Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL par Frédéric VIGNALE
Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL

Depuis le début de la très médiatique affaire des "Disparus de Mourmelon" qui a défrayé la chronique dans les années 80 on a toujours eu droit à un procès à charge contre Pierre CHANAL et on a très (trop ?) peu entendu les arguments de la Défense. C’est pour cela que nous avons eu envie de donner la parole à Simone, la soeur de Pierre Chanal pour qu’elle nous révèle enfin toute la vérité, toute sa vérité sur ce qu’on appelle "L’Affaire Chanal" et qui a fait l’objet d’une soirée spéciale le 6 février 2006 sur France 2 grace au journaliste Christophe Hondelatte. En mémoire d’un homme qui n’a trouvé comme seule issue qu’un suicide desespéré en prison pour ne pas subir un nouveau procès humiliant pour un homme qui a toujours clamé son innocence.

1. Bonjour Simone Chanal, je suis ravi de vous accueillir sur LE MAGUE pour évoquer "L’affaire Chanal" (Les disparus de Mourmelon) ou le procès médiatique d’un homme que tout accuse, c’est du moins ce qui a toujours arrangé beaucoup de monde de le croire.
Vous êtes sa soeur et on peut dire que vous avez toujours soutenu Pierre jusqu’à son suicide et que vous n’avez jamais cru une minute à sa culpabilité ?

Depuis son arrestation, le 9 août 1988 à Mâcon, mon frère m’a toujours dit qu’il n’avait absolument rien à voir avec l’affaire des "Disparus de Mourmelon". Il était très sincère lorsqu’il me disait cela. Depuis, je n’ai jamais douté de son innocence.

D’ailleurs, avec la même franchise, il a reconnu qu’il y avait quelque chose de pas honorable avec le hongrois, mais que cela ne s’était pas passé comme on l’a raconté : Palazs Falvay était consentant.

2. Vous qui le connaissiez si bien, peut-on dire que c’était un homme très droit, très exigeant avec lui-même, gouverné uniquement par deux choses : son métier de militaire et sa passion pour le parachutisme.

Oui, c’était un homme très droit, très exigeant avec lui-même, et il souhaitait inculquer ces valeurs aux autres. Cela ne l’empêchait pas d’être sensible, généreux et toujours disponible pour les autres.

3. Pierre chanal n’avait semble t’il, selon vous, pas de vie privée ou sentimentale, il réalisait juste des vidéos d’hommes nus sur lesquelles il fantasmait et n’était en rien le pervers homo, violent et sado maso qu’on a si souvent décrit ? Il avait une sexualité très passive c’est bien cela ? (ce qui est semble t’il confirmé par les derniers témoignages du fameux touriste hongrois)

Je ne peux pas vous apporter des informations portant sur sa vie privée ou sentimentale, parce que sa vie privée, comme celle de tout un chacun, ne m’a jamais intéressée. Je ne le vois pas pervers, ni capable de violences. Pendant les 8 années qu’il a passées chez nous, il n’a jamais eu de comportement déviant ou de violence envers qui que ce soit.

4. Pensez-vous que le suicide de Pierre Chanal est arrivé parce qu’il était sûr d’être condamné et que son procès médiatique l’avait déjà condamné. En voulez-vous beaucoup aux médias, à certains journalistes ?

Oui, il n’y a aucun doute là-dessus. Bien sûr que j’en veux à certains médias, à la justice, à tous ceux qui ont caché la vérité, puisque c’est à cause d’eux qu’il s’est suicidé. Il a toujours répété : « Je suis innocent dans cette affaire, et je le resterai ».

5. Si votre thèse de l’innocence de Pierre Chanal se confirmait, cela voudrait dire qu’il a payé pour d’autres ? Que pouvez-vous nous dire d’un certain colonel qui s’appellait Barrière et qui a été largement cité dans le premier procès ?

C’est tout à fait évident pour moi, il a payé pour d’autres. Je trouve particulièrement bizarre que la piste du colonel Barrière, suivie depuis 3 ans par le capitaine Vaillant, se soit arrêtée instantanément à partir de l’interpellation de mon frère en août 1988, en compagnie de Palazs Falvay.

D’ailleurs Pierre m’a souvent raconté le premier contact avec Mr Vaillant, en août 1988, à la gendarmerie de Mâcon. Ses premiers mots ont été : « Mourmelon, c’est toi, ce sera toi et personne d’autre ».

6. On a dit, après son suicide, que Pierre Chanal était atteint d’un cancer en phase terminale.. or selon vous il n’a jamais été malade et vous n’avez jamais été au courant de cette soit-disant pathologie....

Non, c’est pour moi une nouvelle invention destinée à « apaiser les familles », pour reprendre une expression si souvent et si facilement utilisée par le Parquet dans cette affaire des disparus de Mourmelon.

C’est tellement évident que 3 jours avant l’autopsie du 15 octobre 2003, les médecins qui avaient la charge de veiller, jour et nuit, sur sa santé n’avaient absolument rien révélé de ces 2 maladies.

7. Quelles sont les pires idées fausses, véhiculées par les médias, concernant votre frère Pierre Chanal ?

Entre autres idées fausses relatées par les médias, je pourrai citer :

-  Les dépositions inventées des deux prostituées relatées par Paris-Match.

-  L’invention de Jeanne Leloup, appuyée par Madame Havet, qui fit la une du journal télévisé de TF1, relayé ensuite par la plupart des médias.

-  Les conclusions du laboratoire de Nantes dans le téléfilm à propos de l’expertise ADN des cheveux. J’évoque ce point pour dire qu’à aucun moment, on n’a accordé à mon frère le bénéfice d’une contre-expertise des cheveux, malgré de multiples demandes.

8. Est-ce que c’est difficile au quotidien pour vous de vivre en étant la soeur de Pierre Chanal, les gens sont-ils aggressifs à votre endroit ? Est-ce que vous allez vous battre toute votre vie pour démontrer l’innocence de Pierre Chanal et laver ainsi sa mémoire ?

Il ne m’est pas facile de vivre au quotidien avec la pensée que mon frère a été obligé de payer le prix de sa vie pour pouvoir rester Innocent. Pourtant, il avait beaucoup de projets très sains dans sa tête et il aurait souhaité autre chose de la justice de son pays. Il n’y a donc pas qu’à Outreau qu’il y a eu des choses scandaleuses pour notre institution judiciaire.

Je n’ai aucun problème avec les gens dans mon voisinage, en tant que sœur de Pierre Chanal. Bien au contraire, ceux qui l’ont approché au cours de ces 8 années se sont très vite rendus compte qu’il ne collait pas avec le personnage fabriqué par la police judiciaire et les Médias.

Je me battrai tant qu’il me sera possible pour faire éclater son innocence et laver sa mémoire.

9. Quel est votre avis sur l’émission que Hondelatte a faite sur France 2 et sur le téléfilm qui a été réalisé à cette occasion ? Pour vous il n’y a pas eu d’équité et le film était à charge contre Pierre ?

L’émission de Hondelatte sur France 2, j’en ai déjà fait l’ autopsie du débat sur mon site internet. Le téléfilm, appelé fiction (ce qui est très pratique pour couvrir toutes les erreurs ou inventions), n’est pas neutre du tout, et on se sert de la puissance des images pour marquer le téléspectateur et orienter son jugement sur cette affaire qui embarrasse beaucoup de monde depuis plus de 25 ans.

Dans le débat, beaucoup de gens m’ont parlé des coupages flagrants dont a été victime Maître Buffard. Peut-être même que certains ont remarqué le faciès livide de Mr Vaillant lorsqu’il continue en aparté une discussion avec l’avocat de Pierre qui se trouvait à sa gauche. Il a fallu un certain temps à Mr Vaillant pour se ressaisir. Le sujet ne devait pas être bon à évoquer sur l’antenne, n’est-ce pas Mr Hondelatte....

Vous qui avez du déployer une énergie incroyable pour extorquer à Palazs Falvay qu’il y avait eu viol....celui-ci ne s’est d’ailleurs pas privé de souligner plusieurs incohérences.

10. Je vous laisse le mot de la fin Simone Chanal....

Pour conclure, je demande à chacun d’essayer d’imaginer la souffrance d’un homme innocent qui ne demandait qu’à vivre, qui gérait tous les jours le compte à rebours, qui n’avait d’autre issue possible que son suicide pour échapper à la condamnation que tout l’appareil judiciaire lui avait préparée.

Ceux qui ont prétendu que toutes ses tentatives de suicide étaient du Cinéma, seraient-ils capables d’en faire autant ?

le 17/03/2006
Impression
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

270 Messages


  • J’attire votre attention sur le fait que les passages concernant Mr PALVAY son passibles de poursuites judiciaires pour diffamation....étant entendu que Mr CHANAL a été condamné pour VIOL.

    repondre message


    • J’ai pour principe de ne jamais juger les autres, considérant que ce n’est pas mon rôle : il serait bon que chacun se mette en tête cette règle. L’Opinion Publique, téléguidée par les médias, croit tout et son contraire, elle acclame Pétain un jour et De Gaulle le lendemain. Elle hurle vengeance à Outreau un jour, elle acquitte le lendemain.
      Il ne semble pas que cette affaire soit très nette et les témoignages que nous lisons ici nous font apparaître bon nombres d’autres acteurs.
      Que l’armée et singulièrement les corps de paras, soient des milieux brutaux, sexuellement très orientés, c’est certain. J’ai connu cela en Afrique où viols et sévices se succédaient (Moi j’étais dans l’aviation, donc pas concerné par ces pratiques).
      Que Pierre Chanal ait été dans le moule de ces pratiques, cela semble avéré, comme pour d’autres qui dorment sur leurs oreilles. C’était pas un ange mais ça n’en fait pas un assassin pour autant.
      Personne ici ne tenait la chandelle, donc, un peu de prudence.
      Son suicide ne démontre rien d’autre que la volonté d’un homme d’en finir, qu’il soit coupable ou innocent. Respectons ces gestes ultimes.
      Je salue le courage et l’amour fraternel de Simone Chanal : elle a raison de battre pour la mémoire de son frère, personne ne le fera à sa place. Et tout homme mérite d’être défendu.
      Non, les passages concernant M. Palvay ne relève pas de la diffammation. La diffamation est une qualification correctionnelle précise et ces passages n’en relèvent pas. Une opinion divergente, voire un mensonge, ne sont pas des diffamations, faites attention à ce que vous dites.
      Je ne crois ni à la culpabilité ni à l’innocence de Pierre Chanal, ce n’est ni de mon ressort, ni de celui de ceux qui s’expriment ici.

      repondre message


      • Entretemps, je suis allé voir le site de Simone Chanal.
        C’est beaucoup plus que troublant.
        Lire l’interview de l’avocat.
        Lire les lettres de Pierre Chanal.
        Rien ne ressemble plus à un coupable qu’un innocent...

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 22 mars 2006 13:07, par ancien militaire de Mourmelon

          Effectivement,si Chanal avait des problêmes,il était autant pervers que les autres militaires cités dans les forums,et qui eux dorment sur leurs deux oreilles.
          Chanal avait aussi l’inconvénient d’être un "Français d’en bas",et sa soeur à raison de livrer à la vindicte le militaire Barriére,qui participait effectivement à ces faits,comme les autres gradés et sous-officiers gays aristos de Mourmelon.Je ne comprend pas son amnésie de ne pas citer les autres,pourtant ils n’ont pas étés tendres avec son frére aprés son arrestation de 1988,ils l’ont lâché,et en ont profités,c’est sûr,pour tout lui faire porter sur ces épaules. Les enquêteurs,la gendarmerie notamment,diligentée par des nationalistes n’a même pas investigué dans la caserne de Mourmelon...
          Le tout,couronné par les mutations expresses des concernés...Ou est la justice dans tout ça ?....

          Voir en ligne : Mon avis

          repondre message


          • c’est peut-être que son frére ne lui en a pas parlé.Il faut savoir que Chanal n’a pas vu sa famille pendant 11 ans,de 1977 à 1988.
            Cependant,elle à débarassée l’appartement de fonction de son frére à Fontainebleau,fin 1988,début 1989,ou il y avait des vidéos bien comprométantes.
            Néanmoins, sa démarche est courageuse en ce qui concerne le colonel Barriére,qui lui même visionnait ces VHS et participait au réseau.
            Je rappelle ici que jamais les autorités n’ont rendue publique la liste des militaires Français qui figurait sur la liste SPARTACUS et ceux qui étaient abonnés à Gaie-France Magasine, revue pédophile,homosexuelle et néo-nazie d’extrême-droite...

            Voir en ligne : Ma réponse

            repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 18 octobre 2007 07:03, par RIDET Charles

        "Que l’armée et singulièrement les corps de paras, soient des milieux brutaux, sexuellement très orientés, c’est certain."
        Voici une affirmation digne d’un planqué.
        Avant d’affirmer ce genre de propos, vous auriez pu tenter de vous engager chez ces "détraqués" (La Légion - 2e REP- engage jusqu’à 40 ans - à condition d’être en forme physiquement et surtout psychologiquement), afin de vous faire une idée plus précise.
        Ancien de la coloniale (7e RPIMa) et de la Légion (2e REP notamment), je n’ai pas été violé une seule fois en 37 ans de carrière et n’ai pas fait l’objet de proposition contraire à mes pratiques sexuelles personnelles.
        CRY

        repondre message


        • Tu n’as rien compris. Si Chanal n’était pas dans les paras, c’est du fait des militaires "homophobes"prachutistes.
          à l’époque, le prétexte pour qu’il n’intégre pas ce régiment, était qu’il avait des "varices"...
          La preuve, en 86, Chanal à voulu intégrer les paras pour sa mutation, et il s’est retrouvé dans...la cavalerie !!!

          Voir en ligne : tu n’as rien compris.

          repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 26 octobre 2007 14:33, par Doumé, anc.militaire 503éme RC Mourmelon

            C’est vraiment trés intéressant.
            En juillet 1986, Pierre chanal fut muté dans la précipitation au centre sportif d’équitation militaire de Fontainebleau. C’était vraiment une claque pour lui.
            Cette mutation fut décidé trés vite, car en Avril 1986, la section de recherche de Mourmelon était en mesure de faire ressortir une disparition d’un appellé disparu en Aout 1981, Manuel Carvalho.Grâce à l’action combiné d’une clique de gendarmes pédomanes, érotomanes et pédophiles, cette disparition ne ressortira qu’en Novembre 1986, ce qui laissait du temps pour faire partir Chanal, ce qui explique la mutation en catastrophe de Chanal au centre équestre militaire de Mourmelon. Les paras étaient en effet exclus pour lui, du fait essentiel de son homosexualité.il se serait fait lyncher aux paras. Mais Chanal souhaitait absolument intégrer le 503éme régiment de chars de combat. ça pouvait se faire, mais dans ce cas il restait à la portée des enquêteurs, d’autant plus que le 503éme RC est en face du 4éme RD, non-loin aussi du para-club de Mourmelon.
            à l’époque, avec l’aide d’un gendarme pédophile domicilié à La Veuve, il se débarasse d’un fourgon J7 et d’une Méhari rouge. Deux véhicules qui pouvaient êtres disponibles pour l’enquête jusqu’en 1992...
            Dans son grand dépit, fou de rage de ne pouvoir intégrer le 503éme RC, dans un excés de démence, Chanal avait alors brisé l’un de ses deux ULM.
            Il aimait aller en faire dans les alpes, en Isére ou en Savoie...
            Je souligne que depuis les années 1970, Pierre Chanal est allé à plusieurs reprises à Mailly le Camp, et aussi au camp militaire de Canjuers, dont on ne parle jamais sur ce site.
            Je constate également que certains évoquent la présence de Chanal sur les sites militaires de Verdun, il doit y avoir certainement des disparitions dans ce coin, et jamais de vraies investigations n’y furent menées...
            Et au fort Charlemont de Givet, à Saint-Jean De Luz,etc...
            à méditer....

            Voir en ligne : Des infos.

            repondre message


            • Merci pour ces compléments, Doumé...
              Condamné à sept ans de prison par le tribunal correctionnel de Reims (alors que 12 ans étaient requis), le 17 février 1998, peine confirmée en appel en Juin 1998, pour agressions sexyelles sur une quinzaine de fillettes et d’adolescentes, de 7 à 16 ans, Claude Mahut, 67 ans en 98, était un colonel de Gendarmerie en retraite.
              La plupart des fillettes étaient des enfants de familles défavorisées du quartier d’Orgeval à Reims. Ce gendarme en retraite depuis 1986, à fini par se faire "pinçer" en Décembre 1995, suite à une dénonciation.
              Entre temps, il a eu le temps de se débarasser de vidéos et de masters se vidéos encombrantes.
              Cet individu, domicilié à La Veuve (Marne) avait donc terminé sa carriére comme Lieutenant-colonel à l’état major de la légion de gendarmerie de Champagne-Ardenne à Châlons...En 1998, il avait vite reconnu les faits, ce qui avait l’avantage de ne pas orienter l’enquête vers son passé...(voir l’enquête bâclée en ce qui concerne la mort de l’appellé Laurent Puypallat, retrouvé début 1986, mort, roué de coups, torse-nu,prés d’un relai EDF aux abords de la RN44. Cet appellé du 402éme régiment d’artillerie de Châlons avait vu sa mort considérée comme...une mort naturelle ! pire, l’enquête avait conclue que cet appellé était...mort de froid !!!(voir J.Stamford)
              Donc, à méditer... (pour les connaisseurs)
              à propos du camp de Canjuers, que vous citez, n’oubliez pas le cas de l’appellé Christian Poli , disparu en manoeuvres le 4 Août 1980 au camp de Mourmelon (ou il était en manoeuvre avec le 3éme Régiment d’artillerie de Mailly le camp, et le 4éme Rd de Mourmelon, ou Chanal était présent...
              Sa disparition ne fut pas connue en 1986, mais en 1988, ce qui fait qu’il n’était pas enregistré au renseignement judiciaire, donc officiellement, il n’est pas reconnu comme un des disparus de Mourmelon.
              Preuve à l’appui que aucune investigation sérieuse ne fut accomplie en ce qui concerne des régiments extérieures à la région Champagne-Ardenne, ainsi que auprés des régiments étrangers (Britanniques, etc...)
              En ce qui concerne des disparitions dans la région de Verdun, signalons la disparition du Lycéen Alain Gaudry, 17 ans, disparu en 1984, et celle de l’appellé Philippe Colignon, 22 ans , disparu le 14 ou 15 Juillet 1988 aux abords de Belleville-sur-Meuse. Verdun n’est qu’a 75 Km de Mourmelon...

              Voir en ligne : Compléments.

              repondre message

              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 20 novembre 2007 15:03, par Henri C. de Reims

                C’est un coup dur, à la fois pour les enquêteurs et les avocats des familles des victimes, qui n’étaient mêmes pas foutus de demander au parquet de Besançon si il y avait des disparitions de militaires ou de jeunes, disparus au abords du camp militaire de Valdahon, ou était affecté Pierre Chanal avant 1977,tandis que celui-ci était libéré en 1995.
                Donc, il ne faut se faire guére d’illusion, sur le fait de savoir si des investigations furent faites au niveau du parquet et du procureur de la république de Draguignan, etc...
                C’est dégueulasse...

                Voir en ligne : Mon indignation.

                repondre message

                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 mai 2009 14:43, par Soldat Valdahon 30éme rd 70/76

                  Aussi , renseignez-vous à propos de manoeuvres de Pierre Chanal à Mailly-le-Camp,Canjuers,et Valdahon, etc...entre 1972 et 1986. J’ai entendu parler de "désertions" inquiétantes.Il faut savoir que l’adjudant-chef Pierre Chanal était un militaire qui se déplaçait beaucoup.En fouillant bien dans cet embroglio compléxe,ces manoeuvres,si il est encore temps, il est possible d’établir avec certitudes d’autres disparitions...

                  repondre message

                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 octobre 2009 11:08, par mil eng. 18eme Rd 1971-1974

                    Militaire engagé, au 18éme Dragon de Mourmelon-le-Grand, de 1971 à 1974, j’ai eu l’occasion d’être le témoin de nombreux faits graves, sexuels et déviants (homosexuels).Sans m’exposer plus ici, je pense que les faits, graves, étaient déjà antérieurs à l’arrivée de Pierre Chanal. Je pense aussi que nombreux sont ceux qui pourraient appuyer mes propos.Ils doivent mêmes êtres légions...

                    repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 24 décembre 2009 13:46, par militaire anc 502éme RCC 1983/1989

                      Aprés sa mutation à Fontainebleau,en 86,Chanal continuait à voir ses amants,à Mourmelon.Surtout un lieutenant-colonel et un capitaine, et d’autres militaires gays issus de l’aristocratie, dont un fut muté à Versailles par la suite.Le para-club était à coté du 502éme rcc.Le combi de Chanal était stationné soit dans l’enceinte de la caserne,soit au parking.Son combi était visible dés le Vendredi matin,ou l’aprés-midi.Il y avait des "petites fêtes" qui pouvaient rapidement mal tourner. Généralement, un trouffion était choisi, de préférence d’aprés son milieu social.Plus il était issu de famille défavorisée, plus il risquait d’être "choisi"...

                      repondre message

                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 22 février 2010 15:30, par militaire 502é RCC 82/90

                        Aprés 86, Chanal était présent à Mourmelon dés le Vendredi matin, le plus souvent.Il était visible au bar le renaissance entre 11h00 et 14h00.Souvent aussi, il pouvait être présent dés le vendredi aprés-midi.Son combi était toujours garé en face du 502éme rcc, donc, en face du para-club.Le plus souvent,Chanal lisait l’Union de Reims,et buvait un café.Il ne laissait pas un souvenir mémorable,se fondant dans la foule.Je pense que beaucoup savaient...ou reconnurent son visage en 88...

                        repondre message

              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 19 décembre 2007 14:19, par Un brave soldat.

                Mahut avait encore de nombreux amants, dont un au 402éme régiment d’artillerie de Châlons-sur-Marne (aujourd’hui Chälons-en-Champagne), qui était un jeune capitaine, en poste depuis 1991, et qui était chargé de l’incorporation des appelés. Il fut pris en flagrant délit de viol sur un appelé à la mi-1994. Mais j’ai oublié son nom.
                Si Chanal allait à Saint-Quentin, ou au lac du Der, c’était non seulement pour rencontrer que John Stamford, mais également pour rencontrer Olivier Lechat, qui dupliquait avec ses 4 magnétoscopes dans son studio de la région Lilloise, les masters des vidéos fournies par Chanal, pour le commerce
                avec des réseaux sado-masochistes et divers. Le truc de Chanal, c’était les gamins, entre 5 et 20 ans. Mais je ne pense pas que Chanal ai connu Michel Meigniez De Cacqueray, tombé en Novembre 1995, avant 1988. Peut-être tout au plus, celui-ci l’a croisé, à l’époque ou Chanal allait à la gare de Lyon, à Paris, ou celui-ci rencontrait Giudicelli.....

                Voir en ligne : à propos de votre message.

                repondre message


                • Le nom du capitaine tante du 402éme régiment d’artillerie de Châlons-en-champagne, pris en flagrant délit de viol sur un appelé en 94 est éric Quevilly. Encore une pédale qui vraisemblablement était sur le site de Mourmelon au tournant des années 80. En 94, il devait avoir vers 35 ans.

                  Voir en ligne : Le nom du capitaine

                  repondre message

                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 9 janvier 2008 16:01, par ancien 4éme Rd Mourmelon

                    Ces deux tourtereaux étaient des négationnistes convaincus, comme Pierre Chanal. Chanal était trés apprécié par certains militaires, car il avait cassé du gauchiste à coups de barre de fer en 68, et que à cette occasion, il n’avait pas hésité à monter sur des monuments, ou des bâtments publics pour y enlever des drapeaux noirs des gauchistes et des anarchistes.
                    Chanal était depuis longtemps un proche des membres du FANE, dont Michel Caignet, qui avait lançé en 86, la revue "Gaie France magazine", une revue au contenu plutôt idéologique d’extême droite et pédophile. à cet escient, Chanal était fana d’un ancien SS Belge, Léon Degrelle, dont il avait lu tous les pamphlets qui circulaient sous le manteau dans certaines casernes, au point qu’il a imité celui-ci (Degrelle est mort en 94), en se faisant incinérer en 2003, et faire disperser ses cendres par avion , comme Degrelle.
                    Degrelle était pour Chanal , le soldat complet ( gay, aviateur, aventurier,homme de lettres, etc...). Chanal devait rencontrer Degrelle pour l’été 89, quelque part dans le sud de l’Espagne, avec deux de ses amis qui seraient du voyage.
                    voyage annulé....

                    Voir en ligne : à propos de Chanal et le FANE

                    repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 23 janvier 2008 09:43, par Brave soldat, ancien du centre équestre militaire de Fontainebleau

                      J’ai connu Pierre Chanal au centre équestre militaire de Fontainebleau. Il n’aimait pas les chevaux, et quand il montait un cheval, il ne restait pas longtemps, pour ainsi dire qu’il n’arrivait pas à faire du cheval. Trés vite, Pierre Chanal est devenu la "folle" du régiment. Dés son arrivée au centre équestre militaire, certains supposaient qu’il était gay, et du fait qu’il était à Mourmelon, il y avait une chance sur deux pour que ce soit le cas. Certains parlaient du "contingent des pédales".
                      Chanal lisait des revues pornographiques, des livres d’histoire, surtout des bouquins ayant réfférences au 3éme Reich, ou aux conflits coloniaux (guerre d’Algérie, d’Indochine). Il ne parlait guére, il disait qu’il n’avait plus de famille, et que sa vraie famille (ou seconde famille) était l’armée. Sinon, il parlait guére, et avait un certain retrait en rapport aux autres militaires. Lors de son interpellation, il n’y a pas eu de comité de soutien, et les enquêteurs furent assez conciliants, car si certains militaires avaient dit que Chanal dormait souvent dans son combi, avant son interpellation, il ne fut pas précisé que Chanal partait souvent du centre équestre le soir, pour ne revenir que au petit matin. Personne ne pouvait dire avec certitude ce qu’il pouvait faire toute une nuit, et encore moins de dire ou il allait.

                      Voir en ligne : témoignage d’un autre brave soldat, ancien du centre équestre militaire de Fontainebleau.

                      repondre message

                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 1er février 2008 15:41, par ancien mil 4éme Rd Mourmelon et 502éme RA de Reims.

                        Pour ceux qui sont intéressés par les médailles, les paillettes ou autres légions d’honneur, il faut savoir que Claude Mahut avait été décoré de la légion d’honneur à la fin des années 70. Cette distinction lui fut retirée suites à sa condamnation de 1997 ou 1998, pour une série de viols de fillettes.
                        En ce qui concerne Chanal, sa passion pour le nazisme était connue. Il avait même provoqué des militaires de Lunéville en prétendant que les derniers défenseurs du Buncker d’Hitler étaient des Français, ce qui avait aboutit à de vifs coups de poings.

                        Voir en ligne : Commentaire sur une médaille.

                        repondre message

                        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 mars 2008 15:39, par SRPJ de Reims 1985/1991

                          C’est trés curieux. Lors d’une garde à vue, en 88 ou 89, Chanal, qui niait l’assassinat d’un touriste Irlandais prés de St Quentin, durant l’été 87, disait qu’il était à cette époque en voyage en Normandie, pour admirer les bunkers Allemands, tout comme il avait visité les champs de Batailles de Verdun,et être sur les lieux du mur de l’Atlantique.Il avait donc, à cet escient, traversé plusieurs départements,et-ce, au départ de Fontainebleau, ou il était affecté. Il n’y avait pas eu, à l’époque, plus d’investigations.Il est vrai qu’il y avait beaucoup de boulot à faire...Mais il y avait des fautes de moyens également. (Ref : par exemple : 2 juges d’instructions pour le dossier 0’Keefe et disparus de Mourmelon en 88)...

                          Voir en ligne : à propos de votre message

                          repondre message

                        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 26 janvier 2010 13:24, par Militaire anc 332éme reg infanterie Reims

                          à l’occasion de manoeuvres, j’ai eu affaire à des militaires gays de Mourmelon.étant au 332é régiment d’infanterie de Reims, j’étais en manoeuvres, durant l’été 82. Au début, c’était les mains posées derrière le pantalon.Aprés, c’était les brimades, jusqu’a l’agréssion physique.J’en avait alors parlé à mes supérieurs.Ils avaient l’air de savoir. Il parait qu’il y avait eu de la bagarre,et puis, tout était plus calme...

                          repondre message

                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 février 2008 11:02, par ancien militaire gay de Mourmelon, fin des années 80.

                        Chanal avait une messagerie minitel sur un site minitel gay qu’il consultait à Fontainebleau du temps de Mid jusqu’a 13h. Le soir au plus tard, il avait des messages, et rencontrait ses amants au plus prés au bois de Fontainebleau, au plus loin à Paris. Le site minitel Gay était BOMEC (36 15 ou 36 14 ?)il sortait souvent le soir, dés la fin de son service et de ses heures réglementaires.(vers 17 ou 18h au plus tard)
                        il se plaignait, au bar le Renaissance à Mourmelon,(le week end) que les militaires du centre équestre militaire le méprisaient.Certains le provoquaient.

                        Voir en ligne : Vie de Chanal à Fontainebleau

                        repondre message

                        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 11 février 2008 16:49, par pseudo "le Canardeur".

                          Chanal avait un amant, ami de Michel Caignet, du nom de Gilbert Duquenoix, et le rejoignait souvent à un pavillon au 29 Boulevard de Stalingrad, à Champigny (Val De Marne).
                          Souvent pour regarder ou vendre des snuff-movies.
                          Duquenoix connaissait nombre d’hommes politiques d’importances,(au cas échéant pour le couvrir) dont certains étaient à la mairie de Paris. L’un d’entre-eux à accédé d’ailleurs à de hautes fonctions par la suite. Celui-ci était au courant des activités sado-masochistes de Duquenoix.
                          Comme Caignet, Duquenoix avait des relations dans toutes les mouvances politiques, du Front-National au parti Communiste. Ce qui c’est avéré trés utile.
                          Il aimait aussi les snuff-movies ou snuff-films.
                          Duquenoix se faisait appeller "Daisy" sur le minitel, et Chanal, "Mermoz".
                          Duquenoix est mort tragiquement lors d’une séance de sado-masochisme en Octobre 1990, le crâne fracassé sous sa cagoule, massacré par un inconnu, Rémy Roy, que Chanal et Duquenoix ne connaissaient pas.
                          c’est pas étonnant que les enquêtes sont closes en ce qui concerne Chanal. Si c’était le cas, le monde politique ne s’en remetrait pas. Tout comme je ne suis pas surpris que Michel Caignet soit en liberté...

                          Voir en ligne : à propos de la messagerie rose du Minitel.

                          repondre message


                          • Merci pour ces précieuses informations. à présent, je comprend mieux pourquoi les avocats, ainsi que les familles de victimes se sont faits acheter...
                            Et encore mieux pourquoi il n’y a pas d’enquête aprés un tel scandale judiciaire.
                            Il est à déplorer que les journalistes, actuellement, privilégient le People, plutôt que de soutennir des actions citoyennes. C’est déplorable.

                            Voir en ligne : Merci pour les infos.

                            repondre message


                          • Duquenoix avait un ami,directeur d’une chaine publique qui fut impliqué dans l’affaire Doucé. Il connaissait aussi, entres autres, le neveu d’un personnage trés important de la république.de réputation homosexuelle,Celui-ci animait une émission "culturelle" sur l’une des chaînes du service public.Même si cet oncle connaissait au moins depuis la fin des années 80 les activités de son neveu, il ne bougeait pas beaucoup pour lui demander de cesser ses activités. il falut l’assassinat de Gilbert Doucé pour le mettre en disgrâce...C’est ce qui explique aussi la mort prématurée d’un personnage trouble, en 1994 qui gravitait autour des plus hauts sommets de l’état...Ce qui explique aussi, depuis Boulin les manques évidents d’investigations dans certaines "affaires" à ne pas trop mettres en évidences...

                            Voir en ligne : à propos de Duquenoix et Chanal

                            repondre message

                          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 26 mars 2008 16:01, par anc. mil 503éme Rc .Mourmelon et "ami".

                            Chanal,au fil de ses stages commandos, pour ce qui concerne ses loisirs, ne pouvait participer aux autres para-clubs des régions ou ses stages étaient effectués. En conséquent, il lui restait un autre loisir, auquel il était trés attaché. En effet, Chanal aimait à faire des randonnées, et aller dans les bois. Pour cela, son combi ou sa Méhari ne pouvaient satisfaires ce loisir.En conséquent, Chanal avait aussi une passion pour la moto. à Chacun de ses stages, il arrivait toujours à s’en procurer une. à défaut, il passait par la location. Pour le transport,à défaut,il pouvait l’apporter en combi à proximité d’un bois.Chanal aimait particuliérement faire de la moto en zone de montagnes,soit le tout terrain,en zones montagneuses, particuliérement, surtout à proximité des Alpes.
                            En ce qui concerne certaines de ses relations, tels Armand Van Gijsselghem ou Nihous, par exemple , le mieux serait de prendre contact avec un prêtre du Diocése de Paris, le pére Georges Morand, qui à eu de nombreux contacts avec des militaires sado-masochistes,pédophiles, etc...Il a probablement (certainement pour moi), rencontré Chanal, ce prêtre connaissait également le pasteur Doucé...Mais il est trés méfiant, aussi...

                            Voir en ligne : Une passion méconnue de Chanal

                            repondre message


                            • Par "Nihous", tu parles sans doute d’un pseudo de Philippe Desnous ,qui avait participé, avec Michel Caignet et Jean-Manuel Vuillaume à des revues pédophiles et pornographiques, et à des réalisations de vidéos.
                              En rapport à ce que tu racontes, le prêtre que tu désignes pourrait en dire plus sur l’édition d’un album de photos, en 1990, soit-disant réalisé par un prêtre de Saint-Léger des Vignes, dont l’adresse correspondait à celle d’un haut personnage(proche) de l’élysée proche d’un haut personnage...Doucé, ami de Caignet, connaissait ce sujet brûlant, ce qui explique sa mort dans cette affaire "explosive"...

                              Voir en ligne : Compléments.

                              repondre message

                            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 2 juillet 2008 15:47, par anc502éme RA Reims

                              Oui, en effet. Soulignons aussi la pratique par Pierre Chanal du parapente. Je précise, à cet escient, qu’il allait souvent au Para-club de Grenoble Saint-Geoire...

                              Voir en ligne : le parapente...

                              repondre message

                              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 15 janvier 2009 09:28, par brave soldat.

                                Ne pas oublier aussi les nombreux stages NBC de Chanal...

                                repondre message


                              • Cherchez des informations sur un homme qui roulait en Mercedes blanche, qui vivait dans la région Lyonnaise,Introduit dans le milieu sado-maso Lyonnais et Parisien,Saint-Geoire,saint-Just Saint Rambert,Et qui féquentait Chanal dans les années 70 et80...(il a déjà eu des ennuis avec la justice,suspecté, "sans suites")...

                                repondre message


                                • Pour remonter au personnage, tu fais en fait allusion aux aéroports Andrézieux-Bouthéon et Grenoble-Saint-Geoirs,et tu oublies Bron.En effet, cet individu, que l’on retrouvait souvent à Saint-Quentin fréquentait les milieux sados-masos Lyonnais et Parisiens.Il avait même un ami,sado-maso,pédophile et homosexuel,connu de certains services de l’état, qui vivait dans un himmeuble(avec une traboule),à quelques pas de la place des terreaux, à Lyon...

                                  repondre message

                                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 13 décembre 2009 00:46, par DEEP THROAT

                                    N’oubliez pas que lors de son arrestation,le 9 Aout 1988,et lors de sa garde à vue,Chanal avait affirmé,qu’il allait à Lyon(en passant à Poule-les-écharmeaux,regardez de plus prés...),avec le Hongrois,ou celui-ci allait être "déposé"...Comme à Lille,c’était un lieu d’échanges,de rencontres,et ventes de vidéos-sados-masos.L’homme de la mercedes connaissait aussi Michel Felu et Philippe Carpentier, comme par hasard,eux-aussi amis d’un certain Michel Caignet.ça tournait toujours autour des mêmes personnes...

                                    repondre message

                                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 20 décembre 2009 15:29, par inconnu au bataillon

                                      En effet,lors de sa garde à vue,Chanal avait précisé qu’il allait à Lyon,avant de vite se rétracter, et dire qu’il allait visiter sa famille dans la Loire (onze ans aprés !),ce qui n’était pas crédible.En fait, tout le monde en avait rien à foutre des endroits ou pouvait aller Chanal.Tout indiquait qu’il passait souvent à Mâcon et Dijon, pour aller à Lyon.On n’a pas cherché.Plus inquiétant,il avait précisé avoir passé des vacances en Normandie, durant l’été 1987...

                                      repondre message

                            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 28 mars 2009 13:52, par Soldat Louis, 4éme années 80

                              Il y avait aussi des disputes entre militaires homosexuels "cocus". Chanal avait été mis sur la touche suite à une "grosse" connerie qu’il avait commis fin Aout 85,avec d’autres militaires, et ou il fut muté dans un régiment de cavalerie. Suites à ça,des amants pervers n’avaient pas de relations sexuelles réguliéres avec lui. Ce fut le cas d’un militaire du 4éme Rd de Mourmelon. Suites à ça, Chanal en eu un grand dépit. Il pris une crise de démence sur son ULM. il avait trafiqué celui-ci pour tuer l’amant, mais finalement ne l’a pas fait. Chanal, par la suite, à manqué se tuer en deux fois en ULM, surtout fin 86-début 87. Son comportement avait aussi changé. Finalement, un compromis fut trouvé : il devait entrer au 502éme Rcc début 89...

                              repondre message

                              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 2 mai 2009 14:19, par soldat 501éme rcc Mourmelon, années 1980

                                Chanal avait en fait le sentiment d’être sur la touche. En 85, à son retour du Liban, il avait essayé de jouer aux dominants.En 86-87 il supportait mal son éloignement de Mourmelon. son comportement s’en ressentait. Pour citer un exemple, il prenait de gros risques avec ses ULM. Un jour, il a foncé presque vers des membres du para-club pour finalement lancer des friandises et redresser de justesse son ULM. Je sais qu’il a manqué se tuer à au moins une reprise. C’était plus un coup de blues qu’autre chose.Finalement, en 89, il devait intégrer un régiment en face du para-club ou il devait retrouver ses amants. Finalement, c’est en agissant seul qu’il s’est fait pincer...C’est certain qu’il devait d’assummer sa connerie, comme en Aout 85..et non les militaires aristos pervers...

                                repondre message


                              • Certains hauts-dignitaires de l’armée, affirmaient, à la fin des années 1980, et surtout dans les années 90 que Chanal n’était pas seul. La proximité de nombreux régiments,et surtout les envois de cadres de l’armée qui posaient "problémes" faisait en sortes que des rapprochements entre divers militaires sadiques et pervers étaient inévitables. Par exemple, Chanal devait être viré de l’armée depuis 1976 et été muté là bas...En 87/88 Charles Pasqua avait eu des propos malheureux à propos de cette affaire, ou notamment il confirmait des "réglements de comptes entre appelés".C ’est bien la preuve qu’il y avait déjà eu une enquête. De plus, le 4éme Rd, comme d’autres régiments de la région, fut dissout en 1994...Il y a peut-être des langues qui risquent de se délier, sur des secrets de la Véme République...

                                repondre message

                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 25 août 2009 16:19, par mil centre équestre militaire 84/89

                        Je l’ai eu comme voisin au centre équestre.Une véritable tapette.Fallait pas faire de bruit quand il était là, sinon, il tapait au mur et râlait.Quand il regardait ses films pornos, c’était différent. De plus,il se déplaçait souvent.Quand il avait débarqué au centre, la rumeur avait trés vite circulée qu’il était de Mourmelon...

                        repondre message


                    • Chanal Connaissait aussi le père Nicolas Glencross,qui lui-même connaissait John Stamford. Chanal écoulait souvent sa production directement chez ce prélat, ce qui lui évitait un détour par Saint-Quentin.Quand en 1990, Glencross fut arrêté, la police judiciaire découvrit que son presbytére était un véritable studio de pornographie. Il y avait donc chez lui la plus importante collection de pornographie infantile connue en France, même au delà. Il devait bien y avoir au moins trente mille clichés. à ma connaissance, aucune investigation ne fut menée pour savoir si certains d’entres eux correspondaient à des enfants disparus.Comme par hasard, le père Glencross est mort quelques temps plus tard d’une "crise cardiaque"...après sa sortie de détention préventive.Il faut savoir que le presbytère du père Glencross à Saint-Léger-des-Vignes (Dans la Nièvre) servait de domiciliation à un futur grand ministre de "Gauche", et qui fut le porte-parole d’une des plus grande structure de l’"état". à la même époque, il y avait la mort du pasteur Doucé, la démission du garde des sceaux, Pierre Arpaillange,la démission de Philippe Guilhaume, PDG de la télévision publique, Pierre Joxe, était muté, lui, à la défense. C’est dire et confirmer que un lourd secret plâne sur la vie politique Française depuis la fin des années 1970. Des hommes politiques, de Droite et et de Gauche, connus, cotoyaient des leaders d’extrême-Droite (Caignet), et quand il y avait des "problêmes", le chantage était alors la règle.Ce qui explique que Caignet soit un être "intouchable" et surtout, qu’il soit en liberté. Michel Caignet n’a jamais vraiment été inquiété par la justice, même pour "toro-bravo". Normalement, un tel homme, avec ses activités néo-nazies, pédophiles, etc...Sans oublier les crimes probables auxquels il a participé (mais il n’y a pas de preuves), devrait purger une peine de perpétuité réelle. Mais ce n’est pas le cas. Même Paul Quilés, ancien ministre de l’intérieur, refusa d’inquiéter Caignet pour ses activités. Il se disait alors que Michel Caignet "savait rendre des services". Ce qui explique que certaines "affaires" comme celles des "disparus de Mourmelon", ou "des enfants disparus de l’Isére", soient bâclées...

                      Voir en ligne : Compléments...

                      repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 29 janvier 2009 15:00, par anc. milit. 403éme RCC

                      Pour impliquer Michel Caignet, comme le disait Chanal, "il faudra le prouver" , et même avec des preuves, celui-ci avec ses nombreuses relations politiques s’en tirera toujours. Bref, Caignet est intouchable...

                      repondre message


                      • Précise qu’il peut utiliser le chantage, aussi . Ces temps-ci, il a cherché à dissimuler des éléments graves de son passé, c’est bien la preuve que nous touchons au but.Et que la vérité n’est pas loin... De plus, nombreux sont ceux qui regardent de plus prés ses activités et sa vie privée... Pour le plus grand bien de la justice et de la vérité...

                        repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 5 mars 2009 14:26, par 502éme Ra Reims 80/86

                      Ce que tu racontes à propos de Degrelle est exagéré. Sa pérode "Gaie" ne concerne que les années 20 et 30. Aprés, il a eu deux épouses et de nombreux enfants. En ce qui concerne Barriére, il était bi-sexuel, gay et hétéro. Marié à une femme, il avait cependant de nombreux amants à Reims et à Mourmelon, dont Chanal. La raison de sa brouille avec Chanal, était qu’il avait remplacé celui-ci au pied levé lors du 80éme anniversaire du leader charismatique,en Espagne, par un jeune sous-officier de ses amants, en Juin-Juillet 86. Chanal en avait eu un grand dépit. Les deux hommes en étaient presques venus aux mains...

                      repondre message


                      • Ne pas oublier le Lieutenant-Colonel Julliard, un vrai tordu, un sado-maso, négationniste comme Barriére et Caignet, et surtout, amant de Chanal...

                        repondre message

                        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 24 avril 2010 17:03, par pseudo soldat Lishka

                          C’était connu,il y avait des rassemblements pour réaliser des snuff-movies dans la région de Châlons.Les trouffions servaient d’appâts,et ça pouvait vite dégénérer ( voir le cas du trouffion Puypallat, mort fin 85, début 86).Personne ne parlait.Ceux qui participaient c’était des militaires,souvent plus ou moins néo-nazis, ou des notables...C’est pour ça qu’il n’y a jamais eu d’enquêtes pour ces sales affaires...Et il n’y en aurra jamais. Croyez-moi !

                          repondre message

                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 10 août 2009 15:58, par Mil 4éme Rd Mourmelon,années 80.

                        Léon Degrelle avait accompli un exploit, en Avril-Mai 1945:traverser l’Europe,De Oslo aux cotes de San Sebastian en Espagne, sans escales.Un coup de génie et un exploit de l’aviation pour l’époque.Avec Une arrivée de justesse,sans essence.Aprés le décés de Degrelle, en 1994,Chanal avait acquis un Avion de modélisme vert identique à celui de son idole.Un beau hommage...

                        repondre message

                        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 27 août 2009 14:15, par Soldat National

                          précise que c’était un avion léger, et qu’il n’avait plus d’essence !
                          Degrelle était comme une star, dans les années 60 et 70. Autant dans l’armée de terre comme de l’air.Perso, j’ai du mal à croire à son exil doré en Espagne.il connaissait les principaux cadres de la droite nationale Française("occident",Front National,etc...)Qui souvent étaient nés aprés 1945...Le problème de Degrelle, c’était avec la Belgique...

                          repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 17 mars 2009 15:44, par militaire 30éme Rd Valdahon 67/76

                      Lors du dur conflit social LIP, en 1972 ou 1973, Chanal, avec d’autres militaires d’extrême-droite cassait du métallurgiste à coups de barre de fer. Ils cherchaient surtout les meneurs de gréves ou les syndicalistes. Chanal, qui devait juste être adjudant à l’époque, fut vite débarqué par les membres du SAC local, indignés par leurs "méthodes". Il n’y avait eu aucune sanction à l’époque.Certainement du fait d’élus.Les militaires étaient du 5éme Rd ou 30éme Rd,en parties, avec d’autres qui venaient de régiments régionaux.

                      repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 21 mai 2009 15:14, par Soldat 78/86 Mourmelon

                      j’ai été à Mourmelon dans les années 1980.déjà ça craignait. Et déjà, dans les années 1970, c’était le coupe-gorge de la caserne à la gare le week end. Il y avait beaucoup de militaires bi-sexuels et gays. Les gradés étaient souvent issus de l’aristocratie, et de loin, c’était les plus pervers. C’était eux qui organisaient les partouzes et les jeux sado-masos, comme des chasses à l’homme d’appelés, à Vatry,au départ d’une vieille baraque...c’est pas pour autant qu’ils étaient inquiétés. Quand il y avait des morts, c’était des "morts naturelles" (ex : ébriétéé). Point...

                      repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 14 mai 2010 22:58, par ex-soldat Valdahon

                      Un document qui éclaire l’attirance de Chanal pour des jeunes gens(de plus ou moins 16 ans),et qui aborde Léon Degrelle :
                      www.resistances.be/unnaziwallon02.html

                      repondre message

                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 avril 2009 15:52, par Mil. 501éme RCC Mourmelon 78/86

                    Pour bien comprendre,Chanal fréquentait des militaires de Reims, Epernay,Mailly le camp, etc...dont certains étaient pédophiles.Il y avait même des pervers issus du monde civil.Ils avaient comme point commun de fréquenter des discothéques ou des boîtes de nuit branchées ou réputées "gaies", des "oiseaux de nuit". De plus, avoir accés à la revue "gaie France Magazine", c’était connaître, à coup sûr,de prés ou de loin Michel Caignet, vu le faible tirage de cette revue...

                    repondre message


                • Au moins lors d’une garde à vue, Chanal avait reconnu connaître le lac du Der et aller souvent à Saint-Quentin. Par la suite, il est revenu sur cet aveux,puis à été trés confus, pour finalement admettre l’évidence.
                  Il faut savoir, que fin 87, au lac du Der, les effets personnels de Trevor O’Keefe,( jeune touriste Irlandais, qui figure parmis les disparus et dont le corps fut retrouvé durant l’été 87, prés de Saint-Quentin)furent retrouvés par un simple badaud. Celui-ci fit part de sa découverte à la gendarmerie du coin, mais à sa grande surprise, lui firent savoir que sa trouvaille ne les intéressaient pas. Ce qui est étonnant, vu que le corps de ce jeune touriste était découvert quelques mois plus tôt. Ces effets comprenaient une toile de tente, avec son matériel, ainsi que d’autres effets personnels, ainsi que les papiers d’identité de la victime. L’argent du portefeuille avait été volé.
                  Vu la non collaboration des enquêteurs, l’homme envoya le tout à la maman du jeune Trévor O’Keefe, en Irlande. à sa grande surprise. Il n’y a donc pas eu de volonté de faire un rapprochement.Donc,Aucune investigation ne fut menée sur les lieux de la découverte.Le lac du Der, Saint-Quentin...Deux lieux qui ne sont pas fréquentés par hasard... Je vous conseille de lire le livre d’Erolyne O’Keefe, "Fatal Journey" (publié en Anglais, seulement), qui montre, preuve à l’appui, que tout fut entrepris pour ne pas cibler le milieu de la pédo-criminalité, pour ne pas approcher, impliquer, John Stamford, Michel Caignet...Un témoignage troublant.

                  Voir en ligne : Compléments.

                  repondre message

                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 26 septembre 2008 10:01, par brave soldat II

                  Ces pratiques au sein de l’armée ont toujours été cachées au public.Précisons malgré tout que l’Armée n’est pas responsable du comportement détraqué de leurs employés.
                  Connaisez vous le parcours militaire du capitaine eric Quevilly(officier au 402 RA) ?
                  Comment détenez vous ces infos concernant Mahut et Quevilly ? avez vous de référence d’articles merci.

                  repondre message

                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 29 septembre 2008 14:16, par un Brave soldat

                    Ces pratiques étaient connues, du moins par les militaires.Déjà, dans les années 1970, il y avait des cas rapportés de viols en réunions, de regroupements de pervers etc...La proximité de nombreux régiments en un espace limité (Marne : Reims, Mourmelon, Châlons...)était propice à des méfaits et rassemblements de militaires homosexuels et pervers, ce qui est malheureusement la raison des faits graves des années 1980. à la fin des années 1980, cependant, l’état à réagis et fait en sorte que de tels faits ne se reproduisent plus dans cette région...

                    Voir en ligne : Les faits.

                    repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 1er octobre 2008 16:51, par Militaire 503e rcc Mourmelon années 70/80.

                      à l’époque, il y avait beaucoup de militaires du camp de Mourmelon qui étaient liés à des mouvements d’extrême-droite, nationalistes ou nazis, comme le FANE.Il y avait aussi des royalistes( surtout chez les officiers aristos), et qui rejoignaient ces tendances.
                      Les débordements de militaires, dans les années 70 et 80 en Champagne/Ardenne et quelques autres coins de France, dans le "petit monde" militaire, c’était connu...
                      Ils n’étaient pas forcément pédés.S’en prendre à des appelés d’origine populaire étaient pour eux un défouloir,d’une certaine façon de donner un sens à leurs vies minables,et surtout, une garantie de ne pas avoir des poursuites.En plus le quota des 7% de "pertes" était respecté. En effet, les familles d’appelés d’origine modeste n’allaient pas en justice, et avaient encore moins des avocats.Et puis, les déclarer déserteurs, c’était si facile. Le problême était tout trouvé.On trouvait un corps ? : forcément, il était mort d’un coma éthylique...Une "mort naturelle" en quelques sortes... Avec tout ça, ajoutez le systéme et les politiques qui s’en foutent, vous avez le (ou les) crimes parfaits...
                      Il faut être réaliste, et voir les choses en face...Paroles de militaire.

                      Voir en ligne : à propos du "systéme".

                      repondre message

                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 25 avril 2009 17:45, par soldat de Reims

                        j’ai entendu parler de ces viols dans le Var. C’était à Canjuers et à Fréjus. à l’époque, il se racontait qu’on rendait les corps aux familles dans des cerceuils de plombs, pour qu’il n’y ait pas d’autopsie. "circulez, il y a rien à voir", c’était l’adage de l’époque. Certains des militaires furent mutés à Mourmelon. Pour le reste, des "lampistes" ont trinqués, au tournant des années 80...

                        repondre message


                        • Pour répondre à votre question,en juillet 1980 disparaissait,au camp de Mourmelon, un appelé Varois, Christian Poli(on en parle ici).Sa disparition était connue en 1985 lors de l’ouverture de la SR de Reims pour l’affaire des disparus de Mourmelon.Comme par hasard,cette disparition ne fut pas enregistrée au renseignement judiciaire, donc, non-lieu en 1988.Chanal connaissait des militaires Varois.à Valdahon, il avait même effectué des manoeuvres à Canjuers...et eux-mêmes dans le sens inverse.ça en dit long sur les enquêtes bâclées sur d’éventuelles disparitions qui concernent des régiments régionaux en manoeuvres, et étrangers...La zone des disparitions est donc plus vaste que prévue...l’incompétence des enquêteurs, de même...

                          repondre message

                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 février 2010 11:25, par Appelé 1985-1986 4éme rd

                        j’ai eu des problémes avec l’adjudant-chef Chanal. C’était à l’occasion d’une corvée.à cette occasion, j’avais été retardé pour ma permission.ça devait être un vendredi soir.étant aux wc pour nettoyer, j’ai vu l’adjudant-chef passer une fois.Puis une seconde, cinq minutes aprés.Avec un simple tee-shirt et en slip.J’ai eu droit ensuite à une agréssion.Comme je me débattais, il poussait des râles et des cris perçants.à un moment donné,il semblait reposer les pieds sur terre.Ensuite, il m’avait laissé partir.Il n’a ensuite jamais recommencé.

                        repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 8 février 2010 17:57, par Appelé 4é rd 1981/1982

                      J’ai eu l’adjudant-chef Chanal.C’était pas un tendre.J’ai été convoqué plusieurs fois à son bureau.à l’époque, on disait ECS escadron de commandement et de service.Pour moi, j’ai été coursé autour d’une table, avec un gros morceau de caoutchouc rouge, une batte, et puis aussi, j’ai eu droit à ses cris perçants et ses râles. tout ça pour des motifs futils.

                      repondre message


                  • Ces affaires procédent toutes, peu ou prou de la mentalité dénoncée en 1982 à la commission de défense de l’assemblée par le rapport Chauveau sur le recrutement et la formation des officiers, lui même. Illustré peu aprés par le scandale du lycée d’Aix en provence. dénonciation de dérives , de valeurs différentes de celles de la république, sous l’appelation, "mystique de la virilité", englobant le Nazisme, culte de la force,nostalgie de la race Aryenne, le tout pouvant couvrir diverses formes de sadismes (viols, séquestrations)...

                    repondre message

              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 21 mars 2009 10:19, par Brave soldat. 502éme RCC

                Merci pour ce témoignage. ça montre, preuve à l’appui de conivences avec des militaires pervers du Var.c’est comme l’affaire Allégre ou des disparues d’Auxerre. Si vous épluchez les faits divers dans les journeaux de l’époque,en Champagne-Ardennes, c’était souvent que l’on retrouvait des appelés "suicidés" ou "morts d’ébriété", de "morts naturelles". Tout le monde alors s’en foutait, les cas se comptaient par dizaines.c’était des viols suivis de meurtres maquillés.ça risque de faire les choux gras de certains journalistes, par les temps qui courrent... à moins que l’indifférence ne reigne...

                repondre message


                • Tu as raison, mais ça n’a pas changé grand chose , tout le monde s’en fout tout autant. Tu oublies aussi de parler des civils disparus : il est trés difficile de constituer un ensemble de ces disparitions, ce qui résulte aussi d’une certaine haine et hostilité entre la police judiciaire et la gendarmerie .Regarde autour de Besançon, dans le Doubs, les disparitions de civils se comptent par dizaines entre 1966 et 1988, sans compter les militaires...Et Que dire de la région Champagne Ardenne ?...Il y a vraiment, finalement, matière à faire un documentaire !!!...

                  repondre message


                  • Pour les trouver, ces morts suspectes, "suicides" ou "morts naturelles", il suffit de chercher dans les rubriques "faits-divers" des quotidiens Régionaux de la presse écrite. ça ressemble à l’affaire Allégre, ou au moins une cinquantaine de femmes ont disparues ou furent retrouvées assassinnées prés de Toulouse. Le sujet est trés chaud, et il est trés clair que personne ne soutiendra une quelquonque "investigation" pour établir des "liens",dans une affaire aussi grave, ou plutôt, des "affaires". Ne comptez pas sur les pouvoirs publics, et encore moins sur les politiques...Chaque année, environ 1000 cadavres sont retrouvés, et la part des "morts naturelles" ou "suicides" ne concerne, à coup sur, qu’une minorité de ces cadavres...Soit un immense gâchis,des enquêtes bâclées, etc...

                    repondre message


              • renseignez-vous à propos de disparitions de civils aux alentours de Besançon entre 1965 et 1988...

                repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 juin 2008 16:04, par 503éme RC 1977/1983 Sous-off

              Ce que vous racontez me fait rappelle que vers 1980, Chanal allait souvent avec un certain Caignet au Chateau de Fougères,(Poule les-Echarmeaux), à l’époque, il était encore adjudant d’aprés mes souvenirs. Le chateau appartenait au comte Philippe De Sailly-Candeau qui connaissait des militaires "aristos" du camp de Mourmelon et alentours.Celui-ci connaissait aussi le Cressac de La Bachellerie dont vous parlez également.à l’époque, je crois que c’était plutôt politique qu’autre chose.

              Voir en ligne : Un chateau.

              repondre message

              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 6 août 2009 22:51, par appelé 4éme Rd 1985/1986

                à l’occasion d’une promenade sur le terrain militaire de Mourmelon,avec des camarades, nous avons apperçus le combi vert de l’adjudant-chef Chanal derrière des fourrés.Il était assis à l’indienne.Torse nu.un capitaine,lui donnait des coups de serpillère dans le dos. La serpillère était mouillée dans de l’eau, dans une cuvette. à chaque coup, l’adjudant-chef poussait de grands râles. Nous sommes finalement passés inaperçus.C’était un amére avant goût des pratiques des militaires pervers.

                repondre message

                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 6 avril 2010 14:45, par Milit.Valdahon 30éme Rd 72/76

                  C’était au printemps 1976.étant militaire engagé au 30éme rd de Valdahon,souvent, je devais me rendre à Bourg en Bresse en fin de semaine.Chanal avait accepté de m’y déposer,ça m’arrangeait bien.Ensuite,vers une école primaire,Chanal avait stoppé sa Méhari.Il regardait pendant de longues minutes les enfants, surtout les jeunes garçons.à un moment donné, avant de repartir,Chanal avait poussé un râle,et d’autres cris perçants. Sa façon de regarder les enfants disait tout.Je me suis alors abstenu de tout commentaire...Peut de temps aprés, j’ai été muté dans un autre régiment, et plus jamais je n’ai entendu parler de Chanal jusqu’a 1988...

                  repondre message

                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 26 avril 2010 18:04, par app 503é rcc Mourmelon 87/88

                  j’ai été agréssé en 87, lors d’une sortie de permission, un vendredi soir,par deux militaires,peut être du 4éme rd ou 502éme rcc(?)
                  En fait, j’ai été accosté en allant à la gare.Deux militaires, au surtout gallonés, ça inspirait confiance. Mais finalement non, surtout si il s’agissait de véritables pervers homosexuels. à ma connaissance, il ne me semble pas que chanal était là.je suis descendu en route, en ouvrant une porte de l’arrière. c’était une voiture blanche dont j’ai pas vraiment cherché, à l’époque, le modéle. faut dire que j’ai eu une grande frayeur.être vivant, c’était déjà ça.

                  repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 juillet 2008 14:09, par anc.CEC RESCO Givet

              Précise aussi que Chanal adorait aller au lac de Laffrey, surtout dans les années 1970, 1980, pour y faire de l’ULM, du parapente ou paramoteur.Il y est même retourné aprés 1995. Moi-même passionné de parapente et d’ULM, je suis allé de nombreuses fois avec Chanal à Laffrey,et à la Chartreuse,surtout à la fin des années 1970.Chanal était souvent en compagnie de plusieurs hommes, dont un plus âgé que lui,de au moins 10 ans...

              Voir en ligne : Quelques infos...

              repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 5 septembre 2008 15:55, par un brave soldat,anc.503éme RCC Mourmelon

              Pour quelqu’un qui avait fait carriére uniquement dans des régiments d’artillerie, c’était vraiment bizarre de le voir muter dans un régiment de cavalerie...D’autant plus que Chanal n’avait jamais fait de Cheval.C’est trés clair que l’on cherchait à le couvrir...Encore, il avait plus sa place dans un régiment de paras,vu ses compétences, mais dans de tels régiments, la promixuité entre les hommes est telle, que ceux-ci allaient vite découvrir que Chanal était Gay. Pas de commentaires pour la suite...On cherchait donc à éloigner Chanal, car il est vrai que les derniéres années avant 88, celui-ci n’était pas discret, et peut-être trop entreprenant.à ce sujet, il avait fait une "connerie monstre" durant l’été 85, et avait bien failli se faire pinçer. De plus, il avait dénoncé le monopole de certains militaires pour les ventes de drogues.Bref, aussi, pour la vidéo, peut-être qu’il voulait se montrer plus entreprenant...à ses dépends...Normalement, Chanal devait intégrer le 503éme RCC au plus tard en Juillet 89.Le régiment de cavalerie de Fontainebleau lui était particuliérement pénible. Il avait pris cette mutation comme une "giffle", ce qui en dit long sur son impatience...

              Voir en ligne : mon point de vue.

              repondre message


          • C’est certain que les paras, c’est pas l’endroit pour les gays. à l’époque, lors des recrutements, il y avait des techniques infaillibles pour repousser les gays : souffle au coeur ou varices.

            repondre message


    • Vous qui semblez branché sur la diffamation, essayez de m’expliquer pourquoi Maître Buffard, l’avocat de Pierre, n’a pas été poursuivi pour diffamation.
      En effet, il s’en prend fermement à la justice dans son livre, sorti depuis plus d’un an maintenant, dont le thème est : « L’affaire Chanal ou comment se fabriquent les coupables ».

      Voir en ligne : Mon combat pour innocenter mon frère, Pierre Chanal

      repondre message


      • Bonjour,
        contrairement à ce que vous pensez,moi aussi j’inscrit le colonel Barriére comme suspect à part entiére dans cette affaire.
        Si il n’y a pas eu poursuites en diffamarion,c’est en effet du fait que cette personne à des choses à se repprocher.Tout comme votre frére.
        D’autres,aussi ont des choses à se repprocher,et se gardent bien d’intervenir...
        Il s’inscrit trés largement dans la haute criminalité,au demeurant de la dite "pédo-criminalité",tous comme les autres cités, tel le général Delasalle,par exemple.
        Certains,même,ont eux déjà à faire avec la justice, comme votre frére.(voir les événements de Besançon en 70-71,72,Valdahon)
        Pour info,je ne suis pas intervenu le 22 Mars 2006, et la falsification de votre message ou vous me fesez intervenir ne tient pas la route :
        je n’était pas à Paris ce jour là, et en plus j’ai autre chose à faire que d’impliquer un élu régional qui n’a,au demeurant rien à voir avec cette affaire ou votre famille. C’est comme si je parlais du drame de votre neveu, qui lui aussi est étranger à cette affaire.
        Soyez plus subtile à l’avenir,quitte à vous épargner le ridicule.
        Même si vous avez au moins un élu dans votre famille (ce qui semble le cas,pour vous satisfaire), je ne peux en aucun cas l’impliquer,et ce qui est véritable.Je n’aime pas le mensonge tout comme,
        Je n’aime pas,au demeurant,vos accusations de "diffamation", ce qui montre que vous m’avez mal lu. Jusqu’a présent,jamais personne,vous mise à part,n’a émis d’observations ou de contres-affirmations à ce que j’ai dit.
        Et-ceux,excépté un militaire d’extrême droite et antisémite.
        Si vous trouvez faux ce que je dit,comme d’autres, alors, portez plainte contre moi,et les autres, et ça prouvera au moins que vous la voulez,votre commission d’enquête !
        ça vous épargnera au moins de falsifier mes interventions et prouvera que vous n’avez pas peur de connaitre la vérité,tout comme vous n’avez pas répondu à mes interventions (les vraies,celles-là !)

        Voir en ligne : ma réponse

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 29 mars 2006 18:21, par ancien de la DST

          C’est bien vu.
          Soulignons que le colonel Barriére avait été défendu par l’un des avocats des parties civiles(=victimes)pour ce qui concerne l’affaire des disparus de Mourmelon.
          Ce qui mettra tout le monde d’accord,est que plusieurs militaires eurent des ennuis judiciaires consécutifs à des viols,rien que dans la région Champagne-Ardennes.
          Ce que Simone Chanal ne dit pas, c’est que à l’époque de l’affaire des disparus de Mourmelon,entre 1980 et 1988,au moins 8 affaires de viols étaient traités par les enquêteurs,dont une concernant un gendarme du SRPJ de Reims...
          Ces affaires furent vite étouffées,pour finalement se concentrer sur Pierre Chanal.Le maillon faible,en quelques sortes.Le dossier "mistral"n’était pas si vide que cela.Mais par la bêtise d’un nationalisme qui n’a rien à envier à celui de la fin du 19éme siécle,tout à été entrepris pour que la question des viols et sévices dans les casernes (quelques casernes)ne soit pas soulevée,et surtout pas divulguée par les médias.Des faits dont l’ampleur dépasse trés largement le cadre de l’affaire dite des disparus de Mourmelon.

          Voir en ligne : Mon analyse

          repondre message


          • Il était notoire pour ceux qui sont dans l’armée,ou qui y étaient,que dans les années 70,80,90,et même avant,de savoir que des faits trés graves se sont produits dans quelques casernes.
            Je connais de nombreux militaires,dont des "gradés"qui pensent d’ailleurs comme moi.
            Le problême était alors de "ne pas salir l’honneur de la France".
            La soeur de Chanal,ainsi, n’a pas tort d’impliquer le colonel Barriére,qui à l’époque des faits à été blanchis comme par magie.Il faut dire aussi que effectivement,il avait été défendu par l’un des avocats des familles des victimes,qui à aujourd’hui l’audace d’être l’un des avocats des familles des victimes de Fourniret.Encore un qui cherche à ressembler à Gilbert Colard.Il connaissait donc l’ampleur du probléme,et ne pouvait aussi ignorer que le lieutenant-colonel Julliard fut abordé pour ces activités sado-masochistes à Mailly-le-camp lors de l’assassinat d’Olivier Donner en 1982.Il ne pouvait aussi ignorer que certains des militaires qui étaient à Mourmelon avaient déjà eux affaires à la justice pour des histoires de moeurs.
            Qu’est-ce qui explique le manque de motivation de cet avocat ? : l’argent ("le fric"),des indemnités.Il savait bien,lui et son cabinet que en défendant cette affaire dés la fin des années 80 qu’une manne allait se profiler à l’horizon.
            Il faut ici dénoncer l’intrusion de l’autorité militaire dans cette enquête.à l’heure ou l’on parle de l’affaire d’Outreau,il faut savoir que la marge d’action des juges d’instruction succéssifs qui ont "travaillés" sur cette affaire était trés faible,voire inexistante.
            Dire que les juges d’instruction n’avait presque pas de pouvoirs n’est pas éxagéré au vu du dossier,car ils étaient encadrés sans cesse par les militaires.Savez-vous que ces juges d’instruction n’ont jamais auditionnés d’anciens appellés de Mourmelon ?
            On me répondra:la gendarmerie l’a fait à la fin des années 80...
            Il faut savoir qu’un questionnaire "type"avait été envoyé aux gendarmeries respectives des lieux de résidences des anciens appellés.
            Le pire était que ces gendarmerie ne connaissaient pas le dossier comme le SRPJ de Reims le connaissait.Il y avait donc inévitablement des interprétations différentes,et en sachant que la gendarmerie était du même ministére que l’armée,la défense, il est dur d’envisager que les auditions cherchaient vraiment à connaître le comportement des militaires,voir d’impliquer l’un d’entre-eux.
            Dire que je pourrais être un antimilitariste est difficile :
            je suis moi-même militaire,pour la transparence dans cette affaire, et pense que dans les années 70 à 90 que au moins 99 % des militaires n’étaient pas des pourris(encore que,beaucoup me trouverons bien gentil en citant un tel chiffre).Je suis donc pour la transparence,pour que l’armée livre enfin des informations,et non pour l’omerta,qui nuis gravement à l’armée.
            Bien entendu, je soutiens fermement le principe d’une enquête pour cette affaire qui fait honte à l’armée.

            Voir en ligne : Pour plus de transparence

            repondre message


            • Je suis miltaire,(Colonel dans l’active et dans l’armée de terre) et devant ces outrages judéos-maçonos-gauchistes je ne peux que décrire ma rage.
              Je ne pense pas qu’une commission d’enquête soit nécessaire pour cette affaire.
              Les familles des "victimes" devraient, avec le temps, oublier leurs enfants déserteurs ou fugueurs.
              Et quand aux témoignages des "anciens appellés",traîtres à la nation, je pense qu’il leur faut une bonne guerre, histoire de définir ce que le mot "patriotisme" veut dire.
              l’armée,et ces cadres,rappellons-le, n’a jamais acceptée la condamnation pour fautes lourdes de l’état Français pour l’affaire des disparus de Mourmelon, le 26 janvier 2005.Un coup assimilé à un coup de couteau dans le dos à notre nation,notre patrie.

              Voir en ligne : Message d’un colonel (armée de terre)

              repondre message


              • Si ce qui se dit sur ce forum ne vous plaît pas,l’armée n’a qu’a porter plainte,comme ça il y aura une commission d’enquête et la vérité éclatera au grand jour.
                Mais l’affaire est tellement grave,des généraux ainsi que d’autres militaires seraient à impliquer,ainsi que des personnalités,que je doute que l’état n’engage d’enquête pour cette affaire....

                Voir en ligne : Réaction

                repondre message

                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 11 avril 2006 15:30, par militaire,Champagne-Ardennes

                  L’armée n’a pas à porter plainte,et doit en revenir à son droit de réserves.
                  Je ne pense pas que les messages des appellés soient crédibles.
                  Tout le monde sait,et des études le montrent, que 90% au moins des ouvriers ont des problêmes liés à l’alcoolisme ou à la drogue.
                  Même si il y aurrait un commission d’enquête, il est clair que ces gens ne serraient pas crédibles.
                  De plus,le procés de Pierre Chanal n’était pas équitable, les parties civiles étaient défendues par 4 avocats juifs, une juge juive, et un procureur au passé gauchiste .
                  De plus,rien ne prouve que Chanal ait fait un viol, le documentaire diffusé sur France2 l’a clairement prouvé.
                  Cette affaire est belle et bien une "blague ridicule"

                  Voir en ligne : une blague ridicule

                  repondre message

                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 avril 2006 12:52, par pseudo-Benguigui

                    La condamnation pour fautes lourdes de l’état Français,pour cette affaire dite des disparus de Mourmelon à montré à quel point l’état souhaitait préserver l’armée.Si vous lisez les rendus du jugement de condamnation du 26 janvier 2005,vous lirrez que l’armée s’en tire à bon compte,elle n’est même pas inquiétée alors qu’elle devrait l’être.
                    Si l’état n’a pas fait appel de cette condamnation,c’est tout simplement du fait qu’un appel aurait entrainé non seulement le débat, mais évoquer les responsabilités de l’armée allait être inévitable.L’état cherche à tout prix à cacher les viols et dérapages de certains hauts-galonnés d’origines aristocratiques de Mourmelon,quite à museler les médias.
                    Votre vision des ouvriers correspond aux pires clichés véhiculés par des gens de votre espéce. Il y a proportionnellement certainement plus d’alcooliques et de toxicomanes chez les militaires que dans la classe ouvriére.Les ouvriers,aussi,ne vous en déplaise,sont des citoyens à part entiére. Pour ce qui est l’évocation des juifs, ce sont non seulement des gens comme les autres,et je ne vois pas en quoi leur travail peut être différent des autres,vous allez un peux vite,et votre vision est purement fachiste et raciste.Pour ce qui est votre allusion au "gauchisme",votre bêtise montre que vous n’avez pas suivi le débat que je vous invite à lire :
                    www.lemague.net/dyn/article.php3?id_article=1873-82k-
                    Si l’état n’engage pas de commission d’enquête,il est certain qu’il faudra en conclure les conclusions qui s’imposent,à savoir que l’état à étouffé une terrible vérité pour sauvegarder à tout prix l’image de l’armée,mais quelle armée ?.
                    C’est non seulement dommage,mais déplorable.Déplorable de voir une poignée de pourris,qui ne représentent qu’un infimme pourcentage des militaires.Dans leur immense majorité les militaires sont honnêtes,et la plupart d’entres eux sont favorables à une enquête pour cette affaire.Et là,c’est une bonne image.

                    Voir en ligne : un triste visage de l’armée Française

                    repondre message


                    • Très sympa ce commentaire sur la partie civile et ses avocats "juifs" procureur "gauchiste" et cette mignonne statistique sur les 90% d’ouvriers alcolo-toxico-déblos ...(y a un coin pour vomir ici ?)

                      repondre message


                      • Le pire, c’est que dans cette histoire l’armée s’en est tirée à bon compte, elle n’a même pas été inquiétée lors de la condamnation pour fautes lourdes de l’état et dysfonctionnements de la justice du 26 jannvier 2005.
                        Le pire, c’est que les avocats des parties civiles n’ont rien fait pour impliquer l’armée, tout le monde sait qu’ils étaient intéressés par l’argent des indémnités.Pour se donner bonne conscience, ils ont crées une association fantôche et fictive pour soit disant "aider" les victimes des tueurs en séries.Un bon coup de pub.Ils n’empêche qu’ils sont plus préocupés de terminer leur bouquin sur Fourniret plutôt que de perdres leurs temps pour une cause qu’ils jugent perdue d’avance...

                        Voir en ligne : Un triste bilan

                        repondre message


                        • Gérard Chemla, l’un des avocats des parties civiles à reçu la légion d’honneur le 14 Avril 2006, preuve à l’appui que l’état est reconnaissant à cet avocat falot et éffacé de ne pas avoir cherché à mettre en cause l’armée dans cette histoire.
                          Pour être plus convaincant, il n’était pas présent lorsqu’une délégation des familles des victimes des disparus de Mourmelon à étée reçue au ministére de la défense le 31 Mars 2006.
                          Dans cette affaire, le lampiste est le systéme judiciaire, et l’armée n’a jamais voulu voir la vérité en face alors que nombre de conventions militaires n’ont pas été respectées.
                          Il faut reconnaître que l’action des avocats des parties civiles fut presque inexistante en ce qui concerne les investigations au niveau militaire.
                          Moi aussi, je déplore que le pécunier ait pris le dessus de cette affaire, quitte à avoir une médaille. C’est affligeant.

                          Voir en ligne : Constat amére.

                          repondre message


                          • cet avocat ne pouvait ignorer que le 4éme RD de Mourmelon fut dissout dés 1994, suite à un "rapport"alarmant qui était parvenu jusqu’au ministére de la défense.
                            Cependant, dés 1988, les choses avaient changées à la caserne de Mourmelon, de nombreuses mutations ayant été réalisées.
                            Les faits se sont donc produits avant 1988. Cet avocat n’a même pas cherché pourquoi il y avait autant de désertions d’appellés à Mourmelon,qui résultaient de viols et de brutalités. De nombreux juges d’instruction qui ont travaillés sur cette affaire se sont d’ailleurs plaints des obstructions succéssives de l’armée. La légion d’honneur de cet avocat est en conséquent ridicule, et prouve une fois de plus que la justice n’est pas indépendante. Si ce que vous racontez est vrai,en ce qui concerne l’absence de cet avocat le 31 Mars 2006 au ministére de la défense, alors je le plaint vraiment, à moins qu’il ne s’explique...

                            Voir en ligne : mon point de vue.

                            repondre message


                            • Chemla, l’un des avocats des parties civiles est aussi l’un des avocats des familles des victimes du SOFITEL de Kaolack,lors du tsunami de décembre 2004.
                              à l’heure de la mondialisation,voilà une idée originale de se faire de l’argent avec des indemnités sucrées.
                              Qui dit victimes en séries dit indemnitées en séries, et beaucoup plus fortes à chaques fois.
                              Aprés la légion d’honneur, profiter de la misére humaine n’a pas de prix, mais il y a des limites tout de même !...
                              à Quand le retour de Gilbert Collard ?

                              Voir en ligne : les victimes du SOFITEL

                              repondre message


                              • Si nous analysons cette affaire dans les détails, nous constatons que cet avocat ne s’est jamais "mouillé"dans l’affaire des disparus de Mourmelon.
                                Du fait de sa formation de pénaliste, il est clair que l’argent était sa principale motivation,ce qui est affligeant.
                                Sans doute, il ne souhaitait pas nuire à son cabinet d’avocats.
                                Le prétexte de son association me paraît bien futile, je ne voit pas quel interêt à son association fantôche, "victimes en séries", sinon de masquer sa cupiditée envers des parties civiles nombreuses, qui souvent n’ont rien à voir avec des crimes en séries....
                                à ce compte là, il devrait faire de la politique, il serait plus crédible.

                                Voir en ligne : triste affaire

                                repondre message


                                • pour les familles des victimes du sofitel, si il demande 100000 euros de dommages à chaques familles,on sait que c’est pas des Français d’en bas, ça va faire 100000 X 12= 1 200 000 euros.
                                  Si il demande 20% pour se faire payer, le jackpot va être de 240 000 euros.
                                  Et si l’autre bouffon décide d’écrire un bouquin sur le sofitel et le tsunami, il a pas fini de se faire de la tune.

                                  repondre message


                                  • Saluons ici le remarquable travail du CSA qui à évincé ces derniéres années nombre de gauchistes et autres parasites du paysages télé-audiovisuel, le dernier en date étant Karl Zéro.
                                    Regrettons au passage, que c’est moins le cas dans la presse écrite.
                                    Sinon,vos petites histoires me font bien rigoler.
                                    Tout le monde sait que les juifs ont beaucoup d’argent, et cet avocat n’a pas attendu le drame du SOFITEL pour s’enrichir.
                                    Et qui c’est qui paye ? : le contribuable.
                                    Sinon,point positif : tant mieux si cet avocat met au placard l’"affaire des
                                    disparus de Mourmelon"pour passer à des affaires plus juteuses en fric,je ne peux que m’en réjouir, comme d’autres militaires....
                                    Vivement Lepen au second tour en 2007 !...

                                    Voir en ligne : Vous êtres drôles !

                                    repondre message

                                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 1er juin 2006 13:27, par journaliste de Reims

                                      Voilà l’"affaire" qui fait peur à tout le monde. à commencer par les médias, dont le minimum qui se sont intéréssés à cette affaire ont eux des pressions évidentes.
                                      J’en sait quelque chose, ayant moi-même abordé cette affaire.
                                      Ensuite, il ne faut pas déranger les politiques et autres personnalitées visées directemement ou indirectement par cette affaire, et si ce serait le cas, l’affaire Clairstream ferait rigoler en comparaison.
                                      Bref, cette affaire illustre parfaitement les tares de notre sociétée actuelle, avec une justice à deux vitesses, une pour les faibles, une autre pour les nantis.
                                      Le plus triste est de voir que certains se font de l’argent sur les têtes de ces pauvres disparus et sur les familles des victimes, comme pour d’autres affaires, et aprés cela, on distribue des médailles. Je trouve cela déplorable.

                                      Voir en ligne : Mon point de vue de journaliste

                                      repondre message

                                      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 1er juin 2006 21:23, par Miltaire Patriote "gradé"

                                        Cette affaire est classée désormais, et les militaires ne peuvent qu’êtres satisfaits de la sagesse des ministres de la justice Dominique Perben et Pascal Clément qui viennent de donner le non-lieu général qui était plus qu’une évidence pour cette affaire.
                                        Tout le reste n’est que manipulation,on n’atteint pas ainsi impunnément au droit de réserve en vigeurs dans nos armées. Même si ça déplait aux gauchistes et aux biens pensants.

                                        Voir en ligne : Enfin un non-lieu !

                                        repondre message

                                        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 2 juin 2006 14:49, par Militaire X , Aube.

                                          Je pense que autant les avocats des parties civiles que ceux de la défense souhaitent le non-lieu.
                                          Et ça se voit.
                                          Nos casernes avaient droit à un quota de 7 % de pertes.
                                          Il n’y avait pas plus de disparitions à Mourmelon que ailleurs, et le quota est respecté.
                                          Je pense que l’état n’intervient pas suffisamment dans les médias, et je trouve que le CSA ne va pas assez vite pour virer ces journalistes nuisibles à l’ordre établi.
                                          Je pense qu’il faudrait un homme et un pouvoir fort, en France, pour requonquérir ce pouvoir perdu, et rétablir le service national, par exemple. Le porter à deux ans, même, ne serait pas un mal.
                                          Malgrés des efforts dans la presse écrite, il reste des individus à éliminer, et pas qu’un petit peu.
                                          Sinon, je suis content que cette affaire soit classée,il n’y a rien à voir dans notre maison.
                                          C’est un soulagement.

                                          Voir en ligne : Mon opinion

                                          repondre message

                                          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 juin 2006 10:33, par P.D.D Militaire.

                                            Enfin une bonne nouvelle !
                                            Cependant, étant militaire au nord-est de la France, et me tenant réguliérement au courant des faits divers militaires,et des attaques gauchistes, je n’ai pas entendu une telle annonce. Ou avez-vous vos informations ?
                                            Sinon, je pense que l’armée n’a pas à tenir compte et à rendre des comptes sur des déserteurs, des voyous et des fugeurs de France, l’armée ce n’est pas un pot de chambre, ce n’est pas la DDASS !

                                            Voir en ligne : Enfin une bonne nouvelle !

                                            repondre message

                                            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 13 juin 2006 18:20, par Militaire,patriote,gradé

                                              j’ai des relations militaires qui tournent autours du ministére de la défense et de l’état-majors.
                                              J’ai donc de bons tuyaux...

                                              Voir en ligne : Réponse

                                              repondre message


                                              • Et moi aussi,qui me disent que l’armée n’a pas attendu vos palabres pour s’introduire dans l’enquête et faire en sorte d’écarter toutes responsabilités et écarter les curieux, dés 1985, en fesant en sorte que la police judiciaire n’intervienne pas dans cette affaire. Déjà, en 1985, le SIRPA (service d’information et de relations publiques des armées)prennait en charge la communication de l’armée avec la gendarmerie, ce qui voulait dire qu’il y avait des choses à cacher (les moeurs dans la caserne de Mourmelon et d’autres ?)
                                                En 1994, quand plusieurs militaires de hauts-rangs furent mis en évidence pour leurs participations à des réseaux sado-masochistes, le SIRPA étouffa rapidement l’affaire, et comme par hasard,on décida de nommer le colonel Mouillan comme commandant de légion de Champagne-Ardenne, qui déjà était chargé en 1985 des relations entre la gendarmerie et le SIRPA, à qui veut bien m’entendre, vous connaissez la suite...

                                                Voir en ligne : Un bon tuyau à te donner...

                                                repondre message


                                                • tiens, le retour du braillard gauchiste qui vient faire ces suppliques.
                                                  Tu crois impressionner avec tes pseudos-réactions "révolutionnaires" ?
                                                  Tu n’as pas compris que c’était fini ?... et tu t’accroches à ton idéologie débridée,tu ferais mieu de t’incliner, toi et tes amis détracteurs et suivre ce que recommande l’état, toi qui prétend aimer la démocratie, et surtout,écouter les militaires.
                                                  Nous n’avons pas les mêmes valeurs.

                                                  Voir en ligne : Message au parasite gauchiste.

                                                  repondre message


                                                  • tiens, qui revoilà ?...
                                                    Je n’ai certainement pas à recevoir des leçons de "démocratie" émanants de ta personne.
                                                    Et puis, je ne suis pas "gauchiste", loin de là, et il me semble que je l’ai dit.
                                                    Je trouve tout à fait affolant de mélanger"gauchisme" et criminalité, d’autant plus que les faits ont montrés que ni les gouvernements de gauche et de droite succéssifs n’ont réagis à cette affaire, qui implique d’ailleurs autant des personnalités de droites que de gauche.
                                                    Avec de telles suppositions, quel avenir allons-nous donner à nos enfants ?...
                                                    Je suis de droite,et je l’assumme, ce qui ne m’empêche nullement de dénoncer la pédo-criminalité.
                                                    En disant ce que tu dis, tu n’est pas crédible, et je t’invite donc, à cesser tes réactions pitoyables.

                                                    Voir en ligne : Tu n’est pas crédible.

                                                    repondre message

                                                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 23 juin 2006 15:03, par ancien de la DST

                                                      N’oublie pas que pour l’affaire Donner, les scellés qui furent retrouvés sur les lieux du crime de cet appellé du 4éme RD de Mourmelon, retrouvé assassiné en 1982,furent détruits en 1984, c’est à dire moins de deux ans aprés cet événement récent...N’oublie pas aussi les scellés "perdus" de l’affaire O’Keefe et les autres...
                                                      Ainsi, dés 1985, personne n’avait interêt à voir la police judiciaire investiguer sur une telle affaire...

                                                      Voir en ligne : Message

                                                      repondre message

                                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 22 février 2007 14:22, par Gendarme SR de Reims entre 1985 et 1990.

                                  Ayant participé et travaillé à la SR (section de recherche)de Reims, entre 1985 et 1990, je tenais à préciser ceci :
                                  Quand Chanal fut interpellé, durant l’été 1988, les avocats des parties civiles (dont figure Gérard Chemla) n’ont jamais demandé à vérifier ces antécédents judiciaires.
                                  Leur boulot ne consistait qu’a établir des piéces de procédures, sans interêts.
                                  Il faut savoir que Pierre Chanal avait eu un avertissement du procureur de la république de Besançon en 1971, et que Chanal avait eu des faits pénalisables en 1968, 1970-1971 et 1976. Si la SR de Reims avait sa part de boulot, Les avocats devaient aussi faire le leur.
                                  Comme par exemple, demander si des disparitions suspectes avaient eues lieues au régiment du Valdahon entre 1965 et 1977, demander si des militaires de Mourmelon (en particulier le 4éme RD ) avaient eux des passés de délinquants sexuels, etc...
                                  C’est vraiment déplorable, et aucun de ces avocats ne s’est exprimé ici jusqu’a présent, et pour causes...
                                  Je déplore leur association fantoche,qui masque en fait leur cupidité, ou même l’ancien capitaine de la SR de Reims s’est fourvoyé.C’est affligeant.
                                  En ce qui concerne leur bouquin, j’ai constaté de gros oublis, et je ne le trouve pas trés méchant : c’est plutôt un pamphlet modéré.
                                  Il est vrai que avant de demander des médailles, le boulot doit être fait correctement.

                                  Voir en ligne : à propos des avocats

                                  repondre message

                                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 10 avril 2007 12:32, par anonyme (enquêteur)

                                    Ce qui était déplorable, était de voir Tarbes se disputer avec sa femme au téléphone. Pour donner une idée de l’"enquête", à un moment donné, l’idée fut émise de "travailler" avec des "médiums" et "radiesthésistes", ce qui décrédibilisait totalement notre équipe.
                                    Ce n’est pas pour rien que cette "enquête" fut désignée sous l’appellation de dossier "mistral" ou "courant" d’air.
                                    Tarbes était si souvent ivre, que des fois il dormait sur son bureau. Pire : il lui arrivait d’être en retard à des rendez-vous ou de ne pas y aller du tout. Ainsi, nombres de personnes se sont désistés pour témoigner, sans doute dans cette affaire.
                                    J’étais hostile à l’idée de travailler avec des "voyants", d’autant plus que certains étaient vraiment dépravés.
                                    J’ai vu qu’on parlait de Octave Cieber, ce "voyant-sataniste" avait pour amants effectivement certains militaires qui ont défilés à Mourmelon, et il avait effectivement pour amant aussi le "mâge" Duquesnoy, alias "Nathaniel". Les deux, par ailleurs sont morts dans des circonstances étranges à la fin des années 1980 et au début des années 90. Nathaniel est ainsi mort de sa passion, le sado-masochisme, et il est vrai que la rumeur à vite circulé que ces vidéos ont rapidement disparues de son pavillon, à Neuilly, je crois. Ce type fréquentait de hauts politiques, et c’est pourquoi que ces activitées devenaient gênantes et qu’il y a eu des obstructions d’enquêtes.
                                    Octave Cieber et Nathaniel allaient souvent à St Quentin dans l’Aisne, et il est avéré qu’ils connaissaient un Anglais trés connu du monde sado-maso, dont j’ai oublié le nom,des Belges, des Hollandais ainsi que de "petites frappes" comme Pierre Chanal.

                                    Voir en ligne : à propos de l’enquête

                                    repondre message


                                    • je ne pense pas que les enquêteurs de Reims aient utilisés des voyants pour l’enquête.C’est de la calomnie.
                                      La gendarmerie, c’est l’armée, et jamais elle n’a fait appel à des voyants pour ces investigations, par respect pour les familles de victimes.
                                      Votre alusion est ridicule, c’est comme insinuer que la gendarmerie pourrait utiliser des ufologues (les fameux spécialistes des OVNIS), ce qui est évidemment archi-faux.
                                      Il est clair que pour une affaire aussi sérieuse, à aucun moment la gendarmerie n’a fait appel à la voyance.

                                      Voir en ligne : Constat

                                      repondre message


                                      • Mauvaise orthographe pour le nom du mâge : ça s’écrit Octave Sieber et non Cieber.c’est important pour ceux qui font des recherches.Merci.
                                        Pour info, il avait participé à une émission TV à la fin des années 80, "Stars à la barre", animée par Daniel Bilalian. Il s’était fait ridiculiser par le magicien Gérard Majax.Nathaniel participait aussi à cette émission, ou il fut aussi ridiculisé.Un grand moment d’anthologie de la TV à trouver absolument dans les archives de l’INA !

                                        Voir en ligne : Octave Sieber

                                        repondre message

                        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 30 juillet 2006 17:03, par militaire ;Paris

                          Ce qui est chocquant pour un militaire de carriére, est de savoir que aussi ; Balasz Falvay était juif et qu’il travaillait dans la taille de bijoux à Budapest, ville peuplée à plus de 10 % de juifs ou ce type de métier était dévollu aux juifs.

                          Voir en ligne : Balasz Falvay, juif Hongrois

                          repondre message


                          • Et comme par hasard, la Hongrie, à l’époque, était un pays communiste...
                            ça fait un peux trop, non ?....

                            Voir en ligne : OBSERVATION

                            repondre message


                            • le principal est que cette affaire soit classée. Et que les déserteurs soient toujours considérés comme tels.
                              L’honneur de l’armée et de la patrie est ainsi sauf.

                              Voir en ligne : réponse

                              repondre message


                              • J’ai été militaire au début des années 80 et j’en garde un très très bon souvenir (chasseurs alpins)
                                En revanche je suis surpris ( à moitié en fait) de lire ici, en 2006, des messages écrits par des "militaires", qui pensent encore de la sorte...
                                Vous n’avez donc plus rien à faire dans vos quartiers depuis la fin de conscription ?
                                Le sens de l’honneur des acteurs de l’armée française impliquerait justement une totale transparence dans cette affaire qui fait tâche.
                                Malheureusement votre manque d’ouverture d’esprit est désolant : vous amalgamez discipline et esprit borné et étroit.

                                repondre message


                                • Est-il nécessaire de te rappeller que tout militaire est soumis à ce que l’on appelle le droit de réserve ?
                                  L’armée est une institution et elle doit le rester.
                                  La suppréssion du service national, qui est l’oeuvre des civils (plutôt de lobbys) s’apparente d’ailleurs au coup de couteau dans le dos que l’armée Française à eu en 36 avec le front populaire.Le tout pour affaiblir notre armée.
                                  Il n’y a pas de "transparence" à avoir, l’armée sait régler ces problêmes en son sein, et ce n’est pas un traître comme toi qui va changer ces régles.
                                  L’armée n’a pas de comptes à rendre aux civils.Point.

                                  Voir en ligne : réponse à ton message.

                                  repondre message

                  • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 4 janvier 2009 14:43, par Soldat actif.

                    Déjà, les ouvriers ne sont mêmes pas crédibles par leurs propres syndicats, c’est dire si ils sont crédibles. On devrait abroger les syndicats, et instaurer les métiers en corporations, au moins comme ça, ils diraient moins de bétises...et seraient plus encadrés...

                    Voir en ligne : Mon point de vue...

                    repondre message

              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 18 octobre 2007 07:36, par RIDET Charles

                "Les familles des "victimes" devraient, avec le temps, oublier leurs enfants déserteurs ou fugueurs. Et quand aux témoignages des "anciens appellés",traîtres à la nation, je pense qu’il leur faut une bonne guerre, histoire de définir ce que le mot "patriotisme" veut dire. l’armée,et ces cadres, rappellons-le, n’a jamais acceptée la condamnation pour fautes lourdes de l’état Français pour l’affaire des disparus de Mourmelon, le 26 janvier 2005."
                Mon Colonel, si colonel vous êtes,
                Oui, je doute qu’un officier d’active se permet ce genre de réponse anonyme (pas de signature) en y ajoutant quelques incohérences et fautes d’orthographes : appellés",traîtres, rappellons-le, état Français. (Je croyais que l’Etat français avait disparu avec le maréchal Pétain).
                Quant aux déserteurs "du temps de paix", vous ne pouvez les traiter de traitres. Vous devriez savoir que la désertion en temps de paix n’est pas passible des assises et ne peut s’assimiler à de la trahison (sinon contre l’esprit), qui elle, est passible de la juridiction susnommée.
                Depuis plusieurs années, les fugueurs appelés aussi déserteurs, ne craignent plus rien de la justice sinon une faibles peine en correctionnelle (avec sursis). Donc depuis ce temps, (par ailleurs la faute étant prescrite,) pour la majorité de ces personnels, ils auraient du retrouver leur foyer.
                Par ailleurs, souhaiter un "bonne guerre", n’est pas digne de votre rang affirmé. Votre rôle, je crois, est de participer à préparer la France à sa défense, si possible en évitant la guerre, sources de drames et de malheurs
                Avec les marques de respects qui vous sont dues.
                Un major honoraire ayant cumulé 37 ans de service

                repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 1er février 2008 15:44, par ancien mil 4éme Rd Mourmelon et 502éme RA de Châlons. .

        Dans ma présentation, il y a une erreur. Je suis un ancien du 4éme RD de Mourmelon et du 502 RA De Châlons, et non de Reims, évidemment.

        Voir en ligne : Errata.

        repondre message


  • je ne connais cette affaire que par ce qu’en a dit la presse...
    je ne comprends pas qu’un soi-disant innocent se suicide à la veille de son procès durant lequel il aurait eu l’occasion de s’expliquer...
    pour moi son suicide est le signe, mais pas la preuve, de sa culpabilite
    francis

    repondre message


  • Si Pierre Chanal était effectivement innocent, ce serait la plus grande erreur judiciaire du siècle..
    il y a donc beaucoup de gens qui ont intérêt à lutter activement contre cette thèse... courage Simone

    repondre message


    • Bonjour,
      j’étais appellé en 1982,au 4éme RD de Mourmelon et j’ai eu affaire à Pierre Chanal.
      Outre qu’il nous observait dans les douches,il a participé à de nombreux sévices sur moi et certains autres appellés avec ces copains gays,sous-officiers et officiers. Il y a eu des viols et actes de tortures.
      Certains appellés gays participaient aux sévices sur ordres des gradés.
      Tout le monde,ou presque savait ce qui était arrivé à Donner.Même,Chanal à interrogé les gars de sa chambrée pendant 2 à 3 heures avec des menaces,ainsi que ces comparses.et aprés,pour le faire oublier un temps,le chef de corps l’a fait partir à un stage bidon,certainement pour échapper aux questions des gendarmes (on avait retrouvé le corps d’Olivier Donner)
      Je n’ai rien contre la soeur de Chanal,mais quand on ne connait pas la sexualité de son frére,on s’abstient.

      Voir en ligne : Mourmelon,c’était pas la joie...

      repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 21 mars 2006 13:35, par ancien militaire de Mourmelon

        Moi aussi j’apporte mon témoignage.
        J’étais militaire,à Mourmelon, et j’ai déjà participé à vos forums.
        Pour revenir à Chanal,il faut savoir que,quand il y a eut la disparition de l’appellé Patrick Gache,le 31 avril 1987,que Chanal était présent.
        Pour ceux qui connaissent l’affaire et qui s’y interessent, je vais donner un élément de taille : le matin du 31 avril 1987, il y avait une remise de fouragéres pour les appellés du 4éme RD de Mourmelon. Le combi vert de Chanal était présent dans l’enceinte de la caserne,et bien visible.
        Ce jour là,Chanal et les militaires de carriére gays ont fait le choix de leur proie.Pour éviter tout ennui, ils ont fait en sortes que la disparition de l’appellé passe pour ainsi dire innaperçue,en ne prévenant pas sa famille.D’ailleurs, c’est un appellé à ce que j’ai lu qui l’a fait.
        Enfin, il y avait un bar à Mourmelon,appellé le bar "renaissance"ou Chanal allait encore en 87-88, et une boîte de nuit à forte clientéle Gay : le "Makumba"qui ne semblait pas être dans la région.
        Et une autre boîte de nuit, déjà citée, le "galaxy".(lire mes témoignages aux précédents forums). je confirme aussi qu’il y avait bien deux VHS dans le casier du disparu,et il faudrait connaître leurs contenus...

        Voir en ligne : Mon témoignage

        repondre message


        • Moi aussi j’etai a Mourmelon au quatriéme RD en 1981-1982.Il y avais toutes sortes de sévisses et des viols auquels Chanal participait.il étais le patron de l’escadron de comandes et de services.c’était insuportable.
          Il n’était pas normal.Il nous fesez souvent courir avec des masques à gaz.
          En été c’était eprouvant, en hiver peux-etre plus,surtout quand le chef de corps exigeais qu’on courres en slip.
          Chanal avec les gradés filmais.
          Il fesait beaucoup retarder les appellés quand ons partais les weeks end.Quand j’étai à mourmelon,a l’epoque,il avais pris en grippe un appellé d’origine portugaise qui à disparu quelques semaines aprés son arrivée.Chanal lui etais toujours aprés,et il l’avais agressé sexuellement avec des gradés nombres de fois. Oui,c’était pas la joie,et a moi aussi ils ons faits des interogatoires pour me faire taire.

          Voir en ligne : témoignage

          repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 mars 2007 19:38, par ancien appelé 1986

        j’ai eu Pierre Chanal, et Mourmelon, je voulait oublier.
        dés la premiére semaine, aprés mes classes, j’étais là bas.
        Un jour, Chanal m’a emmené chez le colonel, chef de corps. il voulait une fellation, j’ai refusé, et avec des poings, j’ai eu des coups.Le colonel avait une vraie tête de malade.Il n’était pas normal.
        Une autre fois, avant de partir en perm, Chanal me retarde. Je me retrouvait avec un autre appelé que je connaissait pas. On nous as poursuivis. Ensuite, on nous à emmené à une maison. Il y avait des militaires, certains avaient des cagoules. j’ai reçu beaucoup de coups au ventre, deux militaires me maintenaient les bras. Je croyais que j’allait avoir une hémoragie interne.
        si je me souvient bien, il m’avait même proposé de bonnes permissions étalées sur les mos suivants.
        Il y avait des cris et des pleurs, Chanal se moquait de nous, il disait qu’on n’était pas des hommes mais des femmelettes.
        Ensuite, retour au camp. Je suis convoqué par Chanal. Il m’avait dit que si je parlait, on me croirait pas, et que ma famille aurait des représailles.
        J’en avait alors marre. J’était au bout du roulot, et j’ai déserté. Personne n’était à mon écoute.Je reçois un coup de téléphone chez mes parents, on me demandait ce que j’allais faire. J’avais vaguement reconnu la voix de Chanal ou un autre.
        Aprés, dépréssif, malade, je suis placé dans un autre régiment dans le centre. Les militaires y étaient normaux mais l’uniforme me fesait peur.l’athmosphére y était différente et les militaires, honnêtes.
        Oublier, c’est dur, et puis il y a l’arrestation de Chanal en 88. Je suis convoqué début 89 par la gendarmerie de ma commune. On me pose toutes sortes de questions sur Chanal. Mais étrangement, il faut pas parler des autres et du régiment.il fallait charger que Chanal, et on n’était, encore, pas à mon écoute.
        Si Chanal s’est suicidé en 2003, c’est qu’il ne voulait pas que des anciens appelés témoignent, et surtout, il ne souhaitait pas de représailles pour sa famille et à tout fait pour couvrir ces amants, tant et si bien, que je me demande si Chanal s’est bien suicidé.
        En tout cas, sa mort arrange beaucoup de monde, et je craint que la vérité ne voie jamais le jour.

        Voir en ligne : ancien appelé 1986

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 18 septembre 2007 15:15, par appelé 81-06 4éme RD Mourmelon

          Je découvre ce site. c’est trés complet, j’ai eu Chanal en 1981-1982, il était trés dur. à la même époque, au 4éme RD, il y avait un appelé d’origine Portuguaise. la gendarmerie m’a rappelé à l’ordre son nom 6 ans plus tard. il n’est pas resté longtemps. un "mouchard", ou un "kapo", comme les appellaient Chanal, lui avaient dit qu’il avait commencé sa vie active trés jeune, en usine, à 15 ou 16 ans. Chanal s’acharnait sur lui, allant jusqu’à lui faire faire des corvées de "chiottes" en slip.
          Il y avait comme une ségrégation au 4éme RD entres prolos et appellés de familles aisées. Moi même, je croyais que Chanal était de famille favorisée et aisée. Je me rappelle avoir eu une histoire avec lui, il voulait voir mon placard pour une histoire de slips. Je ne voulait pas, et il à donné de violents coups de poings sur la porte du casier en acier.il était hors de lui.
          j’ai aussi été auditionné en 88-89 à propos de Chanal, cette fois. il ne fallait que charger sur lui au maximum, alors que d’autres militaires participaient.
          Les "Kapos", ces appellés qui participaient avec les militaires aux débordements n’étaient au plus qu’une dizaine.Certains n’étaient pas homosexuels, et ne souhaitaient casser que du prolo. Les autres étaient réglos. Il y avait des réglements de comptes conséquents.

          Voir en ligne : Ce que j’ai à dire.

          repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 1er juillet 2008 16:40, par anc. Adjudant 501éme RCC de Mourmelon. 82/88

            J’ai bien connu l’adjudant-chef Chanal. Il allait souvent au bar, jusqu’en 88, c’est à dire 2 ans encore aprés sa mutation à Fontainebleau,appelé "le Renaissance", fréquenté par une clientéle trés militaire. Il y avait deux jeunes filles qui travaillaient comme serveuses, au noir. Chanal s’adressait en particulier à l’une d’entre les deux. Il avait l’age d’être le pére, des deux jeunes filles qui étaient des gamines. Son vocabulaire était alors à situer entre le paillard et le vulgaire. De la façon dont il s’adressait aux jeunes filles, celui-ci n’était pas digne de celui d’un adjudant-chef. Je lui ai fait remarqué, alors. Il en avait cure. Vu qu’il était gay, c’était peut-être un défouloir, une façon comme une autre de montrer son mépris de la gente fémminine. Dans tous les cas, aucunement de la galanterie.

            Voir en ligne : En ce qui concerne Chanal

            repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 6 janvier 2009 15:25, par Appelé 4éme Rd Mourmelon 1977/1978.

            C’était en 1978. à Mourmelon. Moi aussi j’ai eu droit aux corvées.Aux retards aussi. Tant et si bien que un jour,avant la permission, je me suis retrouvé seul. à l’époque, je suis sorti de la caserne pour aller à la gare. Chanal est arrivé alors a ma hauteur, et m’a proposé de me déposer à la gare. Je n’y voyait pas de refus. Pourquoi pas. Il devait bien y avoir au moins une demi-heure de marche pour aller à la gare. J’ai accepté.
            à un certain moment, d’aprés mes souvenirs,Chanal est devenu bizarre. et ne parlait plus.
            Nous nous sommes arrétés subitement prés d’un champ de maïs. Comme une furie, Chanal était sorti du véhicule, fonçant dans le champ. Aprés, il y a eu un long moment de vide. J’avais l’air vraiment con, planté là, en pleine campagne, avec un sous-officier frappadingue dans le maïs. Je reprenais donc mes esprits, quand j’ai eu la désagréable sensation d’être observé.Il m’était facile de le localiser, au fur et à mesure qu’il bougeait. Puis, soudain j’ai entendu des râles, peut-être pendant un quart d’heure.
            Quand tout fut plus calme, j’avais pris la résolution de quitter le véhicule. En sortant, j’ai souvenir de l’avoir vu dans le rétroviseur, rampant par terre, et à nouveau, il a foncé comme une furie vers la porte passager du véhicule. J’ai alors vérouillé la porte. Déçu, il s’était mis à pousser des râles et des cris aigus.C’était vraiment l’épouvante.Pour la suite, le stress aidant, j’ai oublié les grandes lignes de la suite. J’ai fini par sortir du véhicule, Chanal étant dans le champ de maïs. Tout au plus j’ai mémoire que Chanal avait enlevé le delco du moteur, comme il avait laissé les clés sur le volant. Ensuite, donc, j’étais sur la route, pas du bon coté de la gare. Au final, j’ai pris le train.
            la semaine d’aprés, ce n’était plus le même bonhomme à qui j’avais à faire. C’était comme si rien ne c’était passé. Moins de corvées aussi. Et précaution, j’ai toujours pris mes permissions en allant en groupe à la gare ensuite. Je n’ai entendu parler des disparus que au tournant des années 1980. J’ai bien été abordé pour l’enquête, mais j’étais seul, et en plus, sans témoin...

            Voir en ligne : au sujet de Chanal.

            repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 30 janvier 2009 16:33, par appelé 1981/1982 4éme Rd.

              Moi j’ai été agréssé par Chanal dans son studio, avec 3 militaires gays. Il voulait me vendre une mini-télé.C’était glaucque chez lui .Pas de lumiére, un grand poster d’ULM au dessus de son lit, des revues pornos, du matériel hifi et vidéo, des magnétoscopes. J’ai réussi à me sauver. hors du studio, il y avait des militaires non-gays.Il y avait eu un pugilat. j’ai vraiment eu des soutiens et de l’aide.

              repondre message

              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 4 août 2009 15:51, par Mil.4éme Rd Mourmelon Dec 1980

                J’ai été témoin d’une agression sexuelle sur un appelé. C’était durant l’été 1981 aux cuisines.à l’époque, il ne m’avait pas semblé que l’adjudant-chef Chanal y participait. L’appelé devait être du 501éme.Les militaires étaient pervers, et du 501éme aussi.Des militaires du 4éme rd participaient aussi.Dont un, réputé pédophile.Il y avait aussi deux appelés. Je ne suis pas intervenu, par peur des représailles...Mais je sais qu’il y avait eu des plaintes au commandement...

                repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 6 février 2009 19:02, par appelé 502éme RCC

              Moi aussi j’ai eu droit à la même histoire que toi, sauf que je suis parti tout de suite du véhicule, vu qu’il était dans le champ de maïs.
              Bizarrement, à aucun moment il n’a cherché à me ratrapper. Je ne l’ai pas eu ;, vu que j’étais au 502éme RCC, mais je le voyait souvent dans un bar de Mourmelon. Il avait une façon étrange de regarder les gens.

              repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 9 juin 2009 13:36, par Milit.Car 4éme Rd 1980/86

            Ordre m’était donné de détruire un carton, fin 89contenant des milliers de slips, certains déchirés. Ordres du colonel Hablot, mais en fait, ces ordres étaient du général Waymel.il y avait aussi des dizaines de photos d’appelés, nus et entravés à un tombereau ou un radiateur.Torture et viol.Les corps avec des marques de coups.Des godemichés aussi, des cartes d’état majors. Le tout passa à l’incinérateur dans la journée.

            repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 15 septembre 2009 09:58, par appelé 4éme Rd1981/1982

            L’adjudant-chef Chanal semblait tout entreprendre pour me pousser au suicide.C’était toujours les plus faibles qui étaient attaqués.J’ai souvenirs de ces agréssions, ou il mimait des gestes obcénes avec un balai.Des officiers et sous-officiers Gays étaient toujours de la partie.Et puis, il y avait les "petites saloperies",ces appelés qui gravitaient autour des militaires Gays et pervers. Des mauvais souvenirs assurés, et qui passent mal.difficile de tourner la page...

            repondre message


        • Le suiçide de Chanal était bien un acte de lâcheté. Si il était innocent, il n’avait qu’a s’expliquer. De plus, il avait la possibilité de faire appel, et d’engager un second procés. Il avait largement le temps, alors, de trouver des éléments. De plus, avec le temps, si son innocence était avérée, il avait les droits pour faire réviser une éventuelle condamnation, et le cas échéant, de se faire indemniser par la justice. Il ne l’a pas fait. Pourtant, il devait avoir été informé par son avocat pour de telles recours, et surtout, pour ses droits. Pour le reste, tout s’explique...

          Voir en ligne : Nicolas.

          repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 21 décembre 2008 18:17, par appelé 1984/1985 4éme Rd.

          J’ai eu Chanal.Beaucoup de souffrances pour certains, un esprit de camaraderie avec les appelés aussi. Sinon, du silence pour des viols, et des faits pas trés glorieux à se remémorer...

          Voir en ligne : témoignage.

          repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 17 septembre 2009 18:37, par Militaire 503éme rcc

            Militaire, je tenais à préciser que à une certaine période de l’année, les appelés ne sortaient pas pendant une semaine, ou plus.C’était une période aussi ou il y avait des régiments de l’outre-mer de passages.Il y avait des agréssions racistes.Certains militaires étaient Néos-Nazis.Certains, mêmes, allaient jusqu’a gazer des animaux pour le plaisir...

            repondre message


      • arrivé au 4éme rd de mourmelon en septembre 85, j’ai eu chanal entres autres.ça devait être la premiére semaine, et déjà inspection de placard.mes slips étaient manquants.chanal n’aimait pas les cadenas à combinaisons et me l’a fait savoir, mon placard avait été forcé ;par un autre appellé, je savais que c’était chanal qui avait forcé mon placard. néanmoins, convocation au bureau de l’ECS.
        mes slips étaient visibles dans le tiroir de son bureau, ouvert, et j’avais émis une plainte. furieux, chanal poussa subitement son bureau au milieu de la piéce, il pris un couteau, et me poursuivit autour de la table. ça avait bien duré une demie-heure peut-être.à la fin, il m’avait passé une corde au cou, et je pensais alors que mon heure était arrivé.à moitié inconscient, il m’avait relaché et m’avait dit de retourner au dortoir.
        autre fait parmis d’autres, un soir, il m’avait retardé avant de partir en permission, il m’avait dit de faire une ronde.finalement, c’était vraiment pas ça.avec un autre appellé, le colonel avait dit de sortir dehors et de monter dans un camion berliet, ce que j’avais fait avec l’autre.je ne me rappelle plus combien de temps le camion avait roulé, ça fait plus de 20 ans déjà.je sais qu’on est arrivé prés d’une foret.il y avait deux autres appellés d’autres régiments dont un Reunionais que j’avais déjà cotoyé dans un bar,et que j’ai revu par la suite.Chanal imitait le singe et poussait des bruits de singe au Réunionais qui était noir.il l’avait gifflé.il y avait peut être une dizaine de militaires, de tous grades.puis, on nous à dit, vous avez une demie heure ou un truc dans ce genre, et nous devions leurs échapper, je crois que c’était ça le principe.c’était vraiment n’importe quoi, car il y avait un maître chien, et on n’avaient aucune chance.c’est ce qui est arrivé.je sais que je n’était pas le dernier à être pris,et en les fuyants, nous les appellés nous nous sommes séparés.en fait, c’était le chacun pour soit, mais je savais que je n’avait aucune chance de leur échapper.j’ai été passé à tabac, puis on m’a ramené à moitié inconscient dans un camion, j’ai oublié ce qui à suivi ma capture, sauf peut-être quelques détails ou des idées que je m’en suis faites.comme par exemple la vision de deux appellés dont la tête devenait toute rouge, avec des yeux exobités quand on leur passait une corde autour du cou,et qui bavaient.je ne suis pas rentré chez moi ce week-end, et celui d’aprés, mais aprés, bizarement, j’avais beaucoup de permissions.j’ai été convoqué aux bureaux de chanal et du colonel, ils m’ont dit de fermer ma gueule, que de toutes façon, j’étais un gamin et que personne ne m’écouterait.et puis, ma famille risquait des représailles, pour trouver les adresses, à l’époque, le minitel fesait des "prodiges"comme disait chanal.
        il m’est difficile de parler de la suite, je souhaitais oublier, et puis, il y avait le procés chanal.
        quand j’ai revu le reunionais, il ne voulait pas me parler.je lui ai demandé la suite des événements, mais il me fuyait,il n’était plus le même et quelque chose avait changé chez lui.je ne l’ai plus jamais revu par la suite aprés ma quille.
        quand chanal fut arrété, je ne fut pas surpris et j’ai été auditionné par la gendarmerie de ma commune.si chanal s’est suicidé, c’est tout simplement qu’il ne voulait pas impliquer ces amants.nous les appellés, étions loins d’étres consentants.

        Voir en ligne : appellé 85/86 4éme rd mourmelon

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 25 juillet 2008 11:13, par ancien appelé 82/83 4éme RD Mourmelon

          J’ai eu Chanal. à la caserne, il y avait beaucoup de brimades et mêmes des viols isolés. Des appelés participaient avec les gradés et les sous-officiers gays. En ce qui concerne les appelés qui participaient aux fais, je ne pense pas qu’ils étaient conscients de la gravité de leurs actes. Ils attaquaient les plus faibles, simulaient des agressions sexuelles, sans vraiment que obligatoirement ceux-ci soient gays. Même, ce n’était pas du tout le cas.Généralement, ceux qui participaient étaient d’un rang social plus élevé. Ils s’attaquaient aux simples prolos dont l’avenir était tout tracé dans une usine. Chanal adorait attaquer ces appelés là, et encourageait alors les appelés qui lui étaient aux basques à brimer au delà du possible. Je pensais que Chanal était d’origine bourgeoise, il méprisait vraiment le prolo, qui sans doute, à ses yeux, étaient une "sous-classe".C’était vraiment de la haine contre une catégorie d’individu. L’année de mon service militaire, un appelé à "disparu". il fut retrouvé assassiné quelques temps aprés. Chanal cassait du sucre sur lui, et puis, il était brimé comme jamais (corvée wc,coups de ceinture,douche froide etc...). Comme je le racontait, son avenir était tout tracé, et l’adjudant-chef pestait sur lui pour lui rappeller. Pour le reste, ma mémoire flanche. ça fait plus de 25 ans tout de même...

          Voir en ligne : Témoignage.

          repondre message


      • moi, je me rapelle bien de mon service militaire.
        Une semaine aprés mon arrivée, j’assistais à mon insu à une tournante. En fait, je revenais d’un exercice, et la porte du dortoir était entre-ouverte. Il y avait des gradés et des sous officiers qui sodomisaient un appelé.Il y avait plusieurs appelés qui participaient aussi, de sorte qu’il m’était difficile d’établir si il y avait un ou plusieurs appelés qui étaient violés.Cette fois là, je ne me rappelle pas avoir vu Chanal, mais aprés, j’ai vu des faits similaires ou il participait.Je n’avait pas été vu, mais aprés, j’étais au milieu des événements. Chanal est parti vers l’été, sans doute muté.J’avais peur d’être le prochain à chaques fois, et à deux reprises, j’ai failli être violé. à l’époque, nous étions jeunes, et personne ne nous croyait. C’était trés difficile, et en plus, on ne pouvait rien dire sur le compte des officiers, ils étaient comme sâcralisés, intouchables.si je parlait, peut être que je ne serait pas là maintenant.Et puis, il y a des sujets tabous dans notre société. Moi aussi, je pense que si Chanal s’est "suicidé",c’était pour préserver ces amants et sauvegarder sa famille.Aussi, je pense que les choses pouvaient aussi facilement mal tourner, et c’est pourquoi il y a eu des morts. Il devait y avoir des appelés qui refusaient ces viols et qui sont morts par des coups des militaires. Il suffisait d’un rien pour que les choses empires, et pour qu’elles aboutissent à un drame.la meilleure façon d’échapper à ces malades, c’était se faire discret, et surtout, fermer sa gueule, d’ou la grande muette....

        Voir en ligne : Appelé 86-87

        repondre message


      • j’ai eu Pierre Chanal en 85_86, j’étai au 4éme RD.Il s’attaquait toujpurs aux plus faibles,et d’autres appelés, à des degrés divers participaient.
        Des fois, des faits relevaient plus de l’agréssion que du viol.Chanal avait des amants parmis les gradés, dont le chef de corps qui était un colonel.Ils avaient pour la plupart des noms d’aristos.Le colonel n’était pas normal.Je l’ai vu à une émission de Hondelatte il y a quelques années.J’ai oublié les noms, mais ils sont écrits sur des carnets. Quand Chanal allait chez le colonel, on entendait des cris et des râles. Beaucoups d’appelés étaient passifs, et il est vrai qu’il fallait être discret. Un jour, ce qui m’avait le plus marqué, c’était aux douches : Chanal donnait de grands coups de poings dans une cloison, il avait les yeux fixes, perdus, et il poussait de violents cris et râles. Devant lui, un appelé en slip pleurait. Il ne voulait pas être regardé par le pervers en face de lui et refusait d’enlever son slip...

        Voir en ligne : mon témoignage.

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 17 novembre 2008 13:47, par appelé 1984/1985 4éme Rd.

          Pour quelque-chose de complétement insignifiant, un jour, l’adjudant-chef Chanal m’a convoqué dans son bureau.Ayant poussé son bureau, il m’a poursuivi autour de celui-ci avec un objet contondant pendant au moins dix minutes. épuisé, j’ai capitulé, alors il m’a fait des atouchements, puis, comme ça, sans raisons apparentes, il m’avait dit de repartir. Son expréssion était complétement absente. J’ai appris par la suite que je n’était pas le seul, et qu’il y avait des agressions en réunion aussi.

          Voir en ligne : Ce que j’ai à dire.

          repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 3 juillet 2007 16:44, par ancien appelé 1983-1984

        j’ai eut pierre chanalcomme supérieur.il était trés dur.
        quand il y avait l’heure de la douche, il me regardait vaguement.ceux qui étaient sur la touche, c’était toujours les mêmes : les fils de prolos, les paysans.Chanal leur vouait de la haine. il y avait des dortoirs constitués part les origines sociales, "qui s’assemble se ressemble"disaient les militaires. il y avait un dortoir mixte "bourgeois"-prolos. on disait bourgeois, mais le mot est large, il regroupe aussi des gars qui étaient destinés à des professions libérales, etc....
        une ou deux fois il y a eu une tournante dans mon dortoir, la victime était un gars qui avait été maçon. C’était tard la nuit. ça durait à chaque fois quelque chose comme un quart d’heure. il y avait bien 10 militairesqui s’étaient relayés. l’appelé gémissait, il devait avoir un baillon. Les militaires avaient des torches. C’était pénible, et personne parmis les appelés n’a réagis.le silence des appelés de la piaule était glacial.pourtant, npus étions plus de 20. à la fin, l’appelé pleurait, et il restait dans sa solitude. franchement, je pense que ma parole ne valait rien à l’époque, et ça c’est reproduit. Je n’ai jamais été le suivant, mais j’ai gardé ça avec moi. Les deux fois, je ne regardait pas. Je ne peut donc affirmer si Chanal participait, mais certainement...

        Voir en ligne : Témoignage

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 11 juillet 2007 11:44, par appelé 82 4éme rd, mourmelon

          oui, tu as rason.ceux qui trinquaient, c’était toujours les mêmes.au moins, les militaires étaient certains qu’ils ne se plaindraient pas au commandement.
          il y avait ceux qui parmis les appelés participaient a des faits avec les militaires. il y en avait 5, c’était aussi de véritables mouchards. quand j’ai eu ma quille, il y en avait un avec moi, et c’est dire qu’il y a eu réglements de compte à la gare de Mourmelon.
          les gars comme chanal s’en prennaient toujours aux plus faibles, ceux qui ne parlaient pas beaucoup, qui avaient peux de vocabulaire, etc, et qui étaient promis à des boulots pourris. je croyais que chanal était issu d’une famille aisé, j’ai regardé le site de sa soeur, et à ma grande surprise, ce n’est pas le cas.

          Voir en ligne : à propos de ce que tu dis...

          repondre message


          • Ayant été témoins de nombres de faits, je souhaitait témoigner volontiers aprés mon service en juin 82.
            j’ai été convoqué plusieurs fois par la gendarmerie, et déjà, en 86, j’évoquai Chanal,et pas que lui. On me rétorqua que je pouvait avoir de la rancoeur contre l’armée, contre mes anciens officiers et sous-officiers, ce qui ne tenait pas debout .
            Aprés 88, il falait tout cracher ou presque contre Chanal, lui seul devait payer. En fait, j’ai compris qu’il allait servir d’exemple, et j’ai refusé de m’inpliquer plus dans un tel fiasco. Pour l’honneur de qui ?...La patrie ?
            Nicolas Sarkozy, notre nouveau président, semble fiable et honête. il prône la "rupture", souhaite tendre la main, avec notre nouvelle ministre de la justice, Rachida Dati, à ceux qui sont victimes d’injustices, et il souhaite, même, si nécessaire revenir sur ces affaires qui "dérangent".
            Je pense qu’il est sincére et qu’il mérite toute notre confiance.

            Voir en ligne : à propos de cette affaire.

            repondre message


      • appellé en 79-80, je me rappelle que Chanal aimait à nous humilier. un jour, entres autres exemples, il m’a appellé pendant un exercice et m’a fait monter au dortoir. il y avait une table, et tout autour des militaires avec des matraques. Chanal, alors, me coursait autour de la table avec un objet contendant. j’étai filmé, et impossible de sortir du cercle imposé, c’est à dire la course autour de la table sous peine de recevoir des coups de matraques.
        la caméra était peut-être du super8 mais assez sophistiquée pour l’époque.
        j’étai vraiment terrifié. mais je ne pense pas avec le recul que Chanal souhaitait vraiment me planter avec son couteau, le but était d’humilier. toutes sortes d’insultes étaient proférées, et ça rejoint ce que certains disent, à savoir que mon rang social était particuliérement visé.

        Voir en ligne : à propos des vidéos

        repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 novembre 2008 15:45, par Appelé 1985/1986 4éme RD Mourmelon

        L’adjudant-chef Pierre Chanal était quelqu’un de trés manipulateur.Ce qu’il aimait, par dessus tout, c’était de s’en prendre aux plus faibles, aux appelés fils d’ouvrier, et de les humilier, ou les faires humilier entres-eux en venant jusqu’a monter des appelés entres-eux,avec des appelés d’origines plus favorisées, qui n’étaient mêmes pas conscients de ce qu’ils faisaient, comme des gamins qui ne savaient pas se maitriser dans des jeux sans limites. Tout cela avec l’approbation des autres militaires, officiers et sous-officiers,dont certains, pas tous, étaient de la partie.

        Voir en ligne : Les brimades et autres...

        repondre message


  • j’étais appellé en 79 et 80 au 4éme RD de Mourmelon.et je suis révulsé sur ce qu’on écrit sur Chanal,surtout quand on ne connait pas sa sexualité.Au 4éme RD de mourmelon,dés le premier jour,j’avais déjà les mains aux fesses des militaires homosexuels gradés et sous-officiers....
    Il y avait des viols,des attouchements sexuels auquels Chanal participait.Chanal exigeait que nos slips soient propres. Il était non seulement pervers, mais trés strict à propos de l’hygiéne.
    C’était intenable d’autant plus que des appellés homosexuels participaient aux faits,consentants,eux,et menés par Chanal et un gradé du nom de Lebel.
    Le chef de corps participait lui-aussi(colonel De Beauregard),et il y avait 2 camescopes pour nous filmer.Ils nous mettaient nus,nous fesaient battres,etc...Leurs petits scénarios pervers,quoi.Ceux qui ne participaient pas étaient battus.Chanal utilisait même des serpents pour rendre plus gores ces vidéos.
    Il y avait beaucoup de brutalités. Il y avait un appellé qui a disparu début janvier 1980,Chanal lui était toujours aprés,et le traumatisait.Bref,Mourmelon,c’était pas la joie,et il fallait être discret.
    C’est sûr que de nombreux militaires qui ont des choses à se repprocher dorment tranquiles,et protégés par l’état en plus.

    Voir en ligne : mon année à Mourmelon

    repondre message

    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 23 mars 2006 12:49, par appellé 4éme RD 81-82

      c’est vrai que ce qui se passait à Mourmelon était intenable.moi,j’y était de juin 81 à juin 82.La pire des choses,en effet,était la manipulation des appellés,le fait que des appellés gays participent.Ce qui me choque,c’est que la soeur de Chanal dise que ces victimes étaient consentantes,ce qui est faux,car quand il abusait des appellés,c’était sous la contrainte,et là,ils ne pouvaient rien dires,tout comme moi,et en plus il était soutennu par sa hiérarchie et les militaires gays.C’est dégeulasse de parler de "consentement",et c’est triste pour sa victime Hongroise qui n’a ici même pas l’opportunitée de s’exprimer,ce qui rend Chanal encore plus ordurier...

      Voir en ligne : témoignage

      repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 23 mars 2006 15:46, par ancien appellé 4éme RD Mourmelon

        Moi,ce qui m’attriste,c’est qu’il n’était pas seul à commettre des viols et des sévices.
        Il était couvert par ces supérieurs qui participaient aux événements.
        La caserne de Mourmelon était une caserne ou l’armée de terre envoyait ces officiers ou sous-officiers cas-sociaux qu’on ne voulait pas ailleurs.
        C’est triste de voir que la soeur de Chanal ne connaissait pas la sexualité de son frére,mais en fait elle ne savait pas son passé à Mourmelon.
        Moi,j’en ai bavé,et la gendarmerie à tout fait,par nationalisme ringard,pour protéger les complices de Chanal,et prendre le plus prolétaire d’entres-eux,Chanal.

        Voir en ligne : Mon avis

        repondre message


      • réponse à appelé 4èmeRD 81-82 :
        Vous avez mal lu ce que j’ai écrit. J’ai parlé uniquement de Palazs Falvay. Je n’ai jamais parlé d’autre chose, ni d’autres victimes potentielles.
        Ce que je peux dire, à propos de Mourmelon, c’est vous rapporter les propos que m’a tenus mon frère : « un jour, j’ai découvert de la drogue..., j’en ai fait part à mon lieutenant qui m’a rétorqué : ’’Occupez-vous de ce qui vous regarde’’ ».
        La drogue à Mourmelon, Madame Gache en parle d’ailleurs dans l’émission de Jean-Pierre Foucault « En quête de vérité », diffusée sur TF1 en 1992. Je la cite, parlant de son fils Patrick : « ... il m’ a dit qu’il y avait de la drogue... »

        Voir en ligne : mon site

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 3 avril 2006 11:50, par ancien appellé 1981-1982

          ça,c’est pas vraiment une nouvelle pour moi.
          à l’époque,vu le comportement des militaires,officiers et sous-officiers,et leurs problêmes psychologiques,il était certain,du moins pour certains d’entres eux,qu’ils se droguaient.
          à l’époque,un Italien et un Hollandais les livraient.Il y avait d’ailleurs des manoeuvres aux frontiéres Franco-Belges.
          Si ça vous dit quelque chose, l’Italien,un civil comme le Hollandais se fesait surnommer "Repetto".
          J’y fait mention dans mon carnet aprés ma quille à Mourmelon.

          Voir en ligne : réponse

          repondre message


          • il s’appellait comment le Hollandais ?

            Voir en ligne : demande de renseignement

            repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 septembre 2008 14:20, par Soldat X 4éme Rd Mourmelon 1980-1986

            Des "témoignages" à charges contre l’institution militaire. C’était connu,les appelés du 4éme Rd étaient des cas sociaux.La consommation d’alcool jouant beaucoup dans leurs "témoignages". Pour le reste, aucun commentaire...

            Voir en ligne : Au sujet des ex-appelés...

            repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 13 mai 2010 10:07, par ex-appelé 85/86 4éme RD

              C’était tout juste aprés mes classes. Déjà, en intégrant le 4éme rd, l’adjudant-chef Chanal m’était toujours aprés.Un jour, j’ai été convoqué à son bureau, juste avant une perm, aprés une corvée, un vendredi soir.Comme j’étais fils d’agriculteur, l’adjudant chef me haïssait plus particulièrement. Un bureau était placé au milieu d’une piéce. Des sous-officiers et gradés gays, "aristos" sont arrivés,ainsi que des appelés.J’ai ensuite été coursé par l’adjudant-chef, qui me tappait avec une latte en bois. Les autres rigolaient, et eux aussi m’humiliaient. J’ai été filmé avec un camescope. ça avait bien duré une heure. Aprés, il m’a déposé à la gare. Ensuite, je devais garder le silence... Aussi, c’est clair que j’ai réglé des comptes avec certains appelés par la suite, mais pas tous, et puis, je n’étais pas le seul à avoir de la rancoeur pour certains...

              repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 5 février 2007 20:10, par appelé 503éme RD Mourmelon 85-86

        affecté au 503éme RD de chars de combats à Mourmelon en 85-86, j’ai eu affaire à Chanal.
        Un soir,un vendredi soir, plus précisément,je devais partir en perm. A la sortie du régiment, des militaires, dont certains du 503éme RD donnent l’ordre que je monte dans un camion. Alors, je m’éxécute et obeit.
        Aprés presque une demi heure de route, le camion s’arrête au milieu d’un terrain de manoeuvre enneigé. Un autre camion arriva, et en descendit 1 appelé du 4éme RD et 2 autres appelés d’autres régiment.
        Il y avait des militaires du 4éme RD, dont Chanal, dont j’avais déjà entendu parler et eut affaire auparavant.Il circulait dans les régiments.
        Ordre est donné de se mettre torse nu. Ensuite, ce qui est visiblement un colonel donne l’ordre de fuir. Nous avons si je me rappelle bien une demi heure. C’est n’importe quoi. Avec la neige, nos pas, nous sommes vites retrouvés.Et puis, il fesait froid, en décembre ou janvier 85-86, 0 degrés au moins ; on est retrouvés, il fait trop froid, on voit que certains veulent des viols, mais il n’y en aura pas. On se demande ce qu’on va devenir.On est vite fixés.
        un appelé pleure. C’est pénible.
        Suivent ensuite des coups. Le colonel, avec sa ceinture frappe fort, particuliérement un des appelés du 4éme RD. Passé un moment, Chanal à un geste d’humanité, il voit que l’appelé met ces mains pour contenir les coups. Il demande au colonel d’arrêter,ça va trop loin. Le colonel était furieux, il voulait frapper Chanal, mais ne l’a pas fait.
        Aprés, nous rentrons. Je suis, par la suite convoqué plusieurs fois et intimidé, recevant des menaces suite à cet épisode. Je pense que si Chanal était dans le coup, qu’il ne voulait jamais tuer. Si il y avait des morts, c’est qu’ils étaient allés trop loin. Visiblement, Chanal ne souhaitait pas de débordements.
        beaucoup de cauchemards par la suite. Le procés de chanal en 2003 est comme une blessure qui ressurgit. C’est pénible, témoigner raméne a ce passé douloureux.J’avais 19 ans. je voulais oublier, j’ai jamais parlé de tout ça. Aprés, il y avait les trous noirs, la dépréssion et parler ravivait cette douleur. et puis, par hasard, je découvre ce site. Je parle, mais tout semble si vain.C’est si vieux,et pourtant si récent, que je me demande pourquoi avoir entendu 2003 pour juger Chanal, tout en sâchant que d’autres ne serrons jamais jugés.cette "affaire" est vraiment une tragédie, et je mesure mes mots.J’ai 2 enfants, et souhaite continuer à vivre malgré tout.

        Voir en ligne : appelé 50"éme RD de Mourmelon, 85-86

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 18 juin 2008 16:37, par ancien appelé 1982/1983 4éme Rd Mourmelon

          C’était un jour à l’occasion d’une course à pieds organisée par l’adjudant-Chef Chanal. Ce jour là, je portait ma veste militaire avec mon portefeuille dans une poche. commme il faisait chaud, Chanal avait éxigée que je sois en tee-shirt.Aprés la fin du footing, je reprend ma veste en dehors du combi de Chanal. Il me manquait de l’argent.Je suis donc retourné vers lui. Il a alors eu une attitude équivoque, m’a plaqué contre son fourgon, et m’a gifflé, tout en poussant des râles et des cris aiguës, et en commençant des attouchements sexuels tout en se montrant dominant.Il y avait pas loin, par chance, un Lieutenant d’une autre unité et d’autres appelés qui passaient non loin de nous. Chanal m’a alors relaché.Tout le reste de mon service national fut alors le plus discret possible, et au possible de lui faire oublier cet incident.

          Voir en ligne : à propos de Chanal, un incident vécu.

          repondre message

    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 24 mars 2006 12:10, par citoyenne de Douai

      Mon cousin était à Mourmelon au début des années 80.
      Il avait déserté,mais pour des raisons valables : son dos était couvert de traces de coups.De plus,il était traumatisé à la vue de gens en uniformes.Son pére n’a pas voulu qu’il retourne à la caserne,il voulait porter plainte,mais les gendarmes lui ont dit qu’il s’était porté les coups lui-même.
      Sa famille,modeste,ne pouvait rien faire.Mon cousin parlait souvent des brutalités de Chanal et des militaires pervers.Mon cousin s’est suiçidé en 1996,dans l’indifférence générale,il avait 33 ans.alors,ce qu’on me dit des souffrances de Chanal me laisse pantois.
      personne ne pense à ces victimes indirectes.

      Voir en ligne : la souffrance des autres

      repondre message


  • Dans certains cas, on aimerait évoquer la notion "d’atteinte à la présomption de culpabilité".
    On peut toujours réécrire l’histoire, oublier les éléments à charge et présenter les faits sous un jour favorable.
    Si vous voulez équilibrer les points de vue et vous faire votre propre opinion, cliquez sur le lien ci-dessous et lisez le témoignage que j’ai écrit après le procès.
    Il s’agit surtout de dénoncer les dysfonctionnements de la justice dans cette affaire mais vous constaterez également que Chanal n’a pas été renvoyé aux Assises par hasard.
    Gil DENIS

    Voir en ligne : Disparus de Mourmelon

    repondre message


    • Bonjour,
      j’ai participé aux activités du para-club de Mourmelon dans les années 80.
      Tout le monde savait que Chanal était gay,comme certains au para-club,surtout militaires.
      Chanal en détenait les clefs,et les activités du club se fesaient surtout les week-ends ou jours fériés.
      à certains moments de l’année,les locaux de l’établissement se transformaient en véritable bordel ou des militaires gays venaient mêmes d’autres régions,à voir les plaques minéralogiques des voitures sur le parking.C’est malheureux à dire,mais j’y ai vu des personnalités. Je le savait,et à l’époque je m’était rendu un soir au para-club pour constater,au vu des véhicules garés sur le parking.Ils visionnaient des vidéos pornographiques homosexuelles ou l’on devinait des sévices sur des appellés.
      Trés embarrassé,Chanal et ces compéres m’ont proférés toutes sortes de menaces.
      Suite à cet incident,je ne pouvait plus me permettre de participer aux activités du club,et donc,dés l’été 87,je n’y ai plus mis les pieds.La même année,par prudence,j’ai déménagé.
      Certes,Chanal n’était pas un ange,mais je pense qu’il n’y aura jamais d’enquête sur cette affaire,il y a trop de gros poissons,et ça ferait trop scandale.

      Voir en ligne : témoignage

      repondre message


  • j’était a Mourmelon et je suis scandalisé quand je lit que les victimes de Chanal était consentantes.
    Il y avait bien des viols et autres tournantes à Mourmelon.et Chanal n’était pas le seul,loin de là.
    Pour moi,je me suis rendu compte que ça allait mal au 4éme rd de Mourmelon dés le premier jour que j’y était.
    Le soir,tout pouvait paraitre normal dans la chambre colective des appellés,sauf que le soir même,en pleine nuit,Chanal est entré dans la chambre.Il a sodomisé et violé l’appellé qui était en bas,ensuite,au moins 5 militaires,des gradés et autres officiers ont suivis.
    Ensuite,j’ai compris que de telles scénes se renouvellaient souvent.Personne chez les appellés n’a agis,ou même ne c’est révolté.Tout le monde avait peur de Chanal et de ces collégues,dont le chef de corps.
    Le pire,la nuit,c’est quand j’entendais pleurer les camarades,qui souvent appellaient leur mére,et qui étaient violés.
    Au bout d’une semaine,je me suis rendu compte que les sévices avaient même lieux le jour,sans différences avec la nuit.Un jour,ce qui devait arrivé est arrivé :ça devait être un moi et demi aprés mon arrivé à la caserne. un aprés midi,sous un vague prétexte,Chanal m’a retardé.Il m’a amené à la chambre collective,et là,il m’a violé,sodomisé.Ensuite,ces camarades sont arrivés.J’était tellement sous le choc que je ne me rappelle même plus du nombres qu’ils étaient.Je ne pouvait rien faire,et croyez-moi,j’étais loin d’être consentant.Chanal à même sorti un poing Américain,et me serrait la gorge.Ensuite,j’était livré à moi-même,et quand je suis arrivé à l’exercice,les autres appellés ont compris.Ceux qui avaient étés violés me regardaient avec un regard presque moqueur,les autres baissaient la tête,et semblaient comme génés,honteux.certains avaient les larmes aux yeux,aucun ne m’a adréssé la parole.On étaient du bétail prêt à envoyer à l’usine,formatés.mon pére me disait : "va à l’armée,tu seras un homme mon fils".Ce qui ne fut pas le cas.
    Alors,quand on ne connait pas la sexualité,ni le passé de son frére,surtout on ne dit pas qu’on étaient consentants,car aprés notre silence et notre viol,que je considére pour moi-même comme une honte,la plaie reste ouverte.Surtout quand on sait que des gradés ont participés,le combat judiciaire est perdu d’avance.

    Voir en ligne : la vie d’un appellé ordinaire à Mourmelon

    repondre message

    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 3 avril 2006 19:19, par pseudo François

      Mon frére à fait son armée au milieu des années 80,en 86.
      Il y avait l’avant et l’aprés.Aprés ces classes,il était traumatisé,et il a eu Chanal.Ma mére avait constaté à l’époque,des bleux et des hématomes sur son corps,mais il disait que c’était les autres appellés.Aprés son service,il a dit que c’était surtout le colonel qui le frappait.Ma famille à bien voulu porter plainte : le commissariat nous a renvoyé à la gendarmerie,qui a dit que notre frére disait des inventions et n’importe quoi.
      Aprés,mon frére ne pouvait pas tenir un emploi en usine,il était trop nerveux et perturbé,et les autres se moquaient de lui,se foutant royalement des origines de son mal,ou plus probablement étaient cons.puis,il a été mis à la cotorep.Jusu’a il y a pas longtemps,il ne voulait plus parler de Mourmelon.Je lui ai montré ce forum,et d’autres,et il est bien content que enfin ces tortionnaires soient montrés à la vindicte.il est plus serein.

      Voir en ligne : mon frére

      repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 juin 2006 14:37, par appellé 4éme RD 1985-1986

        Entres autres anecdotes, Chanal aimait faire des guet-apens aux appellés, le soir aux dortoirs.
        Il n’était pas rare de le rencontrer en slip, avec 2 ou 3 de ces pôtes qui venaient de l’hôtel des sous-officiers.
        la plupart du temps, il n’était pas dans son état normal, défoncé à l’acide.
        Il se fesait même des garots au bras pour se piquer .
        La journée, l’athmosphére pouvait être infernal.
        Chanal aimait bien courser des appellés avec le lieutenant-colonel et le capitaine surtout, et avec un des camions Berliet noir, ils amenaient des fois jusqu’a 5 appellés à Vatry, une localité à quelques kilométres du camp de Mourmelon.Je suis du pays, et je connais.Ils aimaient faire ça les week-end, le vendredi soir. Un jour, ça m’est arrivé, on étais deux ce jour là. J’ai été attrapé,et j’ai reçu des coups tout en ayant des attouchements sexuels. Chanal n’était pas normal, c’est clair, mais il n’était pas seul a porter le chapeau.
        Je tiens à préciser aussi qu’il y avait des magnétoscopes des deux côtés, 2 étaient dans une piéce à proximité des dortoirs. Un sous-officier m’avait dit qu’il y avait aussi un magnétoscope et du matériel Hifi à l’hôtel des officiers et sous officiers.Des fois, la nuit, il n’était pas rare d’entendre des hurlements. ça fesait flipper.
        souvent, Chanal et ses petits amis était complétement défoncé à l’acide ou d’autres drogues. Leurs comportements étaient alors imprévisibles.
        Je crois que Mourmelon fut la pire expérience de ma vie. Ce que je souhaite à personne.

        Voir en ligne : Confirmation.

        repondre message


      • j’ai été aussi incorporé au 4éme RD de Mourmelon. Il est vrai que Pierre Chanal n’était pas normal et j’ai moi-même vécu des viols.
        Chanal n’était en aucun cas seul, et il était appuyé par des sous-officiers et officiers.

        Voir en ligne : MON POINT DE VUE

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 15 septembre 2006 12:31, par appellé 79/80 4éme RD Mourmelon

          Quand Chanal était défoncé, il aimait courser des appellés autour d’une table avec un couteau ou un cutter.
          J’ai connu ça, quand un jour il m’a donné l’ordre débile de me mettre en slip, et ou il m’a coursé néanmoins sans me blesser.
          De plus, j’ai à ajouter que certains endroits hors de la caserne étaient mals éclairés le soir. Par exemple, la voie Romaine.
          Souvent, sur les routes, les militaires ivres ou défoncés à la drogue roulaient comme des fous.

          Voir en ligne : ce que j’ai à dire

          repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 21 décembre 2006 17:50, par Appellé 81-82,4éme RD Mourmelon

            La premiére foi ou j’ai eu affaire avec Chanal, c’était pour des vols d’argent dans des courriers.
            Il ne souhaitait pas rendre l’argent et disait que c’était interdit. Vu que je protestais, il m’avait donné un grand coup de genou dans le ventre.
            Entres autres faits, un vendredi soir, en partant en permission, vers 17h, avec deux autres appellés, Chanal nous avait dit de rester, pour je crois une descente de drapeau suivie de ronde incendie : c’était bidon, en fait un camion attendait dehors.dedans, il y avait le colonel ainsi que environ divers militaires.Certains étaient de Mourmelon,les autres d’autres casernes.Ils étaient une dizaine,et il y avait des officiers et des sous-officiers. Le camion est ensuite parti, il a roulé environ trois quarts-d’heure et nous sommes arrivés dans la clairiére d’une foret isolée. Chanal est arrivé une demi-heure plus tard avec son combi. Il était accompagné d’un maitre-chien et du colonel.
            Un des militaires, nous as dit à nous appellés : "vous avez trente minutes+trente minutes, si on vous choppes, ça va être votre fête, celui qui se ferra pas chopper n’aurra rien". épouvantés, nous réalisions alors, nous les trois troufions que c’est une chasse à l’homme qu’on à affaire. Les trentes minutes passent.Ils partent à notre poursuite. J’ai dépassé l’heure, et le maitre-chien me retrouve. Les deux autres apellés ont étés pris plus tôt.Le maitre chien est parti une heure aprés pour me retrouver, les autres militaires jouants.Arrivé au camion, je suis roué de coups. Je constate alors que la traque était filmée et que les deux autres appellés ont subis une tournante à laquelle je n’aurais pas droit, ayant "gagné".On rentre à la caserne.On n’aura pas de permissions pour ce week-end. Je n’était pas en état,et puis les deux autres apellés étaient sous le choc.Il y eut ensuite menaces et pressions.On ne se parlait pas, les deux me reprochaient presque de n’avoir été que passé à tabac. Le moins que l’on puisse dire était qu’on était loins d’êtres consentants.La même année,peut être au même endroit on a retrouvé un appellé du 4éme RD mort, on l’avait sut et si il était mort, c’est qu’ils étaient allés trop loins.

            Voir en ligne : Récit d’apellé

            repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 29 septembre 2006 08:53, par Militaire engagé à Mourmelon

        J’ai bien connu Pierre Chanal, étant militaire engagé à Mourmelon durant les années 80. Chanal était trés respecté par les militaires, de par ses connaissances
        sur la LVF, la légion Wallonie, la Hitlerjugend et la Waffen SS.
        Chanal avait réponse à tout, et il était passionné par les exploits de Léon Degrelle, de Mengele et du colonel De La
        Rocque. Il avait du reste dévoré presque
        toute la bibliographie de Jean Mabire, un spécialiste des combats de la seconde guerre mondiale. Chanal rêvait de rencontrer Degrelle à Alicante en Espagne, et devait se contenter de VHS
        ou de cassettes audios qui circulaient
        dans les régiments.

        Voir en ligne : Chanal

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 4 octobre 2006 13:57, par militaire années 80 , Mourmelon

          Chanal avait des serpents : des orvets, des vipéres et des couloeuvres.
          Il aimait éléminer des bêtes.
          Par exemple, il utilisait un grand carton, et il y mettait des chatons,des gros chats, des fouines, des bellettes et des lapins,etc... puis il lachait ses serpents, et les bêtes agonisaient au bout de quelques minutes. Aprés, Chanal poussait de grands râles.
          Il enlevait la peau des bêtes et allait enterrer les carcasses dans des bois.Il allait jusqu’a Ste Ménéhould. A partir de son retour du Liban en 85, il utilisait des tuyaux en alluminium et gazait les bêtes car il n’avait plus ses serpents. Au début des années 80,il envoyait les carcasses des bêtes au four crématoire de Mourmelon. Il partageait cette pratique sadique avec nombre de militaires et allait souvent à Vatry. Je trouvais cela stupide, et dés 85, j’ai pris mes distances avec Pierre Chanal.

          Voir en ligne : à propos de Chanal

          repondre message

          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 6 octobre 2006 16:41, par appellé 4éme RD 83-84

            Je connais ça. Un jour, en allant à la gare (en perm), avec 3 copains de régiment, nous avons vus le camion vert de Chanal garré sur un terrain plat, en prenant la voie Romaine.
            Avec des galonnés, il tirait au famas sur des chats qu’ils sortaient de sacs à patates, et qu’ils relachaient au préalable.
            Comme Chanal nous avait vus, le lundi, soit 3 jours aprés, il nous avait donné l’ordre de ramasser les carcasses des matous dont la peau avait été enlevée.
            ça commençait à sentir une odeur pestilentielle. C’était fin juin, puis nous avons étés dans la forêt d’un patelin ou nous avons entérrés les bestioles décharnées. Aprés ça, Chanal ne nous l’a jamais redemmandé.

            Voir en ligne : c’est vrai.

            repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 10 octobre 2006 13:18, par appellé 4éme RD 82-83

              Moi aussi j’ai entérré,sur ordre de Chanal, des animaux disloqués et décharnés. Il y avait des fouines,des furets,des écureuils,des chats,etc...Et même des chiens.Chanal braconnait,et jouait aux commandos avec ces copains. C’était vraiment sordide et affligeant. Jamais des gars comme eux n’auraient dus faire l’armée.

              Voir en ligne : message

              repondre message

            • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 27 novembre 2006 13:42, par commando 81-82 Givet

              Ce qui est dit ici ne m’étonne pas.
              J’ai suivi des stages commandos à Givet en 81-82 époque ou Chanal était instructeur. J’ai personnellement assisté à un fait qui m’a marqué.
              Un jour, Chanal à étranglé un chat devant nous. Il le tennait au cou de ces deux mains.L’animal s’est débattu et Chanal avait les mains en sang.
              Au bout de 2 ou 3 minutes,tout était terminé.ça devait être mi-1982.
              En fait, aux commandos, nous sommes entrainés à tuer,plus ou moins."Tuer un être vivant, c’est en somme se préparer à maitriser un être humain", comme disait Chanal.
              Sinon, ça doit être vraiment le seul débordement que j’ai connu de Chanal.
              Même si il était rude, il avait du respect pour les bons soldats.
              Beaucoup admiraient Chanal pour ces brutalités,il y avait une sorte de virilité en lui,ce qui explique cette presque admiration.Chanal était un homme prêt pour les combats, de telle sorte qu’il devait s’ennuyer dans les casernes.

              Voir en ligne : à propos de Chanal

              repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 8 novembre 2006 16:41, par pseudo-Henriot, militaire.

          Toi qui est bien pensant, sâche que si il n’y avait pas eus des gars comme Léon Degrelle qui aurraient combatus le communisme à l’est, la France aujourd’hui serait un régime bolchévique livrée aux gauchistes de tous poils.
          Et puis, ça ne sert à rien de s’agiter pour cette affaire de déserteurs promise au non-lieu. Les avocats Israélites des familles des "victimes"l’ont compris eux, et ont ramassés leurs sous pour passer maintenant à d’autres affaires plus lucratives. ça vaut mieux pour eux plutôt que de risquer des représailles.
          Va plutôt lire Libé plutôt que de parler dans le vide. L’armée,finalement, ce n’est pas ton truc.

          Voir en ligne : Message à l’attention du gauchiste.

          repondre message


        • Pour info, Léon Degrelle à écrit un livre sur ses relations avec Hergé, le créateur de "Tintin" : "Tintin mon copain", un torchon introuvable de 231 pages. Dans ce bouquin, Degrelle précise que le personnage de "Tintin" fut inspiré par lui, et qu’il Fut l’amant de Hergé dans les années 1920 et 1930. Hergé, précisons-le, n’a jamais reconnu, du moins publiquement, avoir été l’amant de Léon Degrelle. Il y a sans doute d’autres bouquins écrits sur le sujet, mais rien ne prouve une telle liaison. Chanal devait sans doute aimer "Tintin", mais sans doute, le personnage n’est pas conforme à sa légende...

          Voir en ligne : infos sur Degrelle

          repondre message


    • étant appellé en 74-75 au 30éme régiment de dragon de Valdahon (25),j’ai eu affaire à chanal.
      Il fesait faire la sentinelle le soir aux chars.On avait environ 2 heures de tour de gardes.Aprés,on était relevés.
      Un soir,Chanal m’a attaqué en me passant une corde au cou.C’était mal me connaitre,vu que à ma commune je participait au club de karaté.J’ai donné un grand coup à Chanal,puis, il est parti et j’ai eu la reléve.
      Le lendemain,Chanal est venu me voir,disant que je lui avait cassé son magnétophone portatif.Il a éxigé que je le rembourse,sinon j’avais des histoires.Chanal avait aussi des orvets et autres serpents,et il s’amusait souvent à traumatiser les appellés en les mettants dans les lits.

      Voir en ligne : ancien appellé 30éme RD Valdahon

      repondre message

      • valdahon 1er août 2006 14:58, par ex eclaireur du valdahon eed7

        si je pige bien j ai eu du bol d arriver au valdahon avec la 7902 qd chanal y etait plus
        mais yavait toujours des beux cons
        j etais a l eed7 dans le peloton d eclairage de de willecot
        ca allait encore encore mais dans un autre peloton celui de l adjt chet g..y
        et du mdlc c.....n cetaient des pourris
        en janvier 80 y zont eu des problemes avec des liberables de la 7902 qui ont dit ce qu ils avaient fait lors d un stage au ski ou je sais pas ou
        d ailleurs a l eed7 les mdl m....e et h.....t ont eu des problemes pour sevices sur un mecs
        ces grades etaient racistes envers nous les mecs du midi
        comme bons grades a l eed7 yavait de willecot
        soltysiak
        julien ramus

        repondre message

        • > valdahon 24 novembre 2006 12:30, par de willecot

          j’aimerai recevoir des nouvelles de la personne qui était avec moi à l’EED7
          philippe.de-willecot-de-rincquesen@wanadoo.fr

          repondre message

          • > valdahon 27 novembre 2006 16:28, par ex de leed 7 DU VALDAHON

            mon lieutenant ca fait plaisir de vous revoir
            je comprends que ca vous fasse plaisir qu on dise du bien de vous
            vous avez remarque que pour les crapules j ai mis les initiales pour eviter la diffamation vous en avez des nouvelles de ces gens la
            vous ne les aimiez pas beaucoup si je me souviens bien

            repondre message

            • > valdahon 20 juin 2009 12:23, par Sold. Valdahon 72/76

              En 75, il y avait un régiment Britannique( régiment de la reine, je crois, ou un truc dans ce genre). Un soldat était porté absent. le régiment est resté un jour de plus. Je n’ai jamais sut si le probléme fut résolut.

              repondre message

        • valdahon 3 juillet 2008 17:00, par anc 5éme RD Valdahon 81-82

          appelé au 5éme régiment de dragon de Valdahon en 81-82, je n’ai pas eu Chanal. Je souhaite raconter ici une anecdote :
          un soir, nous devions garder des chars. Il y avait des tours de sentinelles. 2heures environ, et aprés, reléve.
          Vers minuit, en mai ou juin 82 (je ne me rappelle pas de la date ni du jour précis) reléve d’un appelé. Il n’était pas là. Il fut alors considéré comme déserteur aprés avoir été indiqué manquant ou absent. Je n’ai plus jamais entendu parler de lui. Sauf quand son placard fut ouvert. je le connaissait bien. Je ne pense pas qu’il était déserteur.Ces affaires furent rendues à sa famille. J’ai essayé de le retrouver récemment, mais pas de nouvelles...

          Voir en ligne : 5éme RD Valdahon 81-82

          repondre message

          • valdahon 15 juillet 2008 10:08, par Lieutenant, ex du Valdahon.

            Vous abordez une "désertion" douteuse. ce que vous racontez ici me fait penser que en 1993, lors d’une discussion avec un lieutenant-colonel qui allait prendre sa retraite,nous avions alors abordés de vraisemblables disparitions, ainsi que le cas Chanal. Ce soldat, donc, qui allait prendre une retraite méritée, affirmait avoir non seulement connu Chanal, mais affirmait qu’il y avait certainement des disparitions d’appelés au Valdahon.
            Ainsi, en cherchant bien, autant au niveau administratif que relationnel, il pouvait affirmer que entre 1968 et 1986, qu’il y avait 33 "désertions suspectes", c’est à dire, des désertions ou 2 ans aprés que celles-ci soient enregistrées, et à partir de la fin de l’année civile, un appelé ne faisait pas parler de lui. Il est probable donc, que le nombre de disparitions soit plus élevé.Et que souvent, depuis plus de trente ans, certains de ces appelés ne font plus parler d’eux... Il faut savoir que au moins 85% des déserteurs, à l’époque (soit entre 1968 et 1986), étaient retrouvés ou cessaient leurs cavales. Le reste étant retrouvé dans l’année civile.
            Dans la conversation, fut mentionné la présence de parents ou proches des éventuels déserteurs, qui, morts d’inquiétudes demandaient des nouvelles des prétendus déserteurs, d’harcelements téléphoniques, etc...
            Ce qui est le plus troublant, est que en 2000, une information judiciaire était ouverte contre Chanal pour deux disparitions survenues en 1975 et 1977. Ces deux disparitions faisaient l’objet d’une instruction judiciaire depuis ces deux dates, et les dossiers étaient classés au parquet de Besançon. Et que dire d’autres cas vraisemblables,ou les parents d’appelés, malgrés eux, certainement ont acceptés l’éventualité d’une désertion d’un point de vue administratif ???? (ou autre)
            Je n’avance rien ici, mais je suppose que le SIRPA (le service d’information de l’armée), ainsi que les ministéres( de la défense et intérieur) sont transparents pour un tel sujet aussi brûlant...transparents pour donner enfin des informations. Mais il est vrai que le temps est passé par là et que, aussi la justice est valable pour certaines catégories de personnes ou lobbys...

            Voir en ligne : à propos de disparitions (éventuelles) au Valdahon.

            repondre message

            • valdahon 18 juillet 2008 14:39, par ancien militaire 30éme RD Valdahon 75/78

              Vous avez raison de supposer que des "désertions" ou des appelés ne font plus parler d’eux deux ans aprés l’enregistrement administratif, sont inquiétantes. Je souligne, que en militaire, vous prétendez qu’il soit possible que celles-ci soient résolues.Je signale aussi qu’il y a eu de nombreuses disparitions de civils dans le Doubs durant la période des années 1970 et 1980. Encore des enquêtes bâclées. Je ne pense pas que des liens aient étés faits entres les diverses disparitions. Il est difficile de faire des regroupements, et franchement, ces disparitions méritent d’êtres abordées et mises à jour. Chanal lui-même avait prétendu qu’il y avait des disparitions dans le Doubs, dont celles-d’appelés. Il ne s’était pas plus impliqué pour les développer, car sans doute, il était impliqué dans certaines d’entres-elles.j’ai regardé l’émission d’Hondelatte, "faites entrer l’accusé" du 17 juillet 2008. Une rediffusion. Il n’était pas abordé dans cette émission deux cas de disparitions en 75 et 77, qui pourtant étaient connues. Pourtant, il me semble que Hondelatte avait abordé ces disparitions dans une précédente émission. "Faites entrer l’accusé", il me semble. Je ne comprend pas cette confusion. Il y a censure du SIRPA ou s’agit-il d’une émission plus ancienne ???
              Je ne comprend plus rien.
              Chanal était au Valdahon, c’était connu, mais pas trés médiatisé. L’émission à parlé du centre équestre de Fontainebleau, mais pas du Valdahon...
              Comment, alors, faire des rapprochements ?....
              Quelqu’un peut m’expliquer ?....Merci.

              Voir en ligne : Les disparitions au Valdahon.

              repondre message

              • valdahon 10 septembre 2008 15:24, par anc.5éme Rd Valdahon 1974/1980

                Bonjour,
                En ce qui concerne d’éventuelles disparitions au camp militaire de Vadahon, il faut savoir que Chanal Pierre devait avoir droit à deux procés : le premier, celui pour les disparus de Mourmelon, ou les disparus du Valdahon allaient êtres évoqués, et enfin, le deuxiéme, pour les disparus de Valdahon.
                Il faut savoir que l’enquête sur les disparus de Valdahon à commencée fin 1998, début 1999 par la déposition du témoignage d’un couple qui avait vu Chanal sortir d’un puisard au milieu des années 1980, probablement pour enlever des ossements et faire disparaitre des preuves.
                Suite à ce témoignage, il ressortit que deux disparitions d’appellés du Valdahon étaient en Greffes au Parquet de Besançon, des disparitions intervenues en 1975 et 1977.
                Faute de preuves, pour continuer l’enquête, une condamnation pour meurtre du Sieur Chanal était évidente. Toutefois, il y a eu une garde à vue de Chanal en 2001. Garde à vue pas du tout médiatisée. Ensuite, en 2003, Chanal s’est "suicidé", avec un "cancer des Reins", alors que celui-ci peu de temps avant son incarcération vers Mai 2003, parcourait souvent entre 15 et 25 Km de course à pieds...à méditer...
                Outre des militaires appelés, il y a certainement aussi des civils à ce triste palmarés des disparitions. Des disparitions gênantes, ou l’on n’a pas trop envie d’investiguer, par peur du scandale...Et pour cause, rien n’a été fait pour les mettres à jour !...

                Voir en ligne : En ce qui concerne les disparitions...

                repondre message

                • valdahon 10 décembre 2009 14:05, par militaire 30éme rd Valdahon, 74/78

                  Moi, je pense qu’il y a beaucoup plus d’appelés disparus au Valdahon.Les "désertions" étaient nombreuses...Il y avait deux régiments diciplinaires, là bas...Certains appelés étaient destructurés,socialement.Certains avaient coupés tous les liens avec leur famille.Beaucoup ne recevaient aucun courrier.Des jeunes souvent à la dérive, issus de milieux sociaux défavorisés.De sorte qu’il n’y avait personne pour les rechercher.Encore moins pour signaler leurs disparitions.(désertions ?)...

                  repondre message

      • VALDAHON 29 septembre 2006 15:46, par EX DU VALDAHON

        MOI AUSSI MON POTE JAI ETE AU VALDAHON
        EN 79
        ILSAPPELAIT ALORS LE 5E RD
        YAVAIT DE BEAUX ABRUTIS
        TU METONNES QUE LES MECS DESERTAIENT OU SE MUTILAIENT

        repondre message

    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 18 avril 2006 19:50, par ancien appellé 4éme RD 1981-1982

      Les viols étaient couverts par le chef de corps. Ce qui me surprenait quand j’ai fait mon service,c’est qu’ils pouvaient avoirs lieux à n’importe quel moment de la journée.
      C’est vrai aussi que des appellés participaient. C’était une honte.
      Les hautes autorités militaires devaient biens se douter de quelque chose, et ça c’est certain. Ils ne pouvaient ignorer ce qui se passait à Mourmelon : un an de ma vie foutue en l’air et aprés mon service, je ne me suis pas remis de ce que j’ai vécu.
      Si ça peut faire plaisir à sa soeur,Chanal pouvait parfois être plus humain que ces supérieur : ainsi, quand il défendit un appellé, parce que le capitaine voulait lui jetter de la javelle à la figure parce qu’il ne voulait pas obeîr à ces désirs sexuels,etc...Mais tout en sachant qu’il pouvait devenir aveugle.
      Je ne pense pas que l’état fera une enquête, trop de monde est impliqué.
      Et puis moi,je n’ai pas plus de6 mois de vacances dans l’année comme les journalistes et autres avocats.

      Voir en ligne : témoignage ancien appellé de Mourmelon

      repondre message

    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 4 mai 2006 15:18, par ancien appellé 4éme RD Mourmelon

      Bonjour,
      j’ai été à Mourmelon dans les années 80. à l’époque, j’y suis resté huit mois pour être ensuite transféré dans un régiment du sud ou entres autres choses j’ai passé mon permis de conduire.
      Je confirme ce qui est dit par les autres témoignages. Il y avait bien des viols, des tournantes et des violences faites sur les appellés à Mourmelon.
      Chanal participait à ces débordements,mais les pires,c’était les gradés,dont le chef de corps.
      Bien que Chanal n’était pas un ange, il est le lampiste de cette affaire.
      Quelques années aprés mon service à Mourmelon,j’ai été convoqué plusieurs fois par la gendarmerie de ma municipalité. La premiére fois,ça devait être fin 85 ou début 86. à l’époque, je m’était engagé dans l’autre régiment du sud, suite à mon départ du 4éme RD de Mourmelon. Dans cet autre régiment, je n’ai jamais eu de problémes avec les gradés et sous-officiers. Preuves que je ne suis pas antimilitariste : mon engagement ainsi que mon oncle, qui était militaire.
      La derniére fois que j’ai été convoqué à la gendarmerie, c’était fin 88, début 89, suite à l’arrestation de Chanal. à l’époque, tous les entrertiens portaient sur lui, alors que je souhaitais impliquer d’autres militaires. Les gendarmes m’ont écoutés, mais 15 jours aprés, ils m’ont dit que le capitaine qui diligentait l’enquête avait dit que d’anciens appellés pouvaient avoir de la rancoeur envers les militaires,et que donc,leurs témoignages n’étaient pas crédibles, c’est à dire que le mien ne tennait pas la route.
      C’était n’importe quoi,et je ne comprenait pas. ça ne tenait pas la route, et en plus j’étais engagé !
      j’ai bien protesté, les gendarmes ont pris note, et m’ont dit qu’ils me rappelleraient. C’était fin 88 ou début 89. Aujourd’hui, 18 ans aprés, j’ai compris que l’état ne souhaitait pas jouer la transparence dans cette affaire, et protége (ce qui est incompréhensible), des militaires pourris.Et pourquoi ? pour l’honneur ?
      quel honneur ?
      quand j’étais à Mourmelon, j’ai du attendre 8 mois pour partir dans un autre régiment, j’aurai pu avant, mais les militaires ont tout entrepris pour retarder mon départ.
      Aujourd’hui, je pense qu’il n’y aura pas d’enquête. Les gens à impliquer sont trops importants.Et puis, les affaires de moeurs passent trés mal dans le milieu militaire.

      Voir en ligne : Ce que j’ai à dire

      repondre message

      • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 11 mai 2006 18:05, par ancien appellé 1981-1982

        moi, je crois que quand il y a eu des morts (les disparus), c’est que les militaires on dus aller trop loin.Ils on dus donner les coups de trops.
        J’ai vu qu’ils prevenaient tardivement les familles des victimes et qu’ils fesaient passer pou déserteurs les disparus.C’est ignoble, et si ils fesaient ça, c’était tout bonnement pour retarder au maximum les enquêtes.
        J’en sais quelque chose.

        Voir en ligne : En parlant des faits

        repondre message


        • J’ai tout lu...et je me pose deux questions.
          1/ Au regard de ce que certains anciens appelés dénoncent précisément ici, pourquoi diable n’ont ils pas témoigné à leur propre demande de leur calvaire auprès des autorités, je ne parle pas à la fin des années 80 quand l’adc Chanal est arrêté, mais à la fin des années 90 ?...que risquaient ils en dénonçant puisqu’ils sont civils ? à quoi bon raconter tout cela sur le net ? il aurait été plus nécessaire de le dire à la Justice, non ?
          2/ certains témoignages et dénonciations, ici, sont graves et nominatives. Le sieur Chanal n’est pas épargné ; Si tout ceci relevait de l’affabulation, pourquoi la soeur de Chanal ne dépose t’elle pas plainte pour calomnie, ou diffamation, ou même atteinte à la présomption d’innocence de son frère( présomption figée dans le temps puisqu’il n’a pas pu être jugéconcenant les jeunes appelés) ? L’absence de réaction signifierait-elle que...on touche à la vérité sur ce qui se passait au fin fond du régiment (qui ne dit mot consent ?) ????
          Des éléments de réponses à mes deux questions seraient les bienvenus....

          repondre message


          • Vous avez tout compris. Cette affaire est tellement "politiquement incorrecte", catastrophiquement traitée au niveau de l’enquête, et encore, si il y a eu "enquête", qu’il y a du boulot pour les années à venir....Donc, Aux médias, juristes, etc...de le faire.Et encore, si ils en ont la volonté...

            Voir en ligne : à propos de votre observation.

            repondre message


            • Mishka, vou paraissez très impliqué et informé concernant cette affaire : juste pour savoir, sans être trop indiscrète, êtes vous un membre d’une des familles de victimes ??
              Tout autre chose : j’ai effectivement lu attentivement les posts...
              1/ il y a quand même des mythomanes ici, c’est évident : un VRAI militaire, qui plus est gradé, ne peut pas commettre l’erreur de parler de "DROIT de réserve", erreur grossière de ceux qui ne sont pas de la grande famille : on parle de "DEVOIR de réserve", donc "soldat actif", "Militaire Patriote"gradé"" et "militaire.Champagne-Ardennes", laissez moi douter très fortement de la réalité du métier que vous prétendez exercer ou avoir exercé... un pseudo ne vaut rien...
              2/ "soldat actif", menacer les familles de représailles directes, c’est d’un ridicule absolu, pour qui vous prenez vous ? le civil n’est pas au garde à vous devant votre petite suffisance, ou devant un mili, vrai ou mytho d’ailleurs...
              3/ Continuer et persister à considérer,au travers de vos propos, ces jeunes appelés comme, je cite,"voyous, fugueurs, déserteurs" des jeunes retrouvés assassinés, c’est une honte !ils ne sont pas morts tous seuls que je sache !! le simple fait de l’intervention de la main extérieure dans leur décès les placent bien comme victimes à part entière...discréditer et insulter des jeunes, qui ne sont plus là pour se défendre de surcroît, et dont vous ignorez l’enfance, les projets, le caractère etc.... c’est trop facile !ne dit on pas que "la meilleure défense’ c’est l’attaque" ? (je fais ici référence aux posts de "P.D.D. Militaire", "un Colonel" (mon oeil, oui)et "soldat actif"...
              4/ "militaire.Champagne-Ardennes" : mettre en avant la religion d’un magistrat pour le taxer a priori d’incapacité professionnelle ou de parti pris, c’est facile et sans fondement...taxer les ouvriers d’alcoolos et de drogués à 90% pour les rabaisser et les décrédibiliser en tant que témoins et/ou victimes, c’est petit, très petit...cite tes sources ??
              5/ ne tirez pas trop vite à boulets rouges sur la presse et les médias...c’est aussi grâce à eux que l’affaire de Mourmelon, de l’Yonne, et j’en passe, sont sortis au jour...
              Je terminerai en disant que, si ces pseudos sont vraiment ceux de militaires ou d’anciens militaires, et bien, j’ai honte...vous représentez bien mal cette Institution, pire, vous en êtes les cancrelats par votre racisme, vos intimiditions ridicules, votre étroitesse d’esprit, votre pensée d’un autre siècle, votre déni...qui plus est si vous êtes encore en fonction à ce jour...je plains vos camarades et vos subordonnés... mon époux et ses compagnons, dieu merci, ne vous ressemblent pas...
              Signé : l’épouse d’un dragon en activité...

              repondre message


              • à noter que rien ne prouve que les "disparus de Mourmelon"soient des victimes, et dans ce cas, ils sont probablement déserteurs, car aucun n’a été retrouvé à ce jour.Rien, donc, n’indique une piste criminelle, et je rejoins ici vos propos. En ce qui concerne le "devoir de réserve", ou "droit de réserve", soulignons qu’un soldat à des devoirs, en effet, et doit se montrer digne de servir sa patrie. En ce qui concerne cette "affaire", de plus, il y a prescription, et donc d’"éventuels témoignages" d’anciennes recrues ne sont donc pas crédibles. De plus, les conditions de l’interpellation de Chanal sont discutables. Les médias ont montés en épingle une "affaire" qui n’en était pas une. Pour preuve, un téléfilm réalisé sur les "faits" de Chanal furent contredis lors du débat qui suivit et ou le touriste Hongrois, soit disant "violé", ne reconnaissait pas avoir vécu les faits cités. Il y a donc machination,il n’y a jamais eu de viols ou de morts suspectes dans nos casernes. Il y a devoir de réserve, et droit de réagir à des attaques, idéologiquement orientées. Un non-lieu est donc plus que souhaitable. Les "témoignages" cités ici ne sont que de pseudos-recrues ou gauchistes, qui, au plus, avaient de la rancoeur contre la hiérarchie militaire. ça ne date pas d’aujourd’hui. à l’heure des quarante années de mai 68, ces attaques sont, oui, hélas, toujours d’actualité... Il est extrémiste ici de souhaiter donc un non-lieu ???_
                à moins que votre orientation politique ne vous dirige vers ce vaste complot.

                Voir en ligne : réaction.

                repondre message


                • Cessez donc de penser qu’un propos ou une pensée qui ne va pas dans votre sens sur cette affaire ne peut être dictée que par idéologie, orientation politique, ou rancoeur contre les militaires : je vous rappelle que je suis l’épouse de l’un d’eux...on peut avoir un profond respect pour cette Institution tout en refusant de se taire ou de réfléchir sur ses travers, ses mauvais coups et ses zones d’ombres, et rien n’interdit de la remettre en cause dans certains de ses (dis)fonctionnements...
                  Vous ne pouvez pas remettre en cause la réalité du viol du hongrois, cela vous est tout simplement légalement interdit au motif qu’un jugement de Cour d’Assises a reconnu les faits et condamnation il y a eu...
                  Ce total refus de se remettre en cause, de laisser les autres s’interroger sur cette affaire, de finalement dire "circulez, y a rien à voir" ne plaide pas en faveur de l’Institution, et vous la défendez bien mal...
                  vous avancez constamment la thèse du complot gauchiste, est-il si difficile d’accepter l’idée que l’un, ou plusieurs d’entre vous (au fait, êtes vous réellement militaire d’active ?)puisse(nt) être une brebis galeuse ? La perfection n’est pas de ce monde, et chaque corps de métier renferme son lot de dingues et de criminels...même le corps religieux l’admet, en reconnaissant l’existence en son sein de prêtres pédophiles...est-ce à dire que vous défendez une mentalité et un obscurantisme encore plus rétrogrades et désuets que nos éclésiastiques ??
                  L’Armée avait, quoique certains en disent, des comptes à rendre et des explications à donner à certaines familles : ne serait ce que parce que des éléments corporels(ADN)de certains de leurs enfants ("confiés" à une Institution d’Etat dans le cadre du SN avec tous les devoirs et obligations afférents) ont été retrouvées dans la camionnette d’un sous off, et que ces mêmes enfants se sont évaporés depuis plus de 20 ans...or, je n’ai pas cru comprendre que le 2ème métier de monsieur Chanal était taxidriver...oserait-on dire qu’il a été victime de sa gentillesse d’avoir convoyé ces jeunes, bien méchants de lui avoir fait le coup de disparaître ensuite car ils l’ont du coup mis dans de beaux draps, passibles de la Cour d’Assises ????
                  En bref, il est admis que l’Armée était, il y a 20/25 ans, la bien nommée Grande Muette, mais reconnaissez que cette situation a bien changé, et fort heureusement : nul fait répréhensible pénalement par un militaire contre un tiers civil ne peut à ce jour être prétendu non punissable par la justice civile ; nous sommes tous, a priori, égaux devant la loi, et le statut militaire (qui n’est pas un statut de diplomate)n’est pas une cachette dans laquelle un soldat peut se réfugier pour ne pas répondre d’actes personnels qui n’ont rien à voir avec l’exercice de son métier...
                  mon message ne s’adresse pas qu’à vous, "soldat actif", mais j’avoue que je suis effarée que des (prétendus)militaires ici se cachent encore aujourd’hui derrière leur statut(et leur clavier)pour nier, cacher, empêcher de voir les autres, pratiquer le déni et la dissimulation de choses qui se révèleraient d’une gravité absolue...

                  repondre message


                  • Merci pour votre témoignage.Il confirme que au moins plus de "90 %" des cadres de notre armée ne sont pas des pourris, et encore moins des alcooliques, et que l’ensemble des militaires sont ouverts à la transparence pour certains dossiers judiciaires...

                    Voir en ligne : Merci !

                    repondre message

                    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 24 avril 2008 16:09, par Militaire, Dieuze.

                      C’est grotesque ! répondre ainsi vise à mettre en avant des inégalités entres militaires (bons et mauvais), alors que tous sont sur le même pied d’égalité...
                      En ce qui concerne l’alcoolisme, chez les appellés, j’ai bien peur qu’il y a une grande part de vérité, sur ce qu’affirment "soldat actif" et d’autres militaires. En vertu du devoir de réserve, aussi, les militaires n’ont pas à s’adresser à des journalistes.

                      Voir en ligne : Réaction d’un autre soldat

                      repondre message


                      • à propos de la femme "militaire" bien-pensante, il me semble que dans les corps militaires, dans les années 70 et 80, étaient composés en quasi-totalités de personnels masculins. La proportion de femmes étant quasi- inexistante.

                        Voir en ligne : à propos de la composition du corps militaire.

                        repondre message


                        • "Soldat actif", faut apprendre à lire : je ne suis pas femme militaire mais femme DE militaire...nuance...

                          repondre message

                          • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 16 mai 2008 14:14, par Officier 21éme RIMA Fréjus.

                            Il faut dire qu’il y avait les "disparus" ou "morts naturelles" à Mourmelon, et par exemple, les "suicidés" du 21éme RIMA de Fréjus....
                            Dans les années 1980, la hiérarchie militaire était parfaitement informée des "débordements" dans certaines casernes.
                            l’un des rares militaires à avoir condamné le silence de l’armée à l’époque, était le colonel de réserve Henri De Noguéres, fervent patriote et résistant incontesté du second conflit mondial,(aujourd’hui décédé),qui avait fondé le CDLIM (comité droits et libertés dans l’institution militaire, en 1978 (preuve à l’appui qu’il n’y a de bons soldats).
                            Donc, des viols, meurtres suivis de "disparitions" ou de "suicides" ou morts naturelles étaient détectés, suspectés,connus....
                            Mais il y avait le scénario habituel d’étouffement : sacrifice de quelques lampistes (Ex : Pierre Chanal), livrés à la justice en couverture des responsables réels, ou complices, souvent des militaires issus de l’aristocratie, "dégénérés", dont les lignées étaient en voies d’extinction. Le tout, en ajoutant que ceux-ci étaient souvent d’extrême droite, ou liés au SAC.
                            Quels étaient les marchandages ?
                            Prestations télévisées solennelles de deux portes-paroles successifs des armées, dont l’une, intempestive, d’un contrôleur des armées étranger au corps de commandement. Aprés la condamnation de principe, de "faits inadmissibles"-pouvait-il en être autrement ? -Discours aussi lénifiant que spécieux : beau régiment, dont le colonel lui-même à "porté plainte" contre les fautifs (encore que, à Mourmelon, le colonel n’a pas fait cette démarche contre Chanal, à l’époque),mais les Français doivent bien voir que pour former et endurcir les engagés de régiments professionnels, on doit les mener durement...( Voir la commission de défense de l’assemblée par le rapport Chauveau sur le recrutement et la formation des officiers)...
                            Et que dire de plus sur l’"enquête bâclée" des "disparus de Mourmelon", quand il est notoire d’apprendre que la Police judiciaire n’a pas participé à cette "enquête" !!!
                            Et que dire sur des recherches qui ne furent pas menées en ce qui concerne des régiments étrangers, Néerlandais, Allemands Au camp de Mourmelon...
                            En précisant que l’"enquête" sur d’autres régiments Régionaux Français fut bâclée. Dans votre forum, vous citez un bel exemple : Christian Poli, militaire en poste dans le Var disparu à Mourmelon, durant l’été 1980. Alors que depuis 1985, la Gendarmerie avait ouvert une cellule "Disparus de Mourmelon", des rapprochements ne furent effectués avec cette disparition que en 1988, tout en précisant que sans nul doute, c’est la famille de la victime qui à effectuée les procédures...Un bon prétexte pour parler alors de "prescription", vu l’incurie des "enquêteurs"...Bref, un scandale...
                            te que dire du militaire dont vous parlez, découvert torse-nu, roué de coups en Janvier 1986,(laurent Puypalt), et un autre, du 4éme Rd retrouvé dans la Moselle, en Décembre 1981...Soit deux "morts naturelles" ???
                            Au demeurant, aucun média n’a dénoncé les dysfonctionnements de cette "affaire", encore moins en la scrutant...Et pour cause !!!
                            Inutile de préciser que ces "faits divers" intervenus dans le cadre militaire ont pesés lourd en ce qui concerne la création de notre actuelle armée de métier, en 95-96...C’est ce qui explique que l’état Français ne souhaite pas d’enquête pour cette "affaire"...Pour le reste, les médias s’en foutent....C’est trés triste pour notre démocratie....

                            Voir en ligne : Mon point de vue de "Soldat"

                            repondre message


                            • Merci pour vos commentaires. Je connais cette affaire du 21éme RIMA.
                              En fait, la vérité ne serait-elle pas plutôt qu’il est moins risqué de brimer et humilier les engagés que les recrues, parce que leur choix de passer plus longtemps dans les armées pour se perfectionner dans une technique ou faire carrière les retient de se plaindre par crainte de représailles ultérieures ?....
                              Il y a des problèmes de commandement. Tous les régiments Français sont de beaux régiments , avec un beau passé en guerre, ce qui n’a rien à voir avec d’eventuelles carences d’encadrement à l’écart des combats, dans la routine des bases de templs de paix. personne ne peut croire que l’instruction des engagés du 21éme RIMA ait été abandonnée à quatre sous-fifres irresponsables , sans direction ni contrôle hiérarchique de leur action aux niveaux section, compagnie, ou plus. Car la formule de prise de commandement rappelle aux commandants d’unités, depuis le milieu des années 60, qu’ils sont personnellement responsables , à tous les sens du terme, de l’"éxécution des lois" et de l’"application des règlements". Ils sont donc tenus de faire respecter le droit de la république dans leur unité par les moyens de leur ressort et, pour certaines fautes graves, non pas de "porter plainte", auprés de la justice, mais de lui déférer les coupables. Faute de le faire en temps utile, à Fréjus, ou Mourmelon, au lieu d’attendre que la multiplicité des plaintes rende les scandales inévitables, -ils y sont eux-mêmes impliqués.
                              Ce qui explique, comme d’autres, que cette "affaire" fut vite étouffée par Charles Hernu, et d’autres ministres de la défense par la suite...

                              Voir en ligne : Négligence, incurie, imprudence.

                              repondre message

                              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 2 juin 2008 15:31, par anc.militaire 30éme Rd Valdahon

                                Militaire, j’ai bien connu Chanal. il faut savoir que l’enquête fut vraiment bâclée.Chanal connaissait le camp militaire de Mourmelon depuis qu’il était au régiment de Valdahon. Il avait accompli de nombreuses manoeuvres dans ce camp dans les années 1970. Il connaissait aussi le camp de Mailly (Mailly le camp) au moins depuis les années 1970, tout comme il continuait à faire des manoeuvres au camp de Valdahon dans les années 1980. Vous parlez du camp de Canjuers dans le Var, tout comme les autres, il n’y a pas eu d’enquête pour déterminer si des disparitions de recrues étaient éffectives dans ces camps. Que dire des militaires étrangers ? Sinon dire qu’il y avait des garnisons Néerlandaises, Allemandes et Britanniques qui effectuaient des manoeuvres dans ces camps, et qu’il n’y a jamais eu d’enquête pour déterminer si des disparitions étaient effectives dans leurs rangs. je connais aussi l’affaire étouffée des "suicidés" de Fréjus.Des faits trés connus. Certains parlaient de "vrais fauves sexuels lâchés dans la nature", tandis que des lampistes "payaient" pour eux en ce qui concerne la "justice". à Mourmelon, c’était les "morts naturelles" et les "désertions",quand il ne s’agissait pas de "fugues", soit des viols suivis de meurtres qui ne serons jamais résolus. Vous citez l’affaire Laurent Puypallat qui illustre parfaitement cette volonté d’étouffer des faits trés graves.

                                Voir en ligne : au sujet de vos messages

                                repondre message


              • Sous le pseudo de Mishka se cache Michel Lacarrière. Son discours n’a pas changé depuis 25, voir maintenant 30 ans. Toujours la même forte tête, au discours inchangé.ça fait penser quand il avait eu de grandes fonctions, en Septembre 1983, quand les gauchistes l’avaient placés au RGPP,avec des gars trés conservateurs. C’est ce qui explique sa rancoeur.à l’époque, la greffe avait bien pris...

                repondre message

                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 7 août 2009 00:27, par Soldat du 21 Avril

                  Dur à trouver, le Bobo...C’est lui qui avait contacté l’ex-Franc Maçon défroqué,qui avait participé à la guerre des six jours, en Israêl,en 67 : Serge De Beketch,pour soit -disant lui faire des "révélations" et écrire un article qui reléve de la diffamation, pour notre armée et notre patrie.Manoeuvres de mensonges, pour des affaires qui n’existent pas (ex:désertions,fugues,etc...),et des "faits"judiciaires qui ne méritent qu’à êtres classés...
                  Un individu qui va cesser de sévir,maintenant...Merci.

                  repondre message


            • Mishka : j’ai pu vérifier un certain nombre de vos informations. En outre, la multiplicité des témoignages sur ce site, provenant tous d’anciens militaires victimes des agissements de Pierre Chanal et de sa hiérarchie, est largement suffisante pour permettre l’ouverture d’une enquête, que la quelques journalistes ne se gêneraient pas de rendre publique au vu des bénéfices qu’elle engrangerait (sexe, mensonges, personnalités impliquées, etc.).
              Reste à convaincre les témoins sur ce site à sortir de l’anonymat.
              Mais soyons en sûrs : une simple "pétition" demandant l’ouverture d’une enquête, et signée par les victimes qui s’expriment sur ce site, n’aurait pas de mal à être publiée, et déclencherait d’office un scandale.

              repondre message


              • Je vous remercie pour votre confiance, "nico". J’espére ne pas vous décevoir dans vos investigations. Si vous avez des infos, n’hésitez-pas à les communiquer. Encore merci !

                Voir en ligne : à l’attention de "nico".

                repondre message

              • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 25 mai 2010 15:09, par Brave Soldat, ex-Mourmelon 4éme Rd

                Chanal allait souvent dans un bois fréquenté par des militaires sadomasochistes à Verriéres (51 800),c’est un coin des forêts d’Argonne. Chanal arrivait souvent des Vendredi soir, vers 19heures.Souvent, deux ou trois copains arrivaient en jeep,(parfois plus) pour le rejoindre, pour faire de la vidéo... Il pouvait rester plusieurs jours en forêt. Normalement, il repartait le samedi matin,vers midi, le temps de retourner au para-club de Mourmelon.à Verriéres, il empruntait la rue "de la routiére".Il agaçait certains anciens en passant des chants et autres musiques nazies Souvent, en pleine forêt, des râles étaient entendus. Il y avait aussi des cavaliers, qui passaient.Ensuite, vous avez un chemin, vous roulez à 50 Km/heure pendant environ un quart d’heure.Puis, vous avez un chemin de terre, qui descend vers la droite. Vous ne pouvez pas vous tromper.Vous roulez un petit moment, puis, vous avez une clairiére, qui correspond à la moitié d’un cercle.Ensuite, vous allez au terrain un peu en pente, c’est à dire plus haut, en face de là ou le véhicule est garé, ça correspond à l’arrondi du cercle, le terrain descend, rempli par la végétation,c’est là ou il y a des orties,etc..Vous verrez des monticules de terres,qui indiquent des emplacements,sans doute de corps...Plus haut, il y avait un trou, cavitée naturelle, qui fut rebouchée en 1991...Sur place, vous pouvez trouver des témoins.Normalement, c’est facile...

                repondre message

                • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 28 mai 2010 14:26, par ex soldat 502éme RCC

                  tu devrais préciser qu’on y accéde par la nationale A3. La route du bois était souvent percée de nids de poules.C’était fréquenté par des militaires déviants sexuels et sadomasos.Ils attachaient des gens aux arbres, comme prés de Saint Quentin, ou à Vatry...Un coin idéal pour réaliser des vidéos...Sinon, effectivement, c’est bien entre 4 et 5 km à partir de la fin de la rue "de la routiére", qu’est situé ce chemin de terre. Souvent, un véhicule bloquait l’accés,pour empêcher les curieux d’approcher...La clairière fait effectivement un grand demi cercle, à partir du chemin de terre...

                  repondre message


    • Bonsoir,
      je suis un gendarme et souhaiterait apporter mon témoignage.
      En 1985, j’étais un jeune maréchal des logis et était affecté à la SR(=section de recherche)de Reims.
      J’étais donc sous les ordres du capitaine Vaillant, qui fut promu commandant en 1990.
      J’ai eu l’occasion d’aller deux fois, au moins, dans la caserne de Mourmelon, plus précisément au 4éme RD.
      L’athmosphére y était lourde, et tout de suite en entrant dans les compartiments administratifs ou vers les dortoirs, nous jeunes de la gendarmerie étions chassés par les militaires galonnés. Le capitaine aquiesça. par la suite, tout devenait évident, je voyais les airs inquiets des appellés qui semblaient comme traumatisés. Ce qui m’avait le plus frappé, c’est une fois un lieutenant-colonel qui frappa d’un grand coup à la tête un appellé qui s’approchait trop prés de mon groupe. à l’époque, il y avait un nouveau colonel au 4éme RD qui était un nouveau chef de corps. Le capitaine qui souhaitait le rencontrer me fit porter des documents, et à cette occasion, je pénétrait dans le bureau du colonel. Le colonel et le capitaine étaient assis face à face. Entre eux, un bureau. Je regardais vaguement autour de moi, et comme je n’était pas assis, je découvrais dans un carton, des revues pornographiques étrangéres à caractéres homosexuel, un vibro-masseur et des cassettes vidéos que le colonel avait hativement recouvertes d’un drap. C’est alors qu’il voyait que j’étais trop curieux et qu’il demanda au capitaine que je sorte.
      à l’époque j’étais jeune et assez désemparé, mais à la SR de Reims,je me suis vite rendu compte qu’il fallait fermer sa gueule. Les militaires du 4éme RD appartenaient à la maison, c’est à dire au ministére de la défense. J’ai lu que la police judiciaire n’était pas intervenu dans cette affaire, et il est vrai que à l’époque, elle devait le faire et que en fait, cette enquête fut mise sous couppe réglée par la gendarmerie. Désormais, aprés 88, il fallait suivre les instructions officielles. Chanal arrangeait bien les choses par la suite, du fait que l’enquête ne s’axxait désormais que sur lui et qu’il arrangeait en quelques sortes tout le monde.Pourtant,il n’était pas le seulmilitaire dans la région à avoir fait des agressions homosexuelles, et des militaires de Mourmelon étaient fichés déjà à l’époque...

      Voir en ligne : Réaction d’un ancien de la SR de Reims

      repondre message


      • Je souhaitais revenir à l’affaire des disparus de Mourmelon. Contrairement à ce que disait Jean-Marie Tarbes, notamment dans son livre "sur la piste du tueur de Mourmelon", l’enquête ne monopolisait et ne prennait pas tous le temps des gendarmes de la SR de Reims, même le détachement plus particuliérement exposé à cette affaire.Il y avait trop d’affaires courrantes à traiter,et lui-même l’a dit,l’affaire des disparus de Mourmelon, c’était l’affaire courrant d’air-mistral", c’est pourquoi je suis choqué de l’entendre dire que cette affaire le prennait à plein temps,ce qui est faux.Si il avait des problême de couple, c’était des problêmes issus de ces problémes d’alcoolisme, sans aller plus loin.

        Voir en ligne : anonyme

        repondre message

        • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 21 novembre 2006 17:51, par ancien de la SR de Reims.

          En fait,vous devriez dire que rien n’était fait pour cette affaire.Etant moi aussi à la SR de Reims de 1985 à 1988,j’en connais un rayon sur le sujet.
          Le dossier doit bien se composer au 9/10éme de feuillets de procédures, c’est à dire de simples feuilles ou souvent au maximum il y avait 10 lignes, sans aucun interêt, de simples piéces de procédures.
          Il faut dire aussi que les avocats des parties civiles ne demandaient jamais d’investigations, bref, c’est nous-mêmes qui à l’époque, devions tout faire. C’est ainsi que le traitement de ce dossier était vide, le "dossier courant d’air"comme l’appellait Tarbes, quand il était ivre.
          Il est vrai que le traitement des autres affaires courrantes, à l’époque, prennait plus de 99% de notre temps.
          Le dossier des disparus de Mourmelon n’à réellement intéressé la SR de Reims que à partir de l’arrestation de Chanal, durant l’été 1988, ou d’ailleurs, l’enquête fut exclusivement axée sur lui.Moi aussi, je souhaite de la transparence pour cette affaire, mais je crains qu’il ne soit trop tard...

          Voir en ligne : Réponse

          repondre message


          • En 85,les problémes liés à l’alcoolisme et les disputes de la femme de Tarbes qui demandait le divorce occupaient certainement plus clui-ci que l’affaire des disparus de Mourmelon.Elle voulait même lui retirer ses 2 gosses.
            Cela dit,à l’époque, nous n’avions, pour ainsi dire rien pour cette affaire. De plus, l’armée ne jouait pas la transparence, et les choses se compliquaient du fait que nous étions du même ministére.
            à la section, pour tous, cela ne fesait pas de doute qu’un ou plusieurs militaires étaient impliqués.Mais le sujet était tabou, et bien que le capitaine ait envisagé tardivement cette hypothése, cela ne fesait pas de doute.Au début, tout au plus, il envisageait l’hypothése "acceptable".Effectivement, les autres affaires, dites "courrantes", occupaient l’essentiel de notre temps, mais de là à dire que l’affaire dite des disparus de Mourmelon occupait Tarbes à plein-temps, c’est archi-faux et honteux.Il est vrai qu’il y avait plus de boulot à partir de l’été 88, axxé presque exclusivement sur Chanal, tant et si bien, qu’il nous arrivais de temps en temps de nous demander si il avait été militaire.Il est vrai qu’il a été radié en 89.A l’époque, la majorité de ceux qui bossaient à la SR pensaient que la majorité des "disparus" étaient des déserteurs ou des fugeurs, et même aprés 88, beaucoup n’avaient pas changés d’avis. Chanal n’est qu’une vérité officielle qui en somme arrange beaucoup de monde.

            Voir en ligne : Témoignage, ancien de la SR de Reims.

            repondre message

    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 3 juillet 2006 10:16, par pseudo François

      Etant un journaliste d’un grand quotidien de Reims, je souhaite témoigner à propos de l’affaire des disparus de Mourmelon.
      Premiérement, je souhaiterais aborder l’enquête. Il a souvent été dit que les juges d’instruction ne fesaient rien.
      Ce n’est pas exagéré, mais je tennais à souligner que les avocats des familles des victimes, en premier lieu, Gérard Chemla, n’étaient pas du tout motivés de voir l’enquête évoluer.J’ai cotoyé cet avocat, et assez rapidement, je me suis rendu compte que dés les débuts de cette affaire, ce pénaliste savait exactement que l’état allait verser des sommes de préjudices aux familles des victimes, et c’est ainsi qu’il a proposé ses services à celles-ci.
      J’ai eu par ailleurs des sources de gens du métier qui indiquaient que le dossier judiciaire de l’affaire des disparus de Mourmelon était constitué de documents et autres piéces de procédures sans interêt pour au moins les trois-quarts . C’était donc une bonne raison de justifier son prétendu "travail" : le dossier enflait de paperasses, et ça pouvait donner l’impression que l’affaire évoluait, ce qui était archi-faux.
      Pour preuves, le dossier n’a strictement pas évolué entre 1988 et 1995,et-ce, malgré l’arrestation de Pierre Chanal en 1988.
      deuxiémement,et au final, nous avons un juge d’instruction (plutôt des juges)sous pression de l’armée, guére motivé en ce qui concerne l’évolution de l’enquête, qui à en face, un avocat falot,plus préoccupé par ces interêts et par un gros magot à venir. Inutile de dire,que dés qu’il a encaissé l’argent, il a laissé tomber les familles des victimes pour passer à d’autres affaires aussi prometeuses en devises.Cependant, pour consoler les familles, il participe à la fondation d’une prétendue association ayant soit disant pour but d’aider les familles des victimes en séries, un concept condamné dés sa création et bien entendu, rien ne bouge.Ce qui est conforme à ce que j’ai entendu de certains juristes détracteurs de cet avocat : "au début,il tâte,il observe, regarde si ça peut être un investissement à long terme, puis il prend, et il attend. Ensuite,il encaisse et largue la clientéle..."
      j’ai vu que depuis, on lui à décerné une médaille pour "bons et loyaux services",ça explique le reste...

      Voir en ligne : Les vautours

      repondre message

    • > Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 9 juillet 2006 11:01, par appelle 82-83

      moi aussi j’était a mourmelon.Chanal espionait meme le courier, en trois fois il m’a volé 100, 200 francs que m’envoyait mes parents.
      il se passait beaucoups de faits graves aussi et j’ai assisté personellement à de trés graves faits. Le pire, c’était que d’autres appellés, homosexuels participaient et obeissaient aux ordres des gradés ; moi aussi je confirme ces faits. il n’y avait personne pour nous écouter et les séquelles restent.

      Voir en ligne : mon récit

      repondre message


    • bonjour, je recherche des témoignages d’appelés de Mourmelon, qui ont connus Chanal . Vos témoignages m’ont interpellés. Je suis en projet de livre sur Chanal et les disparus de Mourmelon.
      Merçi de me répodre ERICB

      repondre message


  • J’avais 20-23 ans,j’étais Sergent,dans la région entre 1981 et 1984, à Verdun dans un régiment d’infanterie, le 150ème RI.On entendait des histoires de "désertions",c’était peut être certaines "disparitions" avérées plus tard.En tous les cas,nous jeunes cadres fraîchement sortis des écoles militaires,en grande majorité,nous rêvions de belles filles, de belles voitures, d’un avenir galonné et d’un salaire qui nous apporte le confort et les moyens de réaliser une partie de nos rêves.Rouler dans un fourgon couvert comme le véhicule qu’utilisait P.Chanal, n’était pas du tout banal.Allez faire l’inventaire des cadres militaires qui auraient eu des véhicules personnels de ce volume, dans cette région à cette époque ou qui en auraient loués, je pense que le résultat serait extrêmement maigre !Révision ? Récidive ? Allons, il y en a assez de ces criminels relâchés pour bonne conduite ou remise de peine, qui récidivent bien qu’ils aient fait moultes promesses.Pierre Chanal s’était donné la mort parce qu’il n’existait que dans le collectif du corps militaire, il en avait été écarté par les révélations de l’affaire,le collectif carcéral et son environnement vital,ne pouvaient qu’être infernals pour un type comme lui.Coupable ? Oui, il l’est !

    repondre message


    • J’aimerai tout de même que Simone, qui clame l’innocence de son frère, nous explique comment des vêtements et des sous vêtements ayant appartenu aux disparus était en possession de Pierre Chanal.
      Comment également, on retrouve les cheveux des 8 disparus (test adn) dans le fourgon qu’utilisait son frère pour commettre ses actes odieux...
      Nier les faits ne donne qu’une seule impression, c’est que cette femme savait mais n’a jamais rien dit.
      Pour ma part, elle est aussi coupable que lui...

      repondre message

      • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 4 août 2008 09:26, par pseudo "Biribi", ancien militaire 503é RCC Mourmelon

        Vous avez raison d’évoquer le rôle de la soeur de Chanal dans cette triste affaire.En Septembre 89, aprés deux années passées à la tête du 4éme RD , le colonel Hablot cédait le commandement au lieutenant-colonel Gallineau.Trés homophobe, détestant par dessus tout les pédales, cet homme marié, qui avait 52 ans en 89, était en plus pére de 5 enfants.De plus, il avait servi à l’EMAT jusqu’en 1989... Celui-ci n’avait pas attendu de savoir que Chanal était sado-maso lors du procés de celui-ci en 90. Il faut savoir que Chanal avait encore un studio (à l’hôtel des sous-officiers, au bâtiment Leclerc, je crois)à Mourmelon. Si il avait une chambre à Fontainebleau, celui-ci n’y dormait pour ainsi dire jamais. Son combi était devenu en quelques sortes son second domicile. Chanal souhaitait intégrer le 503éme RCC, de Mourmelon,au plus vite, car il n’avait rien à faire au centre équestre de Fontainebleau. Si il avait été muté là bas, c’est déjà qu’un minimum de militaires savaient, c’était en quelques sortes le couvrir.Lui rendre service, le préserver. De plus, être dans un centre équestre, c’était pour lui n’importe quoi. De plus, il ne pouvait faire du cheval, étant réguliérement provoqué par des militaires sur sa situation de gay. Revenons au studio : le lieutenant-colonel Gallineau souhaitait mettre de l’ordre. De plus, il savait que Chanal allait être viré de l’armé,déjà, en 89, sa médaille de la valeur militaire lui était retrée, tout comme son échelon d’adjudant-chef était annulé.même si déjà dans le passé pour des faits de viols ou de violence,(1968,1970, 1971,1976) celui-ci avait eu son salut pour la suite de sa carriére sans doute du fait de relations politiques dans sa famille. Bref, Gallineau avait comme projet de reprendre le studio de Chanal, rempli de piéces à convictions et de documents. Au préalable, le studio était visité une premiére fois, avant de faire appel à la soeur de Chanal pour le vider complétement. Donc, celle-ci savait. De plus, il devait avoir le feu-vert de la SR de Reims, car aucune sanction n’a sanctionné de militaires pour ce fait trés grave.aprés le passage de la soeur de Chanal, tout ce que celle-ci n’avait pas emportée finit dans un brasier. De plus, Chanal connaissait deux pédophiles dans la gendarmerie, dont un qui avait fait la guerre d’Algérie et qui avait participé à des viols de gamins et de gamines. De plus, il fallait éviter un scandale, en impliquant des gens comme Caignet, Stamford, etc...Et surtout ne pas mettre en évidence que Chanal était en liaison avec le "groupe de St Quentin" dans l’Aisne (Stamford, etc...). Bref, sauver l’honneur de l’armée, ou de la "patrie", en n’impliquant pas aussi certains de ces membres. Ce qui explique sans doute le suicide invraisemblable de Chanal, qui sans doute, souhaitait éviter des représailles à sa soeur et à sa famille...Les problêmes de pédales à Mourmelon étaient donc réglés en 1990. Les derniers gays furent priés d’aller sévirs ailleurs, dans d’autres casernes ou d’autres contrées. Le contenu du studio de Chanal ne livrera sans doute jamais ses secrets. Aujourd’hui, de grands criminels dorment tranquilement, sans êtres inquiétés.Et tout ça pour des questions d’"honneur"qui salissent notre armée...

        Voir en ligne : Pour foutre encore plus le bordel...

        repondre message

        • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 août 2008 14:35, par Mil. CEC RESCO Givet

          N’oubliez pas de préciser que en 1990, le capitaine qui dirigeait l’"enquête" au SR de Reims fut promu "commandant"(pour services rendus ?...)
          Il est clair que, ce studio renfermait des éléments explosifs, et impliquait d’autres militaires liés à la pédo-criminalité. Je pense ici particuliérement a celui qui deviendra le "Général" Delassalle, Général sans gloire,pédophile réputé et reconnu, ancien amant de Chanal...

          Voir en ligne : Précisions.

          repondre message

          • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 13 août 2008 16:38, par anc.Colonel, 10éme division blindée et 63éme division militaire (...)

            Le Lieutenant-Colonel Gallineau, à la suite de sa promotion au grade de chef-d’escadron, le 1er Octobre 1982, fut affecté à l’école de guerre, et a la sortie de cette école, il rejoignit le 3éme régiment de cuirassiers comme chef de bureau emploi-instruction. Ce n’est que le 1er Octobre 1985 qu’il fut promu lieutenant-colonel, et affecté à l’EMAT, comme tu dis, ou il est resté jusqu’en 1989. Il est clair que Chanal n’était qu’un lampiste, et que le nombre de militaires impliqués est plus élevé.Au passage,il était notoire que Delasalle était pédophile. Si le studio de Chanal ne fut pas confié à la justice, ça ne reléve pas que de l’incompétence des avocats des familles des victimes , ou des enquêteurs. En 1990,tu avais aussi l’affaire du pasteur Doucé, qui connaissait de "grands "militaires.Imagine le scandale, si le lien entre Chanal et eux était prouvé.Et en plus, des militaires de grandes "lignées"(aristos, etc...) étaient en premiére ligne...iI y a en effet un scénario habituel d’étouffement : sacrifice d’un lampiste, livré à la justice en couverture des responsables autres et réels, et tout cela en moyennant quels marchandages ? :
            promotion pour un commandant de gendarmerie qui dirigeait l’enquête, décorations pour des avocats et autres sous-fifres,mort "suspecte" d’un pasteur homo et sado-maso, etc...Cependant, les plus à blâmer, ce sont les médias, qui n’ont pas dénoncés ce fait grave.
            il est certain que Chanal était le lampiste idéal. D’origine prolétaire, dont le pére était alcoolique, son passé familial ne souillait donc pas le prestige de notre "grande armée".
            La vérité ne serait-elle pas plutôt qu’il est moins risqué de brimer, violer, humilier les engagés que les recrues, parce que leur choix de passer plus longtemps dans les armées pour se perfectionner dans une technique ou faire carrière les retient de se plaindre par crainte de représailles ultérieures ?... Mais heureusement, aujourd’hui, avec l’armée de métier, c’est "fini"... Du moins...

            Voir en ligne : Infos...

            repondre message


            • Pour les plus réticents, renseignez-vous sur le suicide de Josian Maréchal en 2000, qui résidait dans l’Aisne...
              Celui-ci travaillait en privé à l’entretien du CDOCAR à saint-Quentin (Aisne). Le CDOCAR est un centre de documentation de l’armée, donc, il avait accés à des informations sur des militaires déviants,dont certains étaient proches du FANE et de Caignet.Ainsi que aux connaissances de Chanal. Le dossier concernant son suicide est aujourd’hui classé, et sa famille n’a jamais crue a son "suicide"....

              Voir en ligne : Compléments...

              repondre message

              • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 22 octobre 2008 15:48, par ancien militaire 503éme RCC Mourmelon 1980/1989.

                Ta réaction ne m’étonne pas. Précise que Josian Maréchal n’était pas un militaire.Celui-ci à fait du chantage à Chanal entre 1995 et 1998.D’aprés mes sources, il aurait reçu des paiements, toujours en liquide. Aprés 1998, Chanal a refusé de payer d’autres versements. Certainement du fait de demandes plus exigeantes de Maréchal. Maréchal souhaitait mettre en avant les liens entre Pierre Chanal et John Stamford, Michel Caignet, entres autres (voir liste SPARTACUS).Et faire ressortir l’implication de Chanal dans d’autres dossiers de meurtres (enfants,jeunes adultes,gamines,etc...)et impliquer d’autres militaires, souvent d’extrême-droite, comme il est dit.De plus, Josian Maréchal fut suspecté de l’assassinat de sa petite belle-soeur de 17 ans.ça ne tenait pas la route. Pour bien comprendre, et bien mettre en lumiére, c’était certainement des représailles,tout comme son "suiçide" improbable en 2000...
                J’espére que mon intervention aidera à mettre en lumiére la vérité...

                Voir en ligne : Compléments pour te faire comprendre...

                repondre message

            • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 décembre 2008 10:13, par un Brave soldat gradé-anc. 4éme Rd.

              L’attitude de Gallineau ne me surprend pas. C’est bien la preuve que Chanal n’était pas seul. De plus,dans un tel cas, rien ne s’opposait à la coopération de l’institution militaire, d’ou le fait que Gallineau à reçu ses ordres de la hiérarchie. En effet,pour enlever l’oprobre fait à l’institution militaire, si Chanal était vraiment seul, rien ne s’opposait à l’inspection de son appartement. Si ça n’a pas été fait, c’est pour protéger ses amants et ne pas faire scandale...ne pas salir des "familles prestigieuses"...C’est clair comme de l’eau de roche.Dommage que la presse ne se soit pas attardée sur un sujet aussi brûlant...

              Voir en ligne : Des fautes trés graves.

              repondre message

        • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 21 novembre 2008 13:42, par Militaire 3éme Régiment d’artillerie, Mailly le camp, années (...)

          Bien entendu, ces faits étaient connus.Déjà, au début des années 1980, Chanal devait être viré de l’armée. En 1980, c’est pas trés connu, mais lors de manoeuvres il avait tenté de violer un officier. L’adjudant-chef Chanal avait été couvert par sa hiérarchie, probablement du fait de ses qualités militaires. Le commandant Trécé, du service des informations des armées était parfaitement au courant de tout ça. Ce qui explique entres autres la mutation de Chanal au centre équestre de Fontainebleau,Pour l’écarter un moment. une giffle infligée à celui-ci.C’est bien la preuve que la hiérarchie savait. Mais il y a longtemps que Chanal devait être viré. Je rappelle ici, par exemple les événement de Collioures en 1976, pour les connaiseurs...

          Voir en ligne : Une affaire d’état .

          repondre message

          • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 25 novembre 2008 16:49, par Militaire 503é RCC Mourmelon 79/88.

            Franchement, il n’y a pas besoin d’être journaliste pour comprendre. Au point de vue militaire, il n’y avait strictement aucun élément pour empêcher que Chanal soit muté au 503éme RCC de Mourmelon. Il était bien noté. Sauf, que, les petits jeux sados-masos de certains militaires étaient connus, jeux auquels participait Chanal.Sa mutation au centre équestre de Fontainebleau était une mise à l’écart. à l’époque, j’étais étonné. C’était vraiment n’importe quoi de mettre un gars qui avait fait dans son parcours les stages commandos les plus intensifs, de plus un gars qui avait la médaille du mérite militaire, être placé dans un centre équestre militaire...De plus, la soeur de Chanal n’a pas tort de rappeller le Colonel Barriére. Ce n’était pas le seul toutefois. Un grand nombre de militaires homosexuels pervers, du site militaire de Mourmelon furent, vers 1985-1988, mis sur la touche, dont Chanal. Si celui-ci fut pincé et mis en avant,Son tort était de ne pas avoir comme nom De Machinchose, et ne pas être issu d’une famille militaire "prestigieuse", dont les ancêtres de certains, par exemple, se sont illustrés à l’arriére des fronts des guerre de la République, dans des chateaux, à boire des coupes de champagnes, tandis que de pauvres bougres, issus des classes inférieures, comme sans doute au moins l’un des grands péres de Chanal, étaient en premiéres lignes à servir de chairs à canons. Triste retour de baton, et le constat de grands blâmes, envers celui qui prétendait oublier sa classe sociale en se défoulant sur des appelés qui au fond, lui ressemblaient. Constat amer d’un échec retentissant du militaire qui voulait ressembler à ses pairs, à ses supérieurs et qui est resté au rang d’adjudant-chef. Constat amer, aussi de constater que un seul militaire paiera pour les autres. Bien entendu, il va de soit que c’est toujours les plus petits qui paient.Et bien entendu, ceux issus des classes les moins favorisées. Dans le fond, aussi, des appelés d’origines sociales défavorisées, qui disparaissaient alors, étaient considérés aussi comme de vilains déserteurs, tout comme Chanal fut accusé d’être un vilain militaire homosexuel pervers. Mais au bilan final, c’est à dire de déterminer la vérité, il n’y a personne de présent pour savoir : tout le monde s’en fout, et finalement, ça arrange beaucoup de monde. Triste constat, alors que les choses sont si évidentes...

            Voir en ligne : Briser le "devoir de réserve".

            repondre message

          • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 19 décembre 2008 14:39, par Soldat Resco Givet +503 éme Rcc Mourmelon, années 80.

            Gallineau n’a que éxécuté des ordres. Il ne connaissait pas Chanal personnellement.En effet, si il y a eu un brasier des effets de l’appartement de Chanal en 89, c’était pour faire obstruction clairement à l’enquête, et ne surtout pas mettre en évidence l’ampleur de la "casse", c’est à dire mettre au grand jour les complices militaires gays et pervers de Chanal, dont certains, effectivement, étaient issus de familles "prestigieuses".Il ne devait pas y avoir de scandale.La justice devait être mise au pas. Sinon, ne perdez pas de vue que Doucé était d’origine Néerlandaise, naturalisé Français en 82.Je précise enfin que au tournant des années 1980,Chanal fut un temps l’amant de Philippe Carpentier,un des "clients" des vidéos de Chanal, qui lui-même fut ensuite l’amant de Michel Caignet...

            Voir en ligne : Infos.

            repondre message

            • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 22 décembre 2008 11:27, par Brave soldat, 501éme RCC Mourmelon, fin années 80

              Certain racontaient que le brasier s’était déroulé et étalé sur trois jours. Même si la soeur de Chanal s’était débarassée d’éffets compromettants, il en restait encore...C’est certain que le chef de corps avait tout interêt à coopérer à la justice. L’appart’ de Chanal devait être mis sous scéllés. Ce qui ne fut malheureusement pas le cas...

              Voir en ligne : Compléments.

              repondre message

      • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 3 septembre 2009 15:13, par anc app 4éme RD

        Tu as raison. Il faut parler. Tous ensembles ! ouais ! tous ensembles ! ouais !!! n’ayant plus peurs des militaires !!!

        repondre message


  • je ou plutôt j’ai été soldat en 1974 sous les ordres de L’adjudant Chanal, je voudrai simplement dire que jamais il n’a montré de gestes déplacés à mon égard, pourtant lors de grandes manoeuvres commando il aurait pu car souvent étant son radio il aurait pu me faire ce dont vous l’accusez, je suis un des rares à le croire innocent il aurait peut être fallu voir du coté de ses adjoints
    Pour moi l’adjudant c’était un type bien avec qui je serai parti à la guerre les yeux fermés c’est un type courageux ou notre grande armée n’a rien fait pour lui

    repondre message


    • Tu as raison.En 2006, un téléfilm + un débat tv à parfaitement démontré l’innocence de Pierre Chanal. La "victime", un étudiant juif Hongrois, qui lui-même était présent sur le plateau à parfaitement reconnu qu’il n’y avait jamais eu viol, qu’il n’avait jamais été entravé à l’arriére du camion. En plus, comme par hasard,il était orignaire d’un pays communiste de l’Est, c’est dire le contexte de l’époque...Toute cette affaire est une machination antimilitariste.

      repondre message

      • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 14 février 2009 13:43, par moine soldat

        Aussi, il y avait de mauvais interprétes. Aucun gendarme ne savait parler Anglais lors de l’interpellation de Chanal. Il y a eu de trés mauvaises traductions. Ainsi, le Hongrois demandait à être aidé pour être levé, et non "tué". Ensuite, il a profité de la brêche pour faire accuser Chanal et demander des dommages et intérêts. C’est vraiment un acte ingrat plus qu’autre chose.

        repondre message

        • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 16 février 2009 14:18, par Mil Mourmelon 79/87

          Chanal était un lampiste. L’un des principaux enquêteurs, avait dit à Chanal lors d’une de ces gardes à vue : "les disparus de Mourmelon ?...Ce sera toi, et toi seul qui paiera". Ces propos sont repris dans l’excelent ouvrage de son avocat, André Buffard.
          de plus, il n’y a rien dans ce dossier : aucun élément concret n’a été retrouvé dans son camion, et de plus, les comptes en banque des "disparus" n’ont jamais étés vérifiés, ce qui doit être fait pour des désertions.Ce qui prouve plus que jamais que l’on à des désertions ici, et non des prétendues disparitions.De plus, le Hongrois à raconté n’importe quoi, et n’est pas crédible...

          repondre message


          • Curieux ces témoignages. On dirait des "purs" et "durs" dans la plus grande tradition de la grande muette.
            Aller jusqu’à nier les meurtres des appelés, jouer sur les mots quant à l’autostopeur hongrois (plus que soulagé d’être découvert par les gendarmes grâce à ses cris - ça prouve le niveau de consentement du bougre !), c’est de la provocation, voire de la complicité. Surtout qu’à l’époque, il n y avait pas internet et à peine le minitel pour faire des rencontres à l’improviste : alors rencontrer un type homosexuel, masochiste, comme ça par le plus grand des hasards, quelle "chance" ce Chanal !
            Est-ce que ces mêmes qui témoignent ainsi serait prêt encore à exclure Dreyfus de l’armée.
            Désolé, mais je ne comprends pas la légèreté de vos points de vue qui mériteraient d’être développés.

            repondre message


          • Déclarer que cet homme était consentant ne tient pas : il ne comprenait et ne parlait pas le français.
            Prenez une joile fille en stop, hongroise, chinoise ... et essayez de lui faire comprendre avec des mots, des regards, des gestes, que vous désirez l’attacher, lui faire subir des sévices et la pénétrer avec du matériel ...
            Il est par ailleurs malhonnête d’invoquer la vieille théorie du complot antisémite et anti bolchévique d’extrême droite en se référant à l’ami juif d’un pays communiste (Moine soldat).
            Question : l’hypothèse de l’organisation criminelle ayant des ramifications dans l’armée, certains milieux d’extrême droite, mélant des puissants tient elle toujours ?

            repondre message

            • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 juin 2009 08:27, par Soldat, anc 4éme Rd Mourmelon

              Aprés la râclée que les gauchistes ont eus à la derniére élection, et la débâcle absolue et historique de la gauche,dite "plurielle", il faut croire qu’il y a encore des nostalgiques. Ici, vraisemblablement un ancien Maoiste. Plutôt que d’accuser sans preuves un militaire, qu’il regarde l’affaire du maçon Julien Dray et SOS Racisme, une vraie affaire judiciaire , celle là !!!!

              repondre message


              • Drôles d’amalgames. Comme si l’affaire vous génait. Je n’ai pas à me justifier, mais je n’ai pas l’âge à avoir été maoiste et ne m’intéresse que très peu à la politique. Je crois surtout aux détails révélateurs de l’état d’une société. A Toulouse des séries de crimes ont été maquillés en suicide où certains notables locaux ou nationaux se livraient à des jeux barbares sans que leurs auteurs ne soient inquiétés, de même à Auxerre avec les époux Dunant et Emile Louis, en Belgique avec Dutroux et également peut-être à Mourmelon. C’est tuer une 2eme fois ces pauvres jeunes de dire qu’il ne s’est rien passé(malgré les traces adn, etc), même si la vérité fait mal. Je repose donc la question : où en sont les contre enquêtes et autres travaux d’investigation ?

                repondre message


                • L’état Français à reconnu sa responsabilité morale dans cette affaire (fautes lourdes, dysfonctionnements de la justice), en revanche, et c’est inquiétant, il n’a pas répondu aux attentes du jugement de Janvier 2005, à savoir de donner des réponses à une enquête aussi catastrophique( un désastre judiciaire) .C’est bien la preuve que c’est embarassant, et même trés grave... Et navrant pour notre démocratie.

                  repondre message


                  • C’est vrai qu’il ne faut pas trop remuer de mauvais souvenirs. à lire, cet article à propos de la belle soeur de Chanal :
                    www.tetu.com/actualites/france/saint-etienne-un-jeune-responsable-politique-trop-homo-pour-son-parti-A0610.
                    Pour les "commissions d’enquêtes", faudra repasser...

                    repondre message


                    • Merci pour l’info.

                      repondre message


                      • Tous ces témoignages sont fort utiles pour comprendre l’ensemble de cette histoire. Les lenteurs de la justice dans cette affaire et surtout les difficultés des victimes pour se faire entendre montrent de toute évidence que cette affaire devait être étouffée. On ne pouvait que constater la lenteur de la justice et le silence radio de toute la classe politique. Le micro n’a jamais été tendu aux personnes qui ont connu l’individu... et pour cause, elles risquaient sans doute des misères...pour avoir témoigné...
                        En 1984 en effectuant mon service national, un appelé d’origine asiatique n’hésitait pas à évoquer la disparation d’appelés. Donc, même en région parisienne à cette époque, le bruit courait de se méfier en faisant de l’auto-stop. Certaines navettes étaient affrétées pour amener les militaires à la gare, c’est à se demander si certains gradés n’étaient pas au courant de l’affaire..... J’étais à l’époque en région parisienne, mais nous avons fait des séjours à Mailly le camp et Canjuers...., bref des bruits couraient sans doute.....dans les milieux bien informés....

                        repondre message

                        • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 5 mars 2010 22:23, par citoyen indigné

                          Dans cette affaire, les victimes ont reçu une indemnisation dérisoire. Les victimes devraient se regrouper pour créer une liste politique pour se présenter aux prochaines élections européennes. L’indignation des citoyens dans le pays est telle que si une liste se présentait elle pourrait réunir de nombreux votes protestataires de citoyens excédés. Je serais le premier à voter pour une telle liste.Si des candidats se présentent sur ce forum, je les soutiens.
                          Ayant effectué mon service national en 1984, je me rappelle que le parti socialiste devait réduire la durée du service national à six mois. Naturellement, comme toujours des promesses électorales, mais aucun acte concret. Cette affaire pouvait embarrasser le pouvoir, car le tonton très médiatique était entouré de folles tordues. Un présentateur blond décoloré, un neveu aux manières de chochotte, un bouclé qui s’est fait tirer la peau pour paraître plus jeune et aussi d’autres élus plus froufroutants les uns que les autres....animateurs de gay pride.
                          Les élections régionales approchent, votons contre les gays politiques qui veulent nous tromper, refusons les neveux maniérés et opportunistes, le népotisme, en citoyens responsables votons pour des partis responsables qui croient en la justice et qui vont donner un bon coup de balai....Il faut un Fouquier-Tinville pour rechercher tous les coupables de cette affaire et surtout des condamnations contre ces anciens militaires pervers coulant une paisible retraite.

                          repondre message

                          • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 6 mars 2010 17:50, par citoyen indigné

                            Suite à mon précédent message :
                            Futurs candidats aux prochaines élections européennes,
                            futurs électeurs de cette liste, qui j’espère verra la jour,
                            consultons régulièrement cette page internet pour élaborer
                            notre stratégie de riposte électorale.
                            Mon idée est inspirée des lobbies ou groupes de pression très présents
                            et influents dans les institutions européennes.
                            N’oublions pas qu’internet est un media redouté
                            par les politiques.....car il échappe à leur contrôle.....
                            ...

                            repondre message

                        • Exclusivité : Interview de Simone, la soeur de PIERRE CHANAL 12 mars 2010 17:03, par Soldat inconnu

                          Précise que ces disparitions s’étalaient entre 1982 et 1988...Chanal était à Fontainebleau de 1986 à 1988....

                          repondre message


  • J’ai été un ami de votre soeur Mic. Et j’ai bien connu Maïté et Colette.
    Depuis 1971, je n’ai jamaid eu de nouvelles.
    Que sont-elles devenues ?

    repondre message


  • D’une fratrie de 16 ou 17 enfants, Pierre Chanal, jamais invité dans sa famille, passait tous ses week-end à des petits jeux malsains. C’est après sa mort que Simone veut nous faire croire que tout va bien, madame la marquise, non, non, mon frère n’avait pas des mœurs bizarres ! On ne parle pas de mœurs, mais de meurtres, d’ailleurs !!! Qui ont pris fin à la mort de Chanal. À tient, c’est bizarre ? Lisez Simone, tous les témoignages de ceux qui peuvent parler, ceux qui passaient leurs week-end avec la folie de votre frère, tous ceux qui le connaîssaient bien plus que vous et après, Simone, ayez l’humilité de vous taire, pas que pour les familles des victimes, mais pour tous ceux qui ont un cœur et un cerveau et qui en ont marre d’écouter vos inepties. Mr Palvay a eu une chance inouïe de s’en sortir. Il clame haut et fort, qu’après toutes ses tortures subies, Chanal allait l’exécuter. Et c’est une évidence pour tout le monde (film à l’appui)...sauf, pour vous !!! C’est grave, très grave et dangereux de vous écouter. Beurk....

    repondre message


    • Où sont ces coupables ? Rachètent-ils leurs fautes en militant dans des cercles carritatifs et religieux ? Se débrouillent ils aussi bien en informatique qu’en technique vidéo ?

      repondre message


      • Je m’intéresse aux disparus de Mourmelon depuis une dizaine d’années maintenant et il est évident que l’affaire va bien au-delà de Pierre Chanal.
        D’autres militaires, à l’époque des faits, ont été impliqués dans cette sordide histoire. Dés août 1988, lors de l’arrestation de Chanal à Mâcon en compagnie de Palazs Falvay, tout a été entrepris afin que l’affaire des disparus de Mourmelon lui soit à charge.
        Par exemple, comment expliquer que la piste du Colonel Barrière, et d’autres militaires enrégimentés sur Mourmelon ou Mailly le Camp, se soit littéralement liquéfiée au lendemain de l’arrestation de Chanal ? N’aurait-il pas fallut continuer à enquêter parallèlement ?
        Pourtant, le profil de ce Colonel était conforme en tout point au portrait robot que les enquêteurs de la SR de Reims avaient établi... A tel point que ces derniers le traquaient jour et nuit, passaient en revue sa vie, ses moindres faits et gestes allant même jusqu’à le garder à vue durant plusieurs heures.
        Qu’est donc devenu cette personne ?
        Chanal a participé de prêt ou de loin à ces histoires de sévices sexuels mais il est évident qu’il a payé pour d’autres personnes, qui elles, n’ont jamais été inquiétées et ne le seront probablement jamais ... L’ouvrage d’Eric Bellahouel "Les disparus de Mourmelon - Tout n’a pas été dit" paru en 2011, le prouve bel et bien.
        Tout laisse à penser la culpabilité de certains militaire à cette époque. Lors des différents débats et émissions télévisées concernant cette affaire, seul l’ancien chef de corps du 4ème RD ayant servi en 1987 a accordé une interview très expéditive pour l’émission Faites entrer l’accusé. Pourquoi tant de silence ? Qu’est-ce que les autres personnes ont-elles à cacher ?

        repondre message


  • Profitez des promotions en conseil alors des debonnaires plans mode du occasion code promo natural forme (mescodespromo.fr) !

    repondre message

Interview de Jacques BRIERE
Tout le monde connaît et a aimé Jacques Brière, à un moment donné, car il reste une des figures marquantes de ces grands et gros succès populaires et humoristiques que furent les émissions de Stéphane Collaro sur TF1. Qui a pu oublier le fameux Docteur Cynoque campé par Jacques aux côtés de la (...) Lire la suite
Récit de ma participation à "L’émission pour tous" du 12 mars 2014
J’ai envie de vous raconter comment c’est arrivé et comment ça s’est passé ma participation à "L’émission pour tous" de Laurent Ruquier du 12 mars 2014. Quelques jours avant ce malheureux 12 mars 2014, je suis tombé sur un site internet de castings où l’on trouve (...) Lire la suite
Thierry Théolier, 2000 what the fuck !!
Thierry Théolier, poète-performer, sort son premier album de spoken-word. Une techno-dronée en tension permanente entre crépitements du feu sacré ancestral et ronronnements des disques durs. Il en ressort des pistes teigneuses, absolutistes, ne sacrifiant ni la danse, ni le sens. Le single (...) Lire la suite
Dieudonné : Faites-vous votre opinion en toute liberté !
Le Mague depuis sa création, il y a 11 ans, s’est toujours battu pour la Liberté d’opinion et a ouvert ses pages à des personnalités très différentes dont Dieudonné, Noir Désir, Vincent Delerme ou encore Kadhafi.... Aujourd’hui nous vous engageons à vous faire votre opinion (...) Lire la suite
Yanowski par Lorraine Alexandre
Le chanteur Yanowski (connu pour Le cirque des mirages aux côtés de Fred Parker), disons-le tout de suite, est incontournable. S’il arrive sur scène en annonçant au public « J’ai tant d’histoires à vous raconter », c’est bien parce qu’il fait partie de ces artistes (...) Lire la suite
FREDERIC VIGNALE : DROIT DE REPONSE AU SITE RING
Depuis plusieurs années, le site RING publie sur ses pages virtuelles et sur son forum une série d’articles ou commentaires mensongers, fantaisistes ou haineux mettant en cause l’honneur, la réputation et l’intégrité de Frédéric VIGNALE, fondateur du Journal Le Mague depuis le (...) Lire la suite
Y’en a marre...
Y’en a marre des Colombo à la petite semaine, des Justiciers du Dimanche, des Défenseurs systématiques crétins, pervers et aveugles de la Veuve et de l’orphelin (même si la veuve ne leur a rien demandé).... Le Net, les Forums, les Réseaux sociaux pullulent de Zorro de pacotille, (...) Lire la suite
Qu’on se le dise !!
La PIRE chose que vous puissiez faire à vos jaloux, à vos contradicteurs, à vos délateurs, à vos harceleurs, à vos emmerdeurs, à vos ennemis, C’EST D’ALLER BIEN. Alors, ne vous en privez jamais !! Photographie : Frédéric (...) Lire la suite
Avoir un Ange gardien
Un ange gardien est un terme utilisé pour désigner un ange assigné pour protéger et guider un ou plusieurs individus. La foi envers les anges gardiens peut être tracée depuis l’Antiquité. Le concept des anges protecteurs et leur hiérarchie s’est massivement développé dans les (...) Lire la suite
It’s a BOY GEORGE !!
Tous nos voeux à l’heureux baby George !! Photo : Julien Alles. Idée : FEV Lire la suite