De Bouinan à Sidi Aissa : Cap sur l’Algérie profonde. II par Semmar Abderrahmane
De Bouinan à Sidi Aissa : Cap sur l'Algérie profonde. II

La commune de Dirah est située à 7 Km de Sour El Ghozlane. De prime abord,
ce bourg qui ne paie pas de mine semble n’être qu’un vulgaire point de
passage sur la route qui relie, sur plus de 35 Km, Sour El Ghozlane à Sidi
Aissa. Il est vrai que le dénuement et la précarité sautent aux yeux du
visiteur qui découvre à juste titre une bourgade, habitée à peine par un
millier d’habitants, où l’on manque pratiquement de tout. Quelques bâtiments
construits récemment, un lycée inauguré nouvellement et une dizaine de
locaux commerciaux s’efforcent néanmoins à nous donner l’illusion qu’une vie
s’anime dans ce hameau. Mais comme on ne peut guère cacher le soleil avec un
tamis, les habitants de Dirah n’hésitent jamais, lorsque on les interroge, à
dévoiler leur sentiment de détresse concernant leurs conditions de vie. « 
Ici nous sommes bel et bien dans l’Algérie profonde.

L’Algérie d’en bas qui
manque du minimum vital et où le chômage bat son plein. Et pourtant nous
vivons sur une terre ô combien très riche. », rouspéta Ammi Aissa, l’un des
notables les plus respectés de la région.

Une terre riche et des hommes pauvres

En effet, au-delà de l’élevage et de l’agriculture qui sont d’importants
atouts pour cette porte des steppes, d’autres sources de richesses, moins
insoupçonnées, font également la réputation de Dirah. Et oui, beaucoup
d’Algériens ignorent que c’est à Dirah que l’on a découvert le premier de
champ de pétrole de l’Algérie. C’est en 1949 que le colonisateur français
mis en exploitation à Oued-Guetrini dans la région de Dirah, les premiers
gisements de pétrole de notre pays. A l’époque, la France coloniale y avait
investi pleinement jusqu’à atteindre 180 puits mais, juste après la
découverte du pétrole à Hassi-Messaoud en 1956, un désintérêt graduel a été
enregistré. Après l’indépendance, l’entreprise Sonatrach continuait à
exploiter le gisement de Dirah mais, au fil des années, des puits
tarissaient et d’autres tombaient en panne sans qu’ils fassent l’objet d’une
quelconque réparation.
Aujourd’hui, il ne subsiste, officiellement, dans ce champ que 15 puits
encore en exploitation. Le pétrole brut est puisé et collecté sur place dans
de grandes citernes, puis acheminé par camions-citernes vers la station de
M’sila où il est injecté dans l’oléoduc allant vers Béjaïa et passant par
Béni-Mansour, à 40 km à l’est de Bouira.
Cependant, depuis 2005 les gisements pétroliers de Dirah font l’objet d’un
regain d’intérêt après avoir été quasi abandonné par l’entreprise Sonatrach.
En effet, il y a de cela deux ans la Sonatrach avait selon plusieurs sources
concordantes relancé les recherches au niveau de ce périmètre compris entre
les wilayas de Bouira, Médéa et M’sila et qui est d’une superficie de 41km2.
D’après les informations qui ont circulé à l’époque, les analyses des
premières recherches ont donné des résultats probants avec des gisements
perspectifs importants. On a même parlé à l’époque d’un avis d’appel
d’offres international qui sera lancé pour son éventuelle exploitation. Or,
en se rendant sur place, nous n’avons constaté aucune avancée notable à ce
sujet. Le volume des réserves de ce champ pétrolifère n’est toujours pas
déterminé avec exactitude, et les dizaines de puits d’ Oued-Guetrini
connaissent toujours le même rythme d’exploitation. Toutefois, sur place, un
violent contraste frappe l’esprit. Juste à côté de ses gisements et sur une
terre si prometteuse encore, des gourbis servent de toit pour des dizaines
de famille dont le niveau et les conditions de vie laissent peu de place à
la gaieté. Un berger malmené par son troupeau ne nous cache pas d’ailleurs
sa colère sur ce état de fait. « Tout ce pétrole sous notre terre et nous on
crève de misère », s’écrie-t-il. « C’est devenu de plus en plus difficile
pour nous de vivre grâce au bétail. Les pâturages ne sont plus si vastes
qu’avant et le commerce nous imposent des prix qui laissent peu de
bénéfices. L’avenir de nos enfants est vraiment en danger », assène-t-il
encore. Â Dirah, un responsable de l’administration locale qui a requis
l’anonymat n’y va pas de main morte pour dénoncer l’immobilisme qui
caractérise la wilaya de Bouira. « Donnez moi un seul pays au monde qui
laissent ses citoyens croupir dans la pauvreté alors que ses sous-sols
recèlent d’immenses richesses ! Â Dirah, en 1988, la grande compagnie
britannique BP voulait s’installer pour exploiter notre champ pétrolifère.
Une base de vie allait voir le jour et des milliers d’emplois auraient pu
être créés.

Mais le terrorisme qui a décimé notre région a tout gâché et nos
autorités n’ont pas donné des gages d’assurances pour cet important
investisseur étranger. Résultat : les considérables retombées positives sur
notre région se sont évaporées d’un seul coup avec l’inaccomplissement de ce
projet », explique-t-il avant d’ajouter plus loin : « Aujourd’hui, le pays
est en paix et la sécurité est revenue dans notre région. Alors qu’attendent
nos responsables pour attirer des investissements dans cette région enclavée
oubliée par notre gouvernement. Tout le monde sait que les gisements de
pétrole sont bien plus importants que ce que nous avait dit. Vous imaginez
l’apport important que représente une réelle exploitation de tous les puits
de pétrole de Dirah ? Cela permettra à coup sur de créer de l’emploi et de
la richesse dans toute la région qui en a vraiment besoin. Enfin, ici nous
avons tous le sentiment que notre sort n’intéresse personne au pouvoir. »
En partant de Dirah, la confession de ce responsable retentit toujours dans
nos oreilles. Cette terre riche aux hommes pauvres nous interpelle au plus
haut lieu. Mais malheureusement, elle n’interpelle toujours pas ceux qui
détiennent le pouvoir décisionnel de ce pays. Paradoxe, contraste ou
simplement l’absurde destin de cette Algérie profonde ? Notre réflexion
s’embrouille petit à petit dans un labyrinthe d’interrogations. Mais pas le
temps de cogiter car loin d’une vingtaine de kilomètres de Dirah, la
pittoresque Sidi Aissa nous ouvre déjà ses bras pour nous accueillir.

Sidi Aissa : la Mecque des maquignons

Sidi Aissa est une grande daïra de la wilaya de M’sila. Jusqu’à très
récemment, la ville n’était même pas visible sur les cartes routières.
Naguère, elle n’était qu’une sorte de nulle part entre Sour El Ghozlane et
Bou Saada. Et pourtant, Sidi Aissa à des atouts à faire valoir comme son
marché hebdomadaire qui draine des milliers de visiteurs chaque semaine. Il
faut dire que Sidi Aissa est bel et bien le royaume des maquignons. Tous les
grands éleveurs de bétail du pays se donnent rendez-vous dans les cafés de
cette ville pour préparer la journée du lundi, jour où se tient le marché à
bestiaux de Sidi Aissa. Il s’agit d’une véritable bourse à ciel ouvert où
des sommes titanesques s’échangent entre des vendeurs et des acheteurs
semblables aux goldens boys de la city. Il faut dire que les maquignons ont
su comment faire de Sidi Aissa un pôle commercial incontournable. Ainsi, les
jours qui précédent l’Aïd El Adha transforment toute la ville en une
gigantesque foire où les marchands s’échinent à vendre leurs bêtes aux
meilleurs prix. Néanmoins, aujourd’hui un grand fléau perturbe le business à
Sidi Aissa. En effet, vu les conditions actuelles d’insécurité qui règnent
sur le marché, il est désormais très dangereux pour les maquignons de
trimballer d’importantes sommes d’argent. Or, les transactions nécessitent
des centaines de millions. « Notre marché est infesté de voleurs et de
malfrats qui peuvent vous délester même de votre veste », nous confie
Zinedine, un maquignon très bon connaisseur et un habitué du marché de Sidi
Aissa.

« Une fois j’ai pris une option sur un petit troupeau d’une dizaine
d’agneaux à l’aube. J’étais le premier client de cet éleveur et au moment où
j’allais payer mon vis-à-vis, deux hommes sortent de l’ombre et me menacent
avec des armes blanches. Effrayés, j’ai du cédé tout mon argent à ces deux
gaillards qui ont pris la fuite illico presto. J’ai perdu ce jour une
immense somme », raconte notre interlocuteur qui nous assure qu’il loin
d’être la seule victime de pareils traquenards car des histoires comme
celle-là peuvent se vérifier de visu à chaque lundi au marché pittoresque de
Sidi Aissa.
Si l’insécurité alimente beaucoup les inquiétudes des habitants de Sidi
Aissa, les maquignons de la région dénoncent aussi un autre phénomène qui
met en péril leur commerce. Il s’agit des spéculateurs. Des profanes qui ne
connaissent rien à l’élevage, mais qui se lancent volontiers dans le milieu
maquignon et les transactions qui lui sont inhérentes notamment à l’approche
des périodes de fêtes où ils espèrent engranger d’importantes marges de
bénéfices.

« Ceux sont généralement des personnes qui se mettent en
association en deux ou en trois, ils acquièrent un petit troupeau et ils le
dopent avec des aliments de bétail dans un garage et puis il le revendent au
marché avec quelques fois 50 % de bénéfices sur la mise de départ. Or, ces
gens avilissent notre métier. Ils peuvent facilement vous vendre des
troupeaux malades car ils ne connaissent rien à l’élevage. Ils capotent nos
affaires et ils sont les principaux responsables dans la spéculation sur les
prix des moutons en faisant dans la concurrence déloyale », nous explique
Zinedine. Néanmoins, ces traqueurs de gain se font à maintes fois piéger car
leur percée dans ce milieu si restreint et difficile se solde souvent par la
faillite.

Enfin, ce qu’il faut retenir du marché de Sidi Aissa, c’est qu’il n’y a
pratiquement aucun instrument pour contrôler le flux de transactions
financières qui n’obéissent, il faut bien le préciser, à aucune règle
commerciale clairement définie. On ne peut guère d’ailleurs connaître
l’origine de ces importants capitaux qui transitent entre les mains de
quelques barons dont la seule parole vaut plus que toutes les lois de la
nation. Mais ici à plus de 200 Km de la capitale, la gestion des affaires
publiques n’en est pas moins corrompue. Comme quoi, la pyramide ne peut se
nettoyer que d’en haut.

le 24/06/2007
Impression
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

3 Messages


  • Merçi pour cet article qui ne dit que la réalité d’une charmante petite ville de l’intérieur.
    Les potentialités de la région sont énormes. N’est-ce-pas là une chance à saisir -le pétrole) pour créer de la richesse, diminuer la misère des habitants et attirer des populations des grandes villes vers cette région pour laisser souffler Alger et les grandes métropoles.

  • bjr,merci à l’auteur de l’aricle,je m’interesse bcp à la région et je souhaite faire des contacts.
    je souhaite lancer un projet d’élevage ovin,parait il que la localité de SOUR EL GHOZLANE est propice.
    j’invite tout les professionels(techniciens et praticiens) à collaborer.
    c’est vraiment à l’australienne mon projet.
    au fait je suis financier,l’étude est fin prete.
    A VOUS LIRE, merci

    • bonjour
      peut etre il est un peu tard, mais quand j le plaisr je repondre a ton message
      je suis un habitant de dirah, et je m’interresse aussi au projet que tu as proposevoila mon adresse mail selt35@yahoo.fr bien merci

  • bonjour
    peut etre il est un peu tard, mais quand j le plaisr je repondre a ton message
    je suis un habitant de dirah, et je m’interresse aussi au projet que tu as proposevoila mon adresse mail selt35@yahoo.fr bien merci
Concerto inachevé : La belle Création Théâtrale de Marc Métral
Marc Métral a une jolie place dans notre mémoire collective. Il est ce talentueux ventriloque qu’on a beaucoup vu à la télévision, en tournées dans les cabarets de France, de Navarre et aussi à l’étranger. Pourtant Marc Métal n’avait jamais fait de Théâtre à proprement dit, et (...) Lire la suite
Etape gourmande à La Renardière de Gouvieux
Gastronomie La Renardière est une agréable Maison où l’art de vivre s’associe volontiers à l’art culinaire. Située à Gouvieux, non loin de Chantilly, cette belle auberge est un véritable havre de paix et un temple dédié aux arts de la table. Ce joli restaurant gastronomique (...) Lire la suite
L’Alezan à Orry-la-Ville
Quoi de mieux, pour un ex-Garde Républicain, que de se laisser attirer par ce nom qui évoque tant de souvenirs équins. Ce coquet restaurant-traiteur picard se situe à quelques enjambées de Chantilly, dans une jolie petite ruelle du village de Orry-la-Ville (60). La façade ressemble à celle (...) Lire la suite
Concerto Inachevé avec Marc Metral
Un violoncelliste entame son concerto mais les vibratos de son passé résonnent si fort dans son instrument qu’il en vient à exploser, laissant apparaître des personnages farfelus dont les extravagances entraîneront le Maestro malgré lui. Concerto Inachevé avec Marc Metral au Theatre du (...) Lire la suite
Complètement hors du contexte, décalée,...
Complètement hors du contexte, décalée, Mademoiselle Maya nous entraîne dans une hilarante plongée dans le music-hall d’antan. Entre chansons originales, coquines ou réalistes, et vraies fausses lettres d’écrivains inédites (Victor H. Alphonse D. etc.)Mademoiselle Maya, en Ut (...) Lire la suite
Ô Relais de la Côte à Gouvieux
Vous entrez ici dans une coquette petite auberge qui ressemble à une bonbonnière aux couleurs sobres mais de bon goût. Un détour via les toilettes, dès votre arrivée, vous permettra de constater la bonne tenue de l’établissement. Les banquettes seraient confortables, même sans les (...) Lire la suite
Meurtres à Cripple Creek au Proscénium à Paris
Une pièce collégiale, dense, folle, généreuse avec des comédiens doués et enthousiastes qui se donnent à fond pour le meilleur et pour le rire à travers une enquête vintage qui est le prétexte à des délires, du créatif, des chansons et de l’amouuuuur, on a vraiment aimé ce Cluédo déjanté (...) Lire la suite
Le Clan des divorcées d’Alil Vardar
Une bien belle surprise pour l’Equipe du Mague qui a passé un excellent moment avec cette pièce rigolarde, grand public, drôle, originale et audacieuse. Vous faites partie des rares personnes qui n’ont pas vu le Clan, n’hésitez plus ! Le Pitch : 3 femmes divorcent et (...) Lire la suite
Tête d’oeuf enchante Enfants et Parents au Funambule de Montmartre
C’est le spectacle pour enfants à ne pas manquer à Paris, qu’on se le dise !! cocorico !!! Tête d'Oeuf au Funambule de Montmartre par delavignaliere Tous les mercredis et samedis à 14h au Theatre Le Funambule Montmartre, Paris 18ème. Du lundi au samedi 14h pendant les (...) Lire la suite
"Trahisons" de Harold Pinter au Proscenium (Paris 11 ème)
Un triangle amoureux bourgeois très très british dans le milieu de l’Edition, un combat métaphorique entre le vers et la prose, une pièce intimiste, sensible, à la mécanique impeccable, originale et maîtrisée (une chronologie inversée ultra pertinente qui donne, du sens, du relief), (...) Lire la suite