le sexe ...

    4 décembre 2008 11:06, par François Xavier

    preuve supplémentaire que l’islam ne sait pas répondre au désir, et encore moins à la problématique de la sexualité !
    à force de voiler les femmes et de contraindre les hommes, à force de tabous et d’imbécilités dites et imposées dans les rapports homme/femme, les dérives de ce genre sont légions, c’est dégradant aussi bien pour la femme que pour l’homme : l’être humain ne doit pas épancher sa sexualité dans un lieu public par des déviances mais l’assumer dans son espace privé, sans tabou ni invective religieuse
    les grecs anciens l’avaient compris, qui éduquaient sexuellement les enfants dès qu’ils commençaient à s’y intéresser, et cela afin de les aider à s’épanouir et à ce que cet aspect de leur vie ne soit pas un sujet qui les obnubile au point de les priver de penser et de travailler correctement
    mais depuis, la religion s’est emparée des esprits et a oublié le corps ; or sans l’épanouissement du corps l’esprit ne peut s’élever bien haut ...
    CQFD

    repondre message


  • Ah, le Sexe ! Le Désir ! Le Corps ! L’Extase !...
    Mais qui donc cherche à les "empêcher" de vivre ? de vibrer ? D’exister ? De ... ? De ... ? De ...? Les religions sont-elles les seules responsables ? Tout cela pour dire que la réalité sociétale est beaucoup plus complexe qu’on le croit. Et que c’est un ensemble de facteurs qui entravent l’épanouissement des corps et des coeurs car l’un ne va pas sans l’autre, de mon point de vue bien évidemment (chacun a sa propre conception de la "chose").
    Une approche sociale globale serait à même de comprendre pourquoi le sexe est un véritable problème dans beaucoup de sociétés.

    repondre message

Partout la crise, une chanson bien rodée de l’idéologie capitaliste. Les années bulles !
Le capitalisme moribond a atteint son paroxysme. L’économie idéologique ambiante se démantibule petit à petit. Des pans entiers de la bulle financière internationale se fissurent. Les dettes des états s’accumulent et l’Europe, jadis colosse aux pieds d’argile, (...) Lire la suite
Pétition pour les Etudes de genre !
Des enseignantes et des enseignants de la maternelle à l’Université, des chercheuses et des chercheurs, des étudiantes et des étudiants réagissent et appellent au soutien de toutes et tous. Depuis quelques jours, les élèves et les parents d’élèves sont harcelés de mails et de SMS (...) Lire la suite
Pourvu qu’elle est Rousse !
La Mini série Web qui décoiffe avec Roma Léone, drôle et sociologique. Episode 1. On aime, on like, on partage !! Pourvu qu’elle est rousse ! par Romaleone Lire la suite
Qui sont ces monstres qui sommeillent en nous ?
Comme le disait Friedrich Nietzsche : « A combattre de prétendus monstres, prenez garde de ne pas en devenir vous-même. » Depuis quelque temps, l’on se rend compte d’un phénomène pour le moins déroutant, celui du « clic assassin ». En effet, l’émotion semble l’emporter (...) Lire la suite
TOUT SERVICE NE MÉRITE PAS SALAIRE
De plus en plus, l’homme devient une source de profit pour l’homme. Personnellement je supporte de moins en moins d’être considéré uniquement sous l’angle économique. Ainsi je viens encore de recevoir un appel téléphonique (mon correspondant adoptant ce ton commercial (...) Lire la suite
Magnus Hirschfeld l’activiste de la fierté homosexuelle en Allemagne !
Alors qu’en France les gays et lesbiennes vont obtenir le droit de se marier et peut-être même qui sait aussi d’adopter…. Magnus Hirschfeld (1868 / 1935) médecin et sexologue s’est battu toute sa vie contre le paragraphe 175 qui persécutait les homosexuels en Allemagne. (...) Lire la suite
Xavier Monnier, de Bakchich. Info, condamné pour diffamation publique
Chacun se souvient de cette affaire qui opposait, voilà bientôt 3 ans, le Président Jean-Pierre Pierangeli, du Tribunal de Grande Instance de Nîmes, à son premier Vice-Président Robert Jourdan, lequel portait plainte, à l’époque, contre le grand patron de la juridiction Nîmoise, pour (...) Lire la suite
Sale temps pour les patrons si le vent tourne
Qui n’a pas rêvé un jour de se débarrasser de son patron ? Surtout si ce dernier est une véritable saloperie, de ceux qui pressent les ouvriers comme des citrons, qui ferment les boîtes, qui plongent dans la misère des familles entières. Les ouvriers imaginés par Jean-Pierre Levaray vont (...) Lire la suite
Yonk, l’invention de la religion racontée aux enfants
Les éditions Libertaires ont publié de nombreux titres mécréants pour rappeler, à la manière de Jacques Prévert, que dans toute religion il y a toujours quelque chose qui cloche... Et pas seulement à Pâques. Dans Yonk, Jack Fournier et Bruno Moreau ont imaginé l’origine des religions. Une (...) Lire la suite
Crimes et déni
Inhumaine. Ainsi fut qualifiée l’épopée macabre du désormais célèbre Mohamed Merah, lui même présenté comme « un monstre » par l’ensemble des rédactions. Derrière cette rhétorique s’efforçant à rendre compte de la cruauté des actes du meurtrier, se cache également l’idée (...) Lire la suite