Comment autorise-t-on un OGM dans l’UE ? La procédure de décision mérite le détour. par Guillaume Moricourt
Comment autorise-t-on un OGM dans l'UE ? La procédure de décision mérite le détour.

Dans un premier temps, on discute dans des comités techniques de la commission européenne autour du dossier d’habilitation remis par le semencier. Celui-ci doit prouver, par une belle documentation, qu’il a tout mis en oeuvre pour certifier l’innocuité de son OGM. Au passage, remarquons que les institutions européennes n’ont pas les moyens de procéder sérieusement à des contre-expertises. On demande encore son avis à l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (AESA - EFSA). Puis on vote ; une constante : il n’y a pas de majorité qualifiée pour adopter l’OGM. 

Alors, on s’en remet au conseil des ministres, la plus haute instance de nos institutions démocratiques de l’Union Européenne. Chaque Etat prend le soin de demander conseil à son organisme national (Commission du Génie Biomoléculaire en France, ou AFSSA). Autre constante : il n’y a pas de majorité qualifiée non plus pour adopter l’OGM au conseil des ministres. Et dans une saine démocratie, on devrait en rester là, et ne pas autoriser l’OGM. 

Mais la démocratie européenne n’en est pas une. Dans le cas de non acceptation d’un OGM, c’est la commission qui décide en dernier ressort. Etrange pratique, qui réserve une décision politique à un organisme technique non élu, alors que les élus des Etats Nations n’ont pas trouvé d’accord pour accepter l’OGM. 

Et, depuis cette procédure de 2001, tous les OGM ont été acceptés par la commission, en dernier ressort, au mépris du vote du conseil : le maïs Bt11 de Syngenta a été autorisé par la commission en mai 2004, contre l’absence de décision du Conseil du mois précédent (Hervé Gaymard, à la sortie du conseil des ministres, a pu avoir cette remarque troublée : « S’il n’y a pas de majorité, il devrait y avoir refus... » ; le maïs NK603 de Monsanto a été accepté par la commission en octobre 2004 après une non-acceptation par le conseil en février 2004… et ainsi de suite !

Actuellement, les dépôts de dossiers se multiplient dans les instances européennes : betterave, maïs... et surtout pomme de terre : même les jardiniers de nos belles provinces pourront apprécier d’être contaminés contre leur volonté sans pouvoir se défendre.

Retrouvez Guillaume Moricourt sur son blog

le 07/07/2007
Impression
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

1 Message

Le complexe d’Œdipe du Front National
La présidente du Front National est-elle condamnée à tuer son père ou ce père vient-il, une nouvelle fois, de se tuer lui-même, en emmenant dans sa chute effrénée tous les membres du parti de la droite nationale et populaire, pour se crasher en beauté dans un suicide collectif… A se (...) Lire la suite
Au nom de tous les miens !
Il a raison, ce bon Pape François, que font les Chrétiens du monde qui assistent aux massacres des Chrétiens d’Orient devant lesquels l’opinion publique reste totalement indifférente, impassible et complice comme elle l’a été au moment de la destruction du peuple juif, lors de (...) Lire la suite
MARINE LE PEN ET JEAN-LUC MÉLENCHON, DEUX AMOUREUX TRANSIS ! ! !
Marine Le Pen qui porte un tee shirt sur lequel c’est marqué : "JEAN LUC MÉLENCHON JE T’AIME EN SECRET ! ! !" et Jean-Luc Mélenchon qui porte un tee shirt sur lequel c’est marqué : "MARINE LE PEN JE T’AIME EN SECRET ! ! !" Cupidon, cette fois-ci a tiré ses (...) Lire la suite
Je suis / tous Charlie : « Ils auraient conchié ce genre d’attitude » (Luz)
J’ai envie de gerber une telle trahison aux joyeux et généreux artistes de Charlie, qui ont été dézingués mercredi dernier. Dupont la Joie s’appelle désormais Charlie… Sauf que, l’esprit perdure heureusement et résiste chez les survivants de Charlie. J’ai voulu (...) Lire la suite
JE SUIS CHARLIE : LA SEULE REPONSE ACCEPTABLE AU DRAME
Tout est exacerbé dans ce pays depuis les Evénements C’est un peu comme si on entendait le monde à un volume beaucoup beaucoup plus fort. Il y a les fous, il y a les fragiles, il y a les ultra-sensibles, il y a les gens très fortement influençables, il y a les pervers, il y a les (...) Lire la suite
Charlie Hebdo : Tous morts de rire !
L’hebdomadaire satirique vient de payer un lourd tribut, simplement pour avoir eu l’outrecuidance de rire de tout et d’avoir un esprit libre et critique. Face à leurs armes favorites que pouvaient être les crayons, les gommes, les feutres, le papier et les chroniques parfois (...) Lire la suite
La déconfiture.
"Primaires à droite, primaires à gauche et le quotidien du peuple nulle part" ! Ils sont très très en avance sur le calendrier de leur seul mobile, de leurs seules ambitions : « les présidentielles ». À mi-mandat de l’échéance "Hollandaise", l’horizon 2017 est déjà là, à leurs (...) Lire la suite
" Barbes et Barbouzes : la soldatesque djihadiste islamiste "
" Ne me dites pas qu’ils sont humains, ce sont des bêtes sauvages, des barbares, des psychopathes, des fous " ! Aucun "Dieu" ne les aurait choisis pour le représenter sur terre. Si leur "dieu" est à leur image, il y a lieu de douter de son message. Son silence complice à l’égard (...) Lire la suite
La droite dite "forte" : "enfants malades de la république, une menace pour la France"
Chers citoyens, Alerte ! Le petit diable de Hongrie est sorti de son trou d’hibernation. "Apprentis sorciers", "chiffonniers", "poissonnières" et "braconniers", ressuscitèrent de partout en France comme les mauvaises herbes au printemps. "Une épidémie de furoncles aux rhizomes tenaces, (...) Lire la suite
Le retour improbable de Nicolas Sarkozy
L’honneur et la noblesse en politique, c’est le "respect de la parole donnée". Monsieur Nicolas s’est trahi de lui-même, et ne mérite pas qu’on lui offre de tribune pour ses tribulations et incantations puériles et sans scrupules. Le déconsidérer à tout jamais ne (...) Lire la suite